L A   B R O U I L L O N N O L O G I E

TdM


Guy Laflèche, Université de Montréal

TGdM

Laflèche Grésillon Biasi Cerquiglini BIBLIOGRAPHIES

Genèse et édition
Avant-texte, brouillon et manuscrit


Table de cette cinquième bibliographie
Index des auteurs et des éditeurs

    Il n'existe aucune bibliographie rétrospective des éditions réalisées par les adeptes de la CGMM et ce sera là une entreprise bien difficile.

    La bibliographie courante d'Odile de Guidis, dans Genesis, a d'abord compris une section intitulée « Éditions génétiques » (no 1, 1992); mais dès la seconde parution, la section s'intitulait simplement « Éditions critiques » (no 3, 1993). Elle s'intitule aujourd'hui « Éditions de textes [sic], inédits ». Or, cette section de la bibliographie courante de Genesis est plus que problématique, on va le voir.

    Depuis toujours et de plus en plus, l'édition critique fait une place privilégiée à la genèse de l'oeuvre; le dossier de sa création y est donc présenté et des extraits en sont produits. Par ailleurs, depuis toujours aussi, on a copié ou imprimé des oeuvres inachevées restées au brouillon et des fragments inédits.

    Les éditions documentaires (c'est la publication de corpus importants, généralement en édition diplomatique) rassemblent de très nombreux « papiers » de cet ordre : la majorité des « autres documents » des Jesuit Relations and allied documents, édités par R. G. Thwaites (Cleveland, Burrows, 1896-1901, 73 vol.), par exemple, rassemblent de tels « papiers » (lettres, journaux, cahiers, notes, listes, schémas et cartes, par exemple) des jésuites de la Nouvelle-France.

    Il importe donc d'entreprendre l'analyse en distinguant les formes élémentaires de l'édition en ce domaine :

    (1) C'est d'abord l'édition des oeuvres inachevées restées au brouillon et des textes non destinés à la publication. Il s'agit de deux formes d'édition qu'on peut regrouper, précisément parce qu'elles ne peuvent se confondre, bien qu'elles soient de même nature du point de vue de l'édition : le texte doit est être mis au net par l'éditeur.

    (2) Vient ensuite l'édition de brouillons proprement dits et publiés à ce titre. Mais c'est la même chose, dira-t-on. Pas du tout : lorsqu'on prend conscience que les Pensées ne sont pas des « pensées » mais plutôt une oeuvre restée en chantier qu'il est proprement impossible de « mettre au net », alors on tente de l'étudier et de la publier telle quelle : on publie un brouillon ! C'est l'édition de brouillon non mis au net.

    (3) Par ailleurs, il faudra au moins esquisser une histoire des études de genèse réalisées dans le cadre de l'édition critique. Mais ce sera là un travail colossal.

    (4) Vient enfin, l'édition d'avant-textes d'oeuvres déjà publiées.

    L'édition de dossier de création par son auteur ou du vivant de l'auteur commence-t-elle avec avec les publications de Francis Ponge ? Ce ne serait pas trop surprenant ! L'entreprise accompagne la publication de brouillons et de manuscrits d'oeuvres déjà connues d'écrivains modernes (Flaubert, Zola, Proust). C'est ici, sous cette quatrième rubrique, qu'il faudrait ranger les prétendues « éditions génétiques » de la CGMM dont la principale caractéristique, lorsque ces travaux sont réalisés par des adeptes de l'école, est d'ignorer les trois formes d'éditions précédentes, dont elles ne se distinguent pas de manière essentielle, bien entendu. L'« édition génétique » est un mythe de l'ITEM. En effet, la publication ou l'édition d'avant-textes n'est rien d'autre que la reproduction et la mise au net d'oeuvre encore inachevée, l'édition de brouillons et de manuscrits et, somme toute, une forme d'édition critique et plus souvent même d'édition tout court, les adeptes de la CGMM n'ayant pas beaucoup de talent pour la critique, s'agissant souvent de fonctionnaires du CNRS réfugiés à l'ITEM.

    L'index qui accompagne ce fichier ne distingue donc pas les quelques réalisations des adeptes de la CGMM en regard d'une tradition deux fois centenaire qui se trouve simplement illustrée ici. Ce serait à Genesis de faire cette distinction, contrairement à ce que fait annuellement Odile de Guidis dont la bibliographie, évidemment, profite de la confusion, les tenants de l'école ayant tout intérêt à voir leurs travaux mêlés aux ouvrages scientifiques dans le domaine de l'édition des brouillons et des inédits, voire des toutes ordinaires éditions critiques accordant la place qui lui revient au dossier de genèse. Ce n'est pas d'hier que les pseudo-sciences profitent des travaux scientifiques.

    Cela dit, on peut présumer que les éditions réalisées par les membres de l'école, du strict point de vue de l'édition des brouillons, des textes et des avant-textes, ne sont pas moins bien faites que les autres. Il faudra généralement délester ces travaux de la phraséologie de la CGMM de l'ITEM, ce qu'on fera sans peine dans chaque cas particulier. Malheureusement pour eux, c'est l'inverse qui nous intéresse dans le présent travail, puisqu'il s'agit d'évaluer cette phraséologie. Ce qu'on peut souhaiter de mieux à chacun de ces éditeurs, c'est d'avoir pensé le moins possible et, surtout, d'avoir gardé cela dans ses papiers personnels et inédits.


