El bozo
TdM Règles d'établissement Strophe 3.5 Glossaires Index TGdM
Édition critique interactive
des Chants de Maldoror du comte de Lautréamont par Isidore Ducasse

sous la direction de Guy Laflèche, Université de Montréal
L'édition interactive >>
       

Édition

Strophes actuellement éditées 

Chant 1, strophe 1
Chant 1, strophe 2
Chant 1, strophe 3
Chant 1, strophe 4
Chant 1, strophe 5
Chant 1, strophe 6
Chant 1, strophe 7
Chant 1, strophe 8
Chant 1, strophe 9
Chant 1, strophe 10
Chant 1, strophe 11
Chant 1, strophe 12
Chant 1, strophe 13
Chant 1, strophe 14

Chant 1, strophe 15

Fin du Chant 1

Chant 2, strophe 1
Chant 2, strophe 2
Chant 2, strophe 3
Chant 2, strophe 4
Chant 2, strophe 5
Chant 2, strophe 6
Chant 2, strophe 7
Chant 2, strophe 8
Chant 2, strophe 9
Chant 2, strophe 10
Chant 2, strophe 11
Chant 2, strophe 12
Chant 2, strophe 13
Chant 2, strophe 14
Chant 2, strophe 15
Chant 2, strophe 16

Fin du Chant 2

Chant 3, strophe 1
Chant 3, strophe 2
Chant 3, strophe 3
Chant 3, strophe 4
Chant 3, strophe 5

Fin du Chant 3

Chant 4, strophe 1
Chant 4, strophe 2



Chant 4, strophe 6

Deux entrées pour les lecteurs pressés

  Maldoror
  Lautréamont

Les plus grandes découvertes du Bozo

  L'hispanisme lexical, grammatical, syntaxique et culturel de l'oeuvre d'Isidoro Ducasse
  Citation littérale de Dante à l'incipit des Chants (traduction de Jacques-André Mesnard)
  Citation littérale de Milton au Chant 6, troisième strophe (traduction de Chateaubriand)
  El Matadero d'Esteban Echevarría, source de l'épisode des bouchers, strophe 6.9
  Une strophe inédite du Chant premier, réécrite au Chant 2
  L'état original du « 2e Chant », soit le fascicule II des Chants de Maldoror en 1868
  — Et par conséquent la « recomposition » du Chant 2.
  La source de la strophe 3.2 dans une petite ballade de la Jeunesse


Éditorial


« L'étude des hispanismes. — Il [Guy Laflèche] a été l'un des premiers à en souligner l'importance dans le texte de Lautréamont. L'accord s'est fait aujourd'hui pour reconnaître leur présence. Est-elle aussi constante que le dit M. Laflèche ? Les Chants de Maldoror sont-ils un « texte entièrement pensé en espagnol AVANT d'avoir été ensuite rédigé en français » comme il l'écrit ? Seul son travail achevé permettra de répondre à ces questions. Il nous demande d'accepter l'idée que nous n'avons à peu près rien compris au texte jusqu'à présent, ce qui naturellement est difficile à concevoir a priori. L'enjeu est donc de taille, et radical, puisque c'est plus d'un siècle de recherche critique qui se verrait anéanti, si M. Laflèche a raison ! Je ne saisis pas s'il mesure exactement la violence de sa proposition ».

—— Ducassologue anonyme, automne 2003.

Le présent site est toujours répertorié de manière amusante sur le magazine Maldoror.org.

 

A P P R E N E Z - L E U R   À   L I R E,   I L S   S E   R É V O L T E N T

Édition de la strophe 4.2
Nouvel épisode du feuilleton universitaire

Une coquille hilarante, à mourir de lire

      Des coquilles et des fautes de composition, on en trouve partout, nombreuses, dans le fabuleux monde de l'édition. Sauf aux Éditions du Singulier, où elles sont rares. J'espère qu'on n'en trouvera pas beaucoup dans l'édition de la strophe 4.2. Autrement, s'il s'en trouve, j'espère qu'elles ne seront pas trop significatives.

      Car dans la strophe en question, on trouve une faute de composition typographique et une coquille qui sont toutes deux très significatives.

      La première devait être le point de départ de ma communication refusée au Colloque international Lautréamont de Barcelone en novembre 2006, avec un dépouillement systématique des désignations de ses textes par Isidore Ducasse. Il s'agit d'un tout simple alinéa mis à tort au beau milieu de la strophe. Il permet de reconstituer une page du manuscrit des Chants de Maldoror. Ce n'est pas rien. J'en tire les conclusions, n. (3).

      La seconde est une coquille, une simple coquille. Bien entendu, on trouve depuis toujours, si je puis dire, une liste des coquilles des Chants que ne reproduisent pas les éditions qui prétendent recopier systématiquement les éditions princeps, « coquilles comprises ». La plus spectaculaire fait depuis lors le bonheur des typographes : infatigab!e ! Mais celle que le Bozo vient de mettre au jour risque de faire le malheur des spécialistes de l'oeuvre d'Isidore Ducasse, avec la preuve qu'il ne savent pas plus rire que lire ou lire que rire ! Comme l'âne qui mange la figue ou la figue qui mange l'âne, dans le genre des raisonnements qui choquent contre les grelots de la folie, si vous voyez ce que je veux dire.

      J'espère du moins qu'on ne trouve nulle part dans la critique littéraire des Chants aucun commentaire savant sur la phrase qui devient dorénavant célèbre entre toutes : « Apprenez-leur à lire, ils se révoltent » !

Guy Laflèche,
27 janvier 2014

A P P R E N E Z - L E U R   À   R I R E,   I L S   S E   R É V O L T E N T

Les éditoriaux en archives : 15 janvier 2001, 28 janvier 2001, 14 février 2001, 27 février 2001, 8-13 mars 2001, 9 mai 2001, 2002, 2003, 28 juin et 15 juillet 2006, 27 septembre 2006, 23 novembre 2007, 17 janvier, 28 février 2008, 17 mars 2008, 10 juillet et 10 août 2008, 23 octobre 2008, 28 juin et 10 juillet 2009, 29 juillet 2009, 17 septembre 2009, 9 mars 2013, 14 juin 2013, 7 juillet et 4 août 2013, 16 septembre et 4 décembre 2013, 9 janvier 2014.

       
Tables du début du présent fichier