El bozo
TdM Règles d'établissement Strophe 3.5 Glossaires Index TGdM
Édition critique interactive
des Chants de Maldoror du comte de Lautréamont par Isidore Ducasse

sous la direction de Guy Laflèche, Université de Montréal
L'édition interactive >>
       

Édition

Strophes actuellement éditées :

Chant 1, strophe 1
Chant 1, strophe 2
Chant 1, strophe 3
Chant 1, strophe 4
Chant 1, strophe 5
Chant 1, strophe 6

Chant 3, strophe 5

Deux entrées pour les lecteurs pressés:

Maldoror
Lautréamont

Éditorial

Ce travail est un brouillon

Quatrième envoi : voici la sixième strophe que je mets en orbite depuis janvier. S'il y en avait quelques-uns parmi vous qui trouvaient que je ne travaille pas assez vite, je les prierais de bien vouloir s'essayer eux-mêmes à l'édition d'une strophe, comme je le proposais la dernière fois.

Je place d'ailleurs en post-scriptum permanent à l'éditorial la liste des dix opérations que j'énumérais à cette occasion.

Mais je voudrais cette fois-ci ajouter une précision importante. En effet, plusieurs d'entre vous imaginez, bien entendu, qu'après la dixième et dernière opération, il suffit de mettre le travail en orbite et qu'on a tout de suite droit à la Guinness.

Pas du tout.

On mérite plusieurs pintes de Guinness seulement après la plus pénible, la plus difficile et la plus longue des opérations. Onzième et éternelle étape : la correction ! Mon édition de la présente strophe 1.6 correspond à un texte imprimé de douze pages à simple interligne. Au cours de l'analyse, j'ai dû mettre deux ou trois jours à la rédiger. Je viens de passer pas moins de quatre jours à me relire et me corriger. Et c'est encore un brouillon.

Bien entendu, puisqu'il s'agit d'un TRAVAIL EN COURS. Contrairement aux livres et aux articles que je publie, l'édition critique des Chants de Maldoror est mise en orbite par morceaux. Je n'y ai donc pas le recul d'un brouillon d'ensemble que je peux d'abord corriger systématiquement et qui sera encore lu et corrigé par les consultants des éditeurs et qui passera à la correction d'épreuves. L'édition en cours, c'est nécessairement la publication d'un brouillon. On y trouve donc des fautes de toutes sortes, mais surtout une expression encore proche de l'improvisation, avec des lourdeurs, des répétitions et des phrases tortueuses, des exposés aussi qui devront être entièrement reformulés.

Je suis de ceux qui doivent mettre beaucoup de temps à se corriger, qui détruisent leurs brouillons et manuscrits et qui ne sont jamais satisfaits du style et de la langue des textes qu'ils font imprimer. En revanche, avec tous ces défauts, je me reconnais au moins une qualité, qui est une forme de fière humilité. En effet, je ne me prends pas pour un autre et surtout pas pour un écrivain. C'est déjà ça ! Par conséquent, je ne suis pas du tout gêné de publier un travail en cours, un brouillon encore souvent fautif et par conséquent assez personnel, avec les petites humiliations des bourdes qui nous trahissent cruellement.

En revanche, si je ne vous demande aucune indulgence, je vous serais reconnaissant de me signaler les fautes et les coquilles qui vous auront fait rire : j'en rirai avec vous avant de les corriger au plus vite.

Je vous dis donc : au prochain brouillon, celui de l'édition de la strophe 1.7 que j'entreprends bientôt. Après la douzième étape de mon travail, celle de la Guinness.

Guy Laflèche,
27 février 2001

Post-scriptum

Voici la liste des dix opérations nécessaires à l'édition de chaque strophe. Il s'agit de dix petits travaux (qu'il n'est pas nécessaire de faire dans l'ordre évidemment), dont l'importance varie chaque fois. Et pas nécessairement avec la longueur de la strophe. Prenons la sixième étape. Selon qu'on a déjà trouvé des sources textuelles à la strophe à l'étude ou si l'on a la chance d'en trouver de nouvelles, alors évidemment il faut prendre le temps de les étudier. C'est ce que l'on appelle la « critique des sources ». Comme on l'imagine, le travail de recherche détermine de lui-même l'importance relative des diverses opérations. Mais il ne faut pas perdre de vue les deux objectifs complémentaires de ce travail d'édition, l'étude de l'hispanisme et l'établissement en conséquence de la lettre du texte.

1. Analyse grammaticale de la strophe.

2. Étude des hispanismes que trahit souvent la simple formulation française.

3. Confrontation, dans l'ordre de leur réalisation, des sept traductions du texte français en espagnol, avec l'analyse des autres traductions au besoin.

4. Étude linguistique de toutes les formes d'hispanismes mises au jour.

5. Étude stylistique de la strophe.

6. Recherche et analyse des sources et étude de la genèse.

7. Confrontation des trois états du texte et confrontation aux textes sources s'il y a lieu. Établissement systématique de la liste des variantes.

8. Rédaction des nouvelles entrées des dix glossaires.

9. Établissement du texte et rédaction des commentaires linguistiques.

10. Rédaction des notes de genèse.

Si l'on veut tenter l'expérience sur une strophe de son choix, ce sera un plaisir pour moi d'aider à parachever ou compléter le travail si nécessaire et d'en faire l'édition ici sous le nom de son auteur. On peut aussi s'amuser à faire seulement l'une ou l'autre, quelques-unes des dix opérations et je ferai les autres.

Si vous voulez « réserver » une strophe avant de vous mettre au travail, écrivez-moi ! Bonne chance ? Vous n'en avez pas besoin. Mais je vous dirais plutôt, bon travail et beaucoup de plaisir, avec l'occasion de faire quelques découvertes, celles de nouveaux hispanismes, de leçons ou de corrections inédites pour une meilleure compréhension du texte et, si possible, la découverte de nouvelles sources littérales.

       
Tables du début de la présent fichier