1. Manuscrits mis au net

    Ouvrages posthumes inédits (si l'expression paraît tautologique, il faut penser au cas troublant d'Aurélia). D'ailleurs, on doit envisager ces publications à partir du résultat et non du point de départ. La preuve en est que la première édition des Pensées se fait dans cette perspective (voir en tête de la rubrique 3). En fait, les manuscrits restés inédits peuvent toujours, quel que soit leur état, être considérés comme des « brouillons », du simple fait que leur auteur a renoncé à les mettre au net ou n'a pu le faire ! Pour n'être ni un manuscrit ni un brouillon mis au net et passer dans la rubrique suivante, celle du « brouillon publié à ce titre » (section 3), il faut donc deux conditions concomitantes : que l'auteur n'ait pu ou voulu mettre l'oeuvre au net, ni son éditeur — les sections 1 et 2 présupposant évidemment le contraire. Prenons un cas classique. Lorsque Max Brod publie le Procès, et c'est une oeuvre inachevée publiée comme telle, le résultat est bien un « manuscrit mis au net » (ce qui n'était pas inéluctable, évidemment). Pourquoi ? Mais parce que Max Brod fait exactement ce qu'aurait fait Franz Kafka, ou presque, s'il avait eu la volonté ou la possibilité d'achever son oeuvre. Contrairement aux Pensées, le Procès, tel que publié par Max Brod, est un « manuscrit mis au net » (section 1), seuls les cinq chapitres inachevés sont de l'ordre du « brouillon mis au net » (section 2). On devrait s'attendre à ce que le « manuscrit » et ses brouillons soient publiés à ce titre avant longtemps (section 3)

1670  PASCAL : Blaise Pascal, les Pensées, éd. Port Royal. Voir plus bas, en tête de la section 3

1864  MESLIER : Jean Meslier, le Testament, ouvrage inédit précédé d'une préface, par Rudolf Charles d'Ablaing van Giessenbourg, Amsterdam, 3 vol. Cf. OEuvres complètes, éd. Jean Deprun, Roland Desné et Albert Soboul, Paris, Anthropos, 1970, 3 vol., dont le Mémoire des pensées et sentiments, d'après le manuscrit du FF 19460 de la BNP.

1923  BALZAC : Honoré de Balzac, « les Fantaisies de la Gina », éd. Marcel Bouteron, les Cahiers balzaciens, no 2, 59 p.

1936  BALZAC : Honoré de Balzac, Sténie ou les Erreurs philosophiques, texte inédit, éd. Albert Prioult, Paris, Georges Courville, 256 p.

1950  BALZAC : Honoré de Balzac, Falthurne, manuscrit de l'abbé Savonati traduit de l'italien par M. Matricante, instituteur primaire, éd. Pierre-Georges Castex, Paris, José Corti, 195 p. Extrait dans l'anthologie d'inédits balzaciens de la RHLF, vol  50 (1950), no 2, p. 113-121, qui comprend également « un fragment inédit de l'Histoire de France pittoresque d'H. de Balzac : la Fille de la reine », éd. Raymond Massant (p. 122-134); et « Un inédit de Balzac : la Femme-auteur », par Maurice Regard (p. 135-155).

1950  BALZAC : Honoré de Balzac, Mademoiselle du Vissard ou la France sous le Consulat, éd. Pierre-Georges Castex, Paris, José Corti.

1950  BALZAC : Maurice Bardèche, « la Femme auteur » et autres fragments inédits de Balzac, recueillis par le vicomte de Lovenjoul, Paris, Grasset (coll. « Les cahiers verts »).

1951  DIDEROT : Herbert Dieckmann, Inventaire du fonds Vandeul et inédits de Diderot, Genève, Droz, 285 p.

En fait, les inédits des philosophes des Lumières sont à ce point nombreux que la liste des manuscrits mis au net (dans des conditions tout à fait différentes de leur circulation manuscrite clandestine) est proprement inépuisable. Donnons l'exemple d'un roman aussi « vrai » qu'« inachevé », la Religieuse ! Pensons à l'oeuvre à peu près complètement inédite de Fontenelle, après son Histoire des oracles.

[...]

1999  PAULHAN et POZZI : Jean Paulhan et Catherine Pozzi, Correspondance, 1926-1934, éd. Françoise Simonet-Tenant, Paris (?), Claire Paulhan, 216 p. [bg Gen no 18].

2000  FONTAINAS et VALÉRY : André Fontainas et Paul Valéry, Correspondance, éd. Anna Lo Giudice, Paris, L'Harmattan [bg Gen no 18].

Ces deux derniers ouvrages, par exemple, sont retenus par Genesis parmi des dizaines paraissant chaque année. Pourquoi donc et pourquoi ceux-là ? Où se trouve ici le profil « édition génétique » ? Il s'agit au contraire, à l'évidence, de très simples manuscrits mis au net.


2. Brouillons mis au net

    Cahiers, notes, annotations et inédits divers. Édition de journaux et carnets non destinés à la publication. On doit garder à l'esprit, bien entendu, qu'il existe deux grands types de brouillons, les premiers jets, destinés à être mis au propre, mais restés au brouillon, et les ouvrages écrits au brouillon et destinés à le rester.

1976  PROUST : Marcel Proust, le Carnet de 1908, éd. Philippe Kolb, Paris, Gallimard.

1986  ZOLA : Émile Zola, Carnets d'enquête : une ethnographie inédite de la France par Émile Zola, éd. Henri Mitterand, Paris, Plon (coll. « Terre humaine »).

1988  FLAUBERT : Gustave Flaubert, Carnets de travail, éd. Pierre-Marc de Biasi, Paris, Balland, 1988, 1000 p.

1991  APOLLINAIRE : Guillaume Apollinaire, Journal intime (1898-1918), éd. Michel Décaudin, [Paris ?], Éd. du Limon, 161 p.

1991  COPEAU : Jacques Copeau, Journal (1901-1948), éd. Claude Sicard, Paris, Seghers (coll. « Pour mémoire »), 2 vol., 761 et 792 p.

