El bozo
TdM Règles d'établissement Strophe 3.5 Glossaires Index TGdM
Édition critique interactive
des Chants de Maldoror du comte de Lautréamont par Isidore Ducasse

sous la direction de Guy Laflèche, Université de Montréal
L'édition interactive >>
       

Édition

Strophes actuellement éditées 

Chant 1, strophe 1
Chant 1, strophe 2
Chant 1, strophe 3
Chant 1, strophe 4
Chant 1, strophe 5
Chant 1, strophe 6
Chant 1, strophe 7
Chant 1, strophe 8
Chant 1, strophe 9
Chant 1, strophe 10
Chant 1, strophe 11
Chant 1, strophe 12
Chant 1, strophe 13
Chant 1, strophe 14

Chant 1, strophe 15

Chant 2, strophe 1
Chant 2, strophe 2
Chant 2, strophe 3
Chant 2, strophe 4
Chant 2, strophe 5
Chant 2, strophe 6
Chant 2, strophe 7
Chant 2, strophe 8
Chant 2, strophe 9
Chant 2, strophe 10
Chant 2, strophe 11
Chant 2, strophe 12
Chant 2, strophe 13
Chant 2, strophe 14




Chant 3, strophe 5






Chant 4, strophe 6

Deux entrées pour les lecteurs pressés

  Maldoror
  Lautréamont

Les plus grandes découvertes du Bozo

  L'hispanisme lexical, grammatical, syntaxique et culturel de l'oeuvre d'Isidoro Ducasse
  Citation littérale de Dante à l'incipit des Chants (traduction de Jacques-André Mesnard)
  Citation littérale de Milton au Chant 6, troisième strophe (traduction de Chateaubriand)
  El Matadero d'Esteban Echevarría, source de l'épisode des bouchers, strophe 6.9
  Une strophe inédite du Chant premier, réécrite au Chant 2
  L'état original du « 2e Chant », soit le fascicule II des Chants de Maldoror en 1868


Éditorial


« L'étude des hispanismes. — Il [Guy Laflèche] a été l'un des premiers à en souligner l'importance dans le texte de Lautréamont. L'accord s'est fait aujourd'hui pour reconnaître leur présence. Est-elle aussi constante que le dit M. Laflèche ? Les Chants de Maldoror sont-ils un « texte entièrement pensé en espagnol AVANT d'avoir été ensuite rédigé en français » comme il l'écrit ? Seul son travail achevé permettra de répondre à ces questions. Il nous demande d'accepter l'idée que nous n'avons à peu près rien compris au texte jusqu'à présent, ce qui naturellement est difficile à concevoir a priori. L'enjeu est donc de taille, et radical, puisque c'est plus d'un siècle de recherche critique qui se verrait anéanti, si M. Laflèche a raison ! Je ne saisis pas s'il mesure exactement la violence de sa proposition ».

—— Ducassologue anonyme, automne 2003.

Le présent site est toujours répertorié de manière amusante sur le magazine Maldoror.org.

Chant 2, strophe 13

Après la découverte d'une strophe inédite du Chant premier,
notre strophe 1.15,
voici encore une autre découverte spectaculaire

« Le 2e chant »

Mise au jour de l'état original du manuscrit
du fascicule II des Chants de Maldoror
octobre 1868

      La strophe de la requine est la seconde plus longue des Chants, après celle du cheveu. La strophe de la requine (2.13) et celle du cheveu (3.5) sont également les deux plus populaires des connaisseurs et fanatiques. Et pour cause.

      Ce sont les deux strophes que présentaient à Montréal Ophélia Teillaud et Marc Zammit (Dédale III — naufrages et passion, Théâtre la Veillée, octobre 1998), dans une opposition inoubliable entre une narratrice immobile et un acteur volubile et hyperactif.

      Ce qu'on ne savait pas encore, c'est que la première (la strophe de la requine) avait été rédigée après l'autre (la strophe du cheveu) — découverte qui nous permet aujourd'hui de reconstituer l'état original du « 2e chant », c'est-à-dire ce qui aurait dû être le fascicule II des Chants de Maldoror en 1868.

      Que la strophe soit construite sur un chapitre du Melmoth de Maturin, cela aura probablement moins de conséquence que de mettre au jour l'un des mécanismes de rédaction des plus originaux des Chants de Maldoror, soit la narration improvisée, rigoureusement comparable au récit de rêve moderne, vraisembablement jamais réalisée jusque-là. Ce n'était pourtant pas si difficile d'écrire n'importe quoi n'importe comment, comme ces rêves que nous faisons nuit après nuit. En fait, oui, il fallait un génie pour les mettre en scène par écrit.

      Et chacun n'oubliera pas la présence de sa syntaxe hispanique, s'il n'est pas tout à fait inconscient de l'objet premier de ce travail, la tête de ce fabuleux futur (nouveau) lecteur (comme le futur noyé), accompagnant (l'invention de) la requine, il (et on parle bien de la tête) saura surnager sur les eaux de la plus terrible strophe, post-rédigée. Ce n'est pas du français, c'est vrai, c'est mieux, c'est du Isidore Ducasse.

   Guy Laflèche,
   17 septembre 2009.

Les éditoriaux en archives : 15 janvier 2001, 28 janvier 2001, 14 février 2001, 27 février 2001, 8-13 mars 2001, 9 mai 2001, 2002, 2003, 28 juin et 15 juillet 2006, 27 septembre 2006, 23 novembre 2007, 17 janvier, 28 février 2008, 17 mars 2008, 10 juillet et 10 août 2008, 23 octobre 2008, 28 juin et 10 juillet 2009, 29 juillet 2009.

       
Tables du début du présent fichier