1991  FLAUBERT : Gustave Flaubert, le Voyage en Égypte, éd. Pierre-Marc de Biasi, Paris, Grasset, 402 p.

1991  PEREC : Philippe Lejeune, la Mémoire et l'oblique : Georges Perec autobiographe, Paris, P.O.L., 252 p.

1992  LEIRIS : Michel Leiris, Journal (1922-1989), éd. Jean Jamin, Paris, Gallimard, 955 p.

1992  MONTAIGNE : Michel de Montaigne, Journal de voyage, éd. François Rigolot, Paris, P.U.F., 374 p.

1993  PEREC : Georges Perec, Cahier des charges de « la Vie mode d'emploi », éd. Hans Hartje, Bernard Magné et Jacques Neefs, Paris, Éditions du CNRS, Zulma et BNP (coll. « Le manuscrit »), 104 p.

1997 COCTEAU : « le Journal intime », la Nouvelle Revue française, no 531. Fragments de journaux intimes inédits de Jean Cocteau, Hippius Zinaida, Charles Juliet, Mme de Staël et Dorothy Wordsworth [bg Gen no 13].

1998  DREYFUS : Alfred Dreyfus, Carnet (1899-1906), préface de Jean-Denis Bredin, édition de Philippe Oriol, Paris, Casterman-Lévy, 450 p. [bg Gen no 13]

2001  BRASSENS : Georges Brassens, les Manuscrits de Brassens : chansons, brouillons et inédits, établissement et commentaire d'Alain Poulanges et d'André Tillieu, Paris, Textuel, coffret de 3 vol. de 317 p.

2001  HUGO : Victor Hugo, Récits et dessins de voyage, Tournai, La Renaissance du livre (coll. « Beaux livres littéraires »), 222 p.

2002  PROUST : Marcel Proust, Carnets, éd. de Florence Callu et d'Antoine Compagnon, Paris, Gallimard, 444 p.

2002  ZOLA : Émile Zola, Les Manuscrits et les dessins de Zola : notes préparatoires et dessins des Rougons-Macquart : les manuscrits originels (1868), reproduction, transcription et commentaire par Olivier Lumbroso et Henri Mitterand, Paris, Textuel, coffret de 3 vol., 191, 303 et 403 p.

TdM


3. Brouillons et manuscrits édités à ce titre

Oeuvres inachevées ou abandonnées.

1842  PASCAL : Blaise Pascal, les Pensées, rapport de Victor Cousin à l'Académie française.

La série des éditions critiques des Pensées de Pascal devrait figurer ici, après l'édition Port Royal en 1670, bien entendu (soit la mise au net de ce que l'on prenait pour un manuscrit). En effet, on sait maintenant qu'il ne s'agit pas de « pensées », c'est-à-dire que nous n'avons pas le « manuscrit » d'une oeuvre, mais bien le « brouillon » d'un projet : éd. Poosper Faugère (1844), Léon Brunschvicg (1897) et Louis Lafumo (1951). Puis :

1992  PASCAL : Blaise Pascal, Discours sur la religion et sur quelques autres sujets qui ont été trouvés après sa mort parmi ses papiers, éd. Emmanuel Martineau, Paris, Fayard et Armand Colin, 286 p.

Voir Pol Ernst, les Pensées de Pascal : géologie et stratigraphie, Paris et Oxford, Voltaire Foundation (coll. « Universitas »), 1996, 479 p. [bg Gen no 11].

Étudier la pensée religieuse de Pascal, c'est — pour l'essentiel — étudier des brouillons. La dernière étude des Pensées devrait être celle de Jean Mesnard (vol. 4 des OEuvres complètes). Voir sa remarquable étude génétique des brouillons des « écrits sur la grâce » (vol. 3, p. 487-799).


1957  MALLARMÉ : Jacques Schérer, le « Livre » de Mallarmé : premières recherches sur des documents inédits, Paris, Gallimard (coll. «  NRF »), XXIV-383 p. (mais le manuscrit des brouillons, p. 150-380, n'est pas paginé : chaque page porte le numéro du folio).

1957  VALÉRY : Paul Valéry, Cahiers, Paris, Éditions du CNRS, 29 vol., 1957-1961.

1961  MALLARMÉ : Stéphane Mallarmé, Pour un tombeau d'Anatole, éd. de Jean-Pierre Richard, Paris, Seuil, 318 p. (comprenant le texte du manuscrit, avec sa pagination propre : 202 p.).

1973  PROUST : Jean-Yves Tadié, « les Cahiers d'esquisses de Marcel Proust », Padoue, Proustiana.

1979  BIGOT : la Vie du père Paul Ragueneau de Jacques Bigot, édition critique de Guy Laflèche, Montréal, VLB Éditeur, 268 p.

Par ailleurs, mon édition critique de la Relation de 1634 de Paul Lejeune (le Missionnaire, l'Apostat, le Sorcier, Presses de l'Université de Montréal, 1973) est la publication d'un manuscrit inédit de la relation parue à Paris chez Cramoisy en 1635. Toutes mes autres éditions critiques des textes de la Nouvelle-France, comme quelques-unes des études que j'ai publiées dans le domaine, accordent une place privilégiée, comme il se doit, à l'étude de la genèse des oeuvres en question. On ne découvre pas par hasard que le véritable auteur de l'Histoire du Montréal de François Dollier de Casson est en réalité Jeanne Mance, la fondatrice de Montréal.

1986  ZOLA : Colette Becker, la Fabrique de « Germinal » : dossier préparatoire de l'oeuvre, Paris, SEDES et P.U.L.

1987  VALÉRY : Paul Valéry, Cahiers 1894-1914, éd. Nicole Celeyrette-Pietri (et Judith Robinson-Valéry pour les trois premiers volumes), Paris, Gallimard, 12 tomes, dont 8 parus en 2002. Vol. 6 (1903-1904), 1997, 299 p; vol. 7 (1904-1905),1999, 567 p.; vol. 8 (1905-1907), 2001, 518 p. [bg Gen no 13, 15 et 18].

1988  BRETON/SOUPAULT : les Champs magnétiques, éd. par Serge Fauchereau du fac-similé du manuscrit original avec sa transcription, Paris, Lachenal et Ritter, 257 p.

1990  FLAUBERT : Gustave Flaubert, le Dictionnaire des idées reçues, éd. Marie-Thérèse Jacquet, Fasano et Paris, Schena et Nizet, 299 p.

1997  FLAUBERT : Gustave Flaubert, le Dictionnaire des idées reçues, suivi du Catalogue des idées chic, éd. Anne Herschberg Pierrot, Paris, Librairie générale française (coll. « Le livre de poche classique »), 250 p.

1998  MONTAIGNE : Michael Andrew Screech, Montaigne's annotated copy of « Lucretius », transcription et étude du manuscrit, des notes et des annotations de Michel de Montaigne, préface de Gilbert de Botton, Genève, Droz (coll. « Travaux d'humanisme et Renaissance », no 325), 513 p.

1999  FLAUBERT : Caroline Franklin Grout, Gustave Flaubert par sa nièce : « Heures d'autrefois », « Mémoires inédits », « Souvenirs intimes » et autres textes, éd. Matthieu Desportes, Publications de l'Université de Rouen (coll. « Flaubert »), 256 p. Note de bg Gen no 15 : « Feuillets de notes. Lettres de Caroline Commanville è Flaubert. Deux articles de Caroline Commanville. Trois poèmes d'Émile Hamard ».

1999  CÉLINE : Louis-Ferdinand Céline, « Féérie pour une autre fois » : un chapitre inédit, fac-similé et transcription par Jean-Pierre Dauphin et Henri Godard, Paris, Gallimard (coll. « L'imaginaire »), 29 fo. [bg Gen no 15].

2001  HUGO : Victor Hugo, les Plus Beaux Manuscrit de Victor Hugo, Alain Decaux, Roselyne d'Ayala et Jean-Pierre Guéno, Paris, Perrin, 175 p.

2003  SAINT-EXUPÉRY : les Plus Beaux Manuscrits de Saint-Exupéry, éd. de Nathalie des Vallièeres, avec la collaboration de Roselyne d'Ayala, Paris, La Martinièere, 215 p.

TdM


4. Réimpressions d'éditions princeps

1965  BALZAC : Honoré de Balzac, OEuvres complètes illustrées, éd. Jean-A. Ducourneau, Paris, Bibliophiles de l'Originale, 1965-1976, 26 vol. Les vol. 1-16 reproduisent l'« édition Furne » (la Comédie humaine, 1842-1846, 16 vol.)

1970  DUCASSE : Isidore Ducasse, comte de Lautréamont, OEuvres complètes, fac-similés des éditions originales, éd. Hubert Juin, Paris, Table Ronde, 1970. On trouve maintenant le texte de l'édition princeps du premier chant des Chants de Maldoror en tête d'une des éditions courantes, celle de Jean-Luc Steinmetz, Paris, Flammarion (coll. « GF »), 1990.

1977  RACINE : Jean Racine, Andromaque, texte de la première édition, éd. R. C. Knight, Genève, Droz.

TdM


5. Éditions critiques, avec dossier de genèse

    L'édition critique comprend traditionnellement un exposé de la genèse et, de plus en plus, un panorama des dossiers des avant-textes.

    Par ailleurs, comme l'établissement d'un texte commence nécessairement par l'étude des brouillons et des manuscrits s'il s'en trouve, pour fin d'analyse de la genèse, l'édition critique peut mettre l'accent sur les avant-textes et les brouillons. Depuis les éditions des « Textes littéraires français » jusqu'aux édition des « classiques Garnier » et celles de la « Bibliothèque de la pléiade », il est assez évident que l'analyse de la genèse s'accompagne de plus en plus de la description et de la reproduction des avant-textes. On peut l'illustrer ici des quelques exemples suivants. Pour un tableau plus complet d'un domaine inépuisable, on se reportera à la bibliographie de Graham Falconer et David H. Sanderson, « Éditions critiques (rééditions de livres publiés entre 1760 et 1960) », p. 291-308.

1865  RACINE : Jean Racine, OEuvres complètes, nouvelle édition, revue sur les plus anciennes éditions et les autographes, et augmentée de morceaux inédits, de variantes, de notices, de notes, etc., éd. de Paul Mesnard, Paris, Hachette (coll. « Les grands écrivains de France »), 1865-1873, 8 vol. et un album, seconde édition, 1887.

1902  DIDEROT : Denis Diderot, Paradoxe sur le comédien, introduction, notes et fac-similé par Ernest Dupuy, Paris, Société fançaise d'imprimerie et de librairie.

1933  BALZAC : Honoré de Balzac, la Peau de chagrin, Paris, Garnier (coll. « Classiques Garnier »), éd. Bernard Guyon. C'est la plus ancienne édition critique d'une des oeuvres de Balzac dans la collection que je parviens à dater. Elles seront extrêmement nombreuses, préparant l'édition de la « Bibliothèque de la pléiade ». Par exemple : Ursule Minouët, éd. Maurice Allem, 1952; le Lys dans la vallée, éd. M. Allem, 1955; Histoire des treize, éd. Pierre-Georges Castex, 1956; les Illusions perdues, éd. Antoine Adam, 1956; la Vieille Fille, éd. P.-G. Castex, 1957; etc. Si Balzac est le mieux représenté (21 titres et 4 volumes de correspondance), la collection n'édite pas moins d'une cinquantaine d'auteurs français.

1949  FLAUBERT : Gustave Flaubert, Madame Bovary, nouvelle version et scénarios inédits, texte établi sur les scénarios de Rouen, éd. Gabrielle Leleu et Jean Pommier, Paris, José Corti.

1950  DIDEROT : Denis Diderot, le Neveu de Rameau, éd. de Jean Fabre, Genève, Droz. Première des éditions critiques de la Société des textes littéraires français, avec l'étude rigoureuse des sources, de la genèse et de la fortune littéraire. Ici, plus de la moitié de l'introduction est consacrée aux sources et à la genèse de l'oeuvre (p. vii-lxiii). Suivront : Supplément au « Voyage » de Bougainville, éd. Herbert Dieckmann, Genève, Droz, 1955; Quatre contes, éd. de Jacques Proust, 1964; Pensées philosophiques, éd. Robert Niklaus, 1965; Jacques le fataliste et son maître, éd. Simone Lecointre et Jean Le Galliot, 1976.

1950  RACINE : Jean Racine, OEuvres complètes, éd. Raymond Picard, Paris, Gallimard, 2 vol. Il suffit de comparer ce travail à l'édition précédente de la « Bibliothèque de la pléiade » par René Groos et Edmond Pilon, le Théâtre de Racine en 1931, pour évaluer la part des documents et de l'étude de la genèse des oeuvres, dans la collection.

1957  VALÉRY : Paul Valéry, OEuvres, éd. Jean Hytier, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de la pléiade »), 2 vol., 1957 et 1960.

1959  BALZAC : Ki Wist entreprend la publication de ses trois ouvrages qui radiographient l'imposant dossier de la genèse du Curé de village : « le Curé de village », manuscrits ajoutés (1841), Bruxelles, Henriquez, rééd., 1963; « le Curé de village », suivi de « Véronique » et de « Véronique au tombeau », même éditeur, 1961, et « le Curé de village », le manuscrit de premier jet, 2 vol., même éditeur, 1964.

1960  ZOLA : Émile Zola, les Rougon-Macquart, éd. Armand Leroux et Henri Mitterand, Paris, Fasquelle (coll. « Bibliothèque de la pléiade »), 5 vol.

1965  BALZAC : Honoré de Balzac, l'Enfant maudit, éd. François Germain, Paris, Les Belles Lettres, 364 p.

1965  DIDEROT : Denis Diderot, « Lettre sur des sourds et muets », éd. Paul Hugo Meyer, Diderot Studies, no 7.

1973  FLAUBERT : Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de la pléiade »), vol. 1 : 1830-1851.

1974  CÉLINE : Louis-Ferdinand Céline, Romans, vol. 2, éd. d'Henri Godard, Paris, Gallimard (coll. « La pléiade »). H. Godard entreprend avec cet ouvrage la nouvelle édition critique des oeuvres, refaite sur les manuscrits.

1975  DIDEROT : Denis Diderot, OEuvres complètes, éd. de H. Dieckmann, J. Fabre, J. Proust et J. Varloot, Paris, Hermann, 20 vol.

1976  BALZAC : Honoré de Balzac, la Comédie humaine, éd. Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard (coll. « La pléiade »), 12 vol. de 1976-1981.

1978  ZOLA : Émile Zola, Correspondance, sous la direction d'Henri Mitterand, Montréal et Paris, PUM et CNRS, 10 vol., 1978-1995.

[...]

On compte tous les ans de nombreux exemples de telles éditions, connues de tous les chercheurs en études littéraires.

TdM


6. Avant-textes, brouillons et manuscrits d'oeuvres déjà éditées

    Brouillons et manuscrits, mais également, du même ordre, confrontation d'éditions diverses, où celle qui précède, corrigée, constitue le manuscrit (qu'on le possède ou non), voire le brouillon de celle qui suit.

1940  BALZAC : George B. Raser, Balzac's « le Message », the text with variants and critical commands, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 66 p.

1954  BALZAC : Honoré de Balzac, Louis Lambert, éd. Marcel Bouteron et Jean Pommier, Paris, José Corti (vol. 1, sans vol. 2, jamais paru) : édition synoptique du manuscrit Lovenjoul de l'institut de France (Lov. A 160) et de l'édition Furne.

1956  HUGO, Victor Hugo, Manuscrit des « Contemplations », édition René Journet et Guy Robert, Paris, Les Belles Lettres.

1957  VALÉRY, Paul Valéry, la Jeune Parque, manuscrit autographe, texte de l'édition de 1942, états successifs et brouillons inédits, présentation et étude par Octave Nadal, Paris, Club du meilleur livre.

1959  BALZAC : Honoré de Balzac, Illusions perdues, le manuscrit de la collection Spoelberch de Lovenjoul, éd. Suzanne-Jean Bérard, Paris, Armand Colin, 1959, 259 p.

1961  BALZAC : Suzanne-Jean Bérard, la Genèse d'un roman de Balzac : « Illusions perdues » (1837), Paris, Armand Colin, 2 vol., 266+315 p.

1961  BALZAC : Pierre Laubriet, Un catéchisme esthétique, « le chef-d'oeuvre inconnu » de Balzac, Paris, Didier, 258 p.

1964  BALZAC : Honoré de Balzac, Massimilla Doni, avec le texte inédit du manuscrit original et appendices musicaux, éd. Max Milner, Paris, José Corti, 262 p.

1972  NERVAL : les Manuscrits d'Aurélia de Gérard de Nerval, présentés par Jean Richer, Paris, Les Belles Lettres (coll. « Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Nice », no 8, Département des Lettres modernes), album 21 × 28 cm, 21 p. et 34 planches reproduisant les placards et feuillets manuscrits retrouvés de la seconde partie de l'oeuvre ainsi que des documents manuscrits qui s'y rattachent.

1978  DIDEROT : Michèle Duchet, Diderot et l'« Histoire des deux Indes » ou L'écriture fragmentaire, Paris, Nizet.

1982  PROUST : Marcel Proust, Matinée chez la princesse de Guermantes : cahiers du « Temps retrouvé », éd. par Henri Bonnet et Bernard Brun, Paris, Gallimard.

1981  FLAUBERT : Giovanni Bonaccorso, « l'Édition des manuscrits d'Un coeur simple », CAIEF, no 33. Cf. 1983.

1983  FLAUBERT : Corpus Flaubertianum, vol. 1, Un coeur simple, éd. Giovanni Bonaccorso, Paris, Les Belles Lettres; vol. 2, Hérodias, Sicania, 1995, CVI-481 p. Le vol. 3, la Légende de saint Julien l'Hospitalier paraît chez Didier Érudition en 1998, 269 p.

1984  FLAUBERT : Jeanne Goldin, les Comices agricoles de Gustave Flaubert : transcription intégrale et genèse dans le manuscrit g 223, 2 vol., Genève, Droz (coll. « Histoire des idées et critique littéraire » no 226, vol. 1, « Étude génétique », 218 p. et vol. 2, « Transcription »), XXII-385 p.

1984  FLAUBERT : Philippe Willemart, O Manuscrito em Gustave Flaubert : transcrição, classificação e interpretação de proto-texto do 1.o capitulo do conto « Hérodias », Universidade de São Paulo.

1990  VALÉRY : Florence de Lussy, « Charmes », d'après les manuscrits de Paul Valéry : histoire d'une métamorphose, vol. 1, Paris, Minard (coll. « Bibliothèque des lettres modernes », no 37), 387-XIII p., vol. 2, 1996, 806 p. [bg Gen no 11].

1991  BERNANOS : Georges Bernanos, Cahiers de « Monsieur Ouine », éd. Daniel Pezeril, Paris, Seuil (coll. « Don des langues »), 771 p.

1992  FLAUBERT : Gustave Flaubert, les Scénarios de « l'Éducation sentimentale », éd. Tony Williams, Paris, José Corti, 378 p.

1992  FLAUBERT : Bernard Gagnebin, Flaubert et « Salammbô » : genèse d'un texte (édition du chapitre XI, « Sous la tente »), Paris, P.U.F. (coll. « Écrivains »).

1992  VALÉRY : Paul Valéry, la Jeune Parque, présentation d'Octave Nadal (« Étude critique des documents inédits »), avec le fac-similé des manuscrits, Paris, Gallimard, 459 p. [bg Gen no 11]. Voir à 1957.

1992  ZOLA : Émile Zola, la Bête humaine, suivi de l'Ébauche, éd. de Jacques Dubois, Bruxelles et Paris, Babel et Actes Sud, 639 p.

1992  ZOLA : Émile Zola, les Rougon-Macquart, Paris, Laffont (coll. «  Bouquins »), 5 vol., comprenant les dossiers des oeuvres et orientations bibliographiques établis par Colette Becker, Gina Gourdin-Servenière et Véronique Lavielle.

1993  MAUPASSANT : Guy de Maupassant, le Horla, éd. Yvan Leclerc, Paris, CNRS, Zulma et BNP (coll. « Le manuscrit »), 104 p.

1994  FLAUBERT : Gustave Flaubert, Madame Bovary, présentation, notes et transcriptions par Pierre-Marc de Biasi, Paris, BNF (coll. « La salamandre »), 642 p.

1995  FLAUBERT : Gustave Flaubert, Plans et scénarios de « Madame Bovary », éd. Yvan Leclerc, Paris, CNRS et Zulma (coll. « Manuscrits »), 195 p.

1995  PASTEUR : Louis Pasteur, Cahiers d'un savant, éd. Françoise Balibar et Marie-Laure Prévost, Paris, CNRS, BNF, Zulma (coll. « Manuscrits »), 250 p.

1995  RIMBAUD : Arthur Rimbaud, Brouillons d'« Une saison en enfer », André Guyaux éd, dans Alain Coelho, Arthur Rimbaud : fin de la littérature, Nantes, Joseph K, p. 111-176.

1995  SADE : Marquis de Sade, les Infortunes de la vertu, éd. Jean-Christophe Abramovici, Paris, CNRS, BNF, Zulma (coll. « Manuscrits »), 334 p.

1996  CENDRARS : Blaise Cendrars, « la Carissima », genèse et transformation, établissement et étude d'Anna Maibach, Paris, Champion (coll. « Cahiers Blaise Cendrar »), 324 p. [bg Gen non 13].

1996  CHAR : René Char, Dans l'atelier du poète, éd. Marie-Claude Char, Paris, Gallimard, 1064 p. [bg Gen no 11]

1996  JOUBERT : Joseph Joubert, 4 Carnets, éd. David Kinloch et Philippe Mangeot, University of London, School of Avanced Study (Institute of Romance Studies) [bg Gen no 11].

1996  STENDHAL : Henri Beyle dit Steindhal, Vie de Henry Brulard écrite par lui-même, édition diplomatique du manuscrit de Grenoble par Gérald et Yvonne Rannaud, Paris, Klincksieck, 907+809 p. [bg Gen no 11, 13].

1996  RIMBAUD : Arthur Rimbaud, l'OEuvre intégrale manuscrite, éd. Claude Jeancolas, Paris, Textuel, 3 vol. 256+?+263 p., 1996-1997 [bg Gen no 11, 13].

1997  KAFKA : Franz Kafka, Der Process, éd. Roland Reuss et Peter Staengle, Institut für textkritik, Basel, Frankfort et Main, Stroemfeld, 17 fascicule.

1998  PONGE : « Francis Ponge », Genesis, no 12, avec une « Bibliographie des études génétiques sur Francis Ponge » par Bernard Beugnot.

1999  FLAUBERT : Gustave Flaubert, Carnet de voyage à Carthage, fac-similé et transcription du brouillon par claire-Marie Delavoye, Publications de l'Université de Rouen (coll « Flaubert »), 207 p.

2001  JOYCE : James Joyce, the « Finnegans Wake », Notebooks at Buffalo (carnets VI.B.10, B.29 et B.3), éd. Vincent Deane, Daniel Ferrer et Geert Lernout; étude bibliographique de Luca Crispi, Turnhout (Belgique), Brepols, 3 vol. de fac-similés et transcriptions [bg Gen no 18].

Si on s'en tient ici aux oeuvres de langue française, je pense qu'on peut faire exception pour l'oeuvre ultime, multilingue de Joyce (comme je l'ai fait, pour d'autres raisons, pour le Procès, ci-haut, 1997).

2001  MONTESQUIEU : Catherine Volpilhac-Auger, avec la collaboration de Claire Bustarret, l'Atelier de Montesquieu : manuscrits inédits de « la Brède », Naple et Oxford, Liguori et Voltaire Foundation (coll. « Cahiers Montesquieu »), 325 p.

2003  ZOLA : la Fabrique des Rougon-Macquart : édition des dossiers préparatoires, éd. de Colette Becker avec la collaboration de Véronique Lavielle, Paris, Champion (coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine »), 2 vol. parus, 2003 et 2005, 1500 et 1024 p.

Transcription diplomatique en regard de la photographie des manuscrits. Le premier volume devrait comprendre les dossiers préparatoires de la Fortune des Rougon, de la Curée et du Ventre de Paris; le second volume édite les dossiers de la Conquête de Plassans, de la Faute de l'abbé Mouret, de Son Excellence eugène Rougon et de l'Assommoir.

2005  BAUDELAIRE : l'Atelier de Baudelaire : « les Fleurs du mal », édition de claude Pichois et Jacques Dupont, avec la collaboration de B. de Cornulier, Paris, Honoré Champion, 4 vol., 3625 p.

Les trois premiers volumes reproduisent en fac-similés les divers états de chacun des poèmes du recueil (manuscrits, épreuves corrigées, prépublications et publications), ce qui permet de voir les « étapes par lesquelles Baudelaire est passé pour parvenir à son texte définitif ». Comme on le voit à cette phrase téléologiquement incriminante, les éditeurs ne sont manifestement pas des adeptes de la CGMM... Le quatrième volume transcrit les variantes et se propose de faire la synthèse des informations actuellement connues sur la genèse du recueil et de chacun de ses poèmes, sans être pourtant une telle étude.

TdM


—. Éditions électroniques

      Il est probable que cette section disparaisse avec la prochaine version du présent ouvrage, du moins si l'édition « électronique » continue de n'être qu'une forme de diffusion des travaux d'édition, car il n'y a pas alors de raison de lui faire une place à part : en efet, dans l'ensemble, il s'agit tout bonnement d'éditions transmises électroniquement, c'est-à-dire offertes sur la toile ou sur disque multi-média. Rares sont encore les éditions électroniques proprement dites, celles qui profitent des ressources du médium. Voici d'abord un exemple d'édition électronique, même si l'étude de la genèse de l'oeuvre n'y occupe pas une place importante encore :

2005  SCUDÉRY : Madeleine et Georges de Scudéry, Artamène ou le Grand Cyrus, édition de Claude Bourqui (directeur scientifique), Alexandre Gefen (réalisation technique) et Barbara Selmeci (assistante), Fonds national suisse de la recherche scientifique, Université de Neuchâtel.

< www.artamene.org >

Véritable édition électronique du roman fleuve des Scudéry. Toute l'oeuvre est enveloppée de trois niveaux de résumés qui permettent de parcourir l'« histoire » plus ou moins rapidement. Une fois devant le texte original, on peut avoir accès sous forme de fiches aux notes et commentaires toujours en cours d'élaboration sur les noms de lieux et sur les personnages. On trouve dans la collection « Garnier-Flammarion », en graphie moderne, un volume d'extraits qui sont coordonnés au site internet.

      Par comparaison, rares sont les travaux qui suivent qui peuvent être considérés comme des éditions électroniques.

1994 (avant)  FLAUBERT : Genèse du début d'Hérodias, éd. Jean-Louis Lebrave, ITEM [cf. A. Grésillon, p. 201, no 2].

1995  FLAUBERT : Accompagnant l'édition des Plans et scénarios de « Madame Bovary » (cf. plus haut, 1995), Daniel Ferrer, Hyperscénario pour « Madame Bovary » : un outil de navigation hypertextuel, CNRS et Zulma.

1996  DUCASSE : el Bozo : la Moustache de Lautréamont, édition critique et interactive des Chants de Maldoror du comte de Lautréamont, par Guy Laflèche, Université de Montréal.

El Bozo : la moustache de Lautréamont
< mapageweb.umontreal.ca/lafleche/ma/ >

      L'étude de la genèse de l'oeuvre est en cours au fil de l'édition du texte.

2000  GIDE : André Gide, les Caves du Vatican, édition génétique par Alain Goulet réalisée par Pascal Mercier, disque multimédia de l'Université de Sheffield et Gallimard [bg Gen no 18].

2000  JABÈS : « Cela a eu lieu d'Edmons Jabès », prototype d'édition électronique de genèse en HTML, éd. d'Aurèle Crasson. Cette description, sans référence bibliographique, est de bg Gen no 18.

2001  FLAUBERT : Tony Williams, l'Histoire en question : l'avant-texte du premier chapitre de la troisième partie de « l'Éducation sentimentale », University of Hull (U.K.), Department of french :

< hull.ac.uk/hitm >

2002  NIETZSCHE : Paolo D'Iorio, HyperNietzsche, Manuscripta Editorial, site internet en cours d'élaboration, version 0.3 :

< HyperNietzsche.org >

      L'édition des oeuvres de Nietzsche, présentées en plusieurs langues.

2002  PROUST : Florence Callu, sans titre : reproduction photographique du manuscrit du Temps retrouvé qu'on peut lire ou plutôt déchiffrer en regard de l'édition originale de Robert Proust en 1927 (texte de la onzième édition parue chez Gallimard).

www.gallica.bnf.fr/Proust

2002  PROUST : Nathalie Mauriac Dyer, avec la collaboration de Pyra Wise, e-Venise, l'Épisode du séjour à Venise (1916-1922) : une présentation d'un fragment de la genèse d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Paris, Institut « Textes et Manuscrits moderne », s.d.

http://www.item.ens.fr/contenus/equiprojet/EQPaccueil.htm
Onglets : Équipe > Proust > e-Venise

      Nathalie Mauriac Dyer présente dans des dossiers successifs les divers états de la rédaction de l'épisode resté inachevé, puis les éditions successives du « Séjour à Venise » dans Albertine disparue, jusqu'à sa propre édition du passage — dédoublé (Le Livre de poche, 1993). Non seulement les textes ne sont pas édités dans des fenêtres qu'on pourrait placer en regard, mais les commentaires de l'édition sont eux-mêmes édités en phrases détachées dans des blocs, ce qui rend la lecture difficile et l'impression pratiquement impossible.

2002  ZOLA : Henri Mitterand, éd., le Rêve, un roman d'Émile Zola, Paris, Bibliothèque Nationale de France (coll. « Gallica »), s. d.

le Rêve, un roman d'Émile Zola

      Sans date, mais également sans aucune présentation éditoriale. Comme Henri Mitterand signe l'introduction, on devine que c'est lui qui a conçu et réalisé le projet qui rassemble pas moins de 35 spécialistes de Zola pour réaliser l'édition et l'étude systématique de toutes les pièces matérialisant les sources, la genèse, les éditions et la fortune du roman de Zola. Tous les brouillons et manuscrits photographiés sont également textualisés et commentés. Si l'on peut regretter que les annotations de Philippe Hamon, par exemple, ne soient pas appelées dans la transcription des ébauches, se plaindre aussi du fait que les fichiers soient trop longs et que chacun ne soit pas accompagné de sa table (pour trouver le début des « Ébauches » dans le fichier « Plan et ébauches », par exemple), on peut supposer que l'édition du fichier continuera de se développer, du moins sur le plan technique. Telle quelle, il s'agit actuellement d'une édition par voie électronique et non d'une édition électronique proprement dite, comme c'est le cas d'ailleurs de toute la collection « Gallica » de la BNF. À ce propos, on peut d'ailleurs regretter qu'un travail d'une telle tenue éditoriale sacrifie au charabia des informaticiens (« transcription en mode texte » pour transcription ! ou « numérisation en mode image » pour photographie !). Le corpus comprend quatre grandes sections : « Dossier préparatoire », « Texte et variantes », « Paratexte, intertexte » et « Réception, adaptation ».

TdM


7. Brouillons et manuscrits originaux

    Les éditions de brouillon et de manuscrit accompagnant la première impression d'une oeuvre, voire l'édition de dossiers des avant-textes de l'oeuvre, sont toutes récentes. Le premier exemple semble bien en être la Fabrique du pré (1971).

1967  PONGE : Francis Ponge, le Savon, Paris, Gallimard, 1967, 131 p. (Il ne s'agit ni d'un dossier de création, ni de l'édition de brouillon, mais d'une oeuvre qui préfigure nettement ces deux entreprises. Il s'agit d'un « livre » qui présente la mise en scène de sa rédaction faite de rédactions diverses sur le « sujet », le savon, bien sûr).

1971  PONGE : Francis Ponge, la Fabrique du pré, Genève, Skira (coll. « Les sentiers de la création »).

1977  PONGE : Francis Ponge, Comment une figue de paroles et pourquoi, éd. Jean Ristat, Paris, Flammarion (coll. « Digraphe »), 215 p. et photos hors texte.

1993  SIMON : Claude Simon, Chemins de la mémoire, textes, entretiens, manuscrits réunis par Mireille Calle, Sainte-Foy, Le Griffon d'argile, 244 p.

1994  LEIRIS : Michel Leiris, l'Homme sans honneur : notes pour « le sacré dans la vie quotidienne », transcription et fac-similé par Jean Jamin, Paris, Jean-Michel Place, 164 p.

2002  NERVAL : Gérard de Nerval, Jodelet ou l'Héritier ridicule, d'après Scarron, texte inédit, édition critique du manuscrit de la Comédie-Française par Jacques Bony, Jaignes, La chasse au Snark, 154 p.


Table de cette cinquième bibliographie

  1. Manuscrits mis au net
  2. Brouillons mis au net
  3. Brouillons et manuscrits édités à ce titre
  4. Réimpressions d'éditions princeps
  5. Éditions critiques, avec dossier de genèse
  6. Avant-textes, brouillons et manuscrits d'oeuvres déjà éditées
  7. —. Éditions électroniques
  8. Brouillons et manuscrits originaux

Début - - Tdm - - TGdM