bg
bibliographie littéraire de la Nouvelle-France
TdM Présentation Errata/addenda Complementum Index TGdM
 
  Histoire littéraire de la Nouvelle-France  
 
bg

Bibliographie littéraire de la Nouvelle-France

Guy Laflèche

Bibliographie littéraire de la Nouvelle-France,
Laval, Singulier (coll. « Les cahiers universitaires du Singulier », no 2), 2000.

Complementum

Correspondants et collaborateurs

Franz Obermeier, Université de Kiel. F. Obermeier est l'auteur des traductions des titres allemands entre crochets.

(bg.) L'abréviation bg. renvoie aux 1234 entrées de la bibliographie publiée en 2000.

(*) L'astérisque indique les ouvrages qui n'ont pas été consultés et dont les références peuvent être incomplètes ou le classement inexact.

Note métabliographique. Je rappelle (cf. bg. p. 23) que les titres des oeuvres de la Nouvelle-France sont parfois abrégés. Il va sans dire que la typographie des titres des ouvrages est refaite de manière systématique. En particulier, les deux-points (:) séparent les surtitre, titre ou sous-titre. Jamais aucun point (.) ne se trouve dans le corps d'un titre. Dans le titre des articles, l'italique remplace souvent les guillemets pour désigner les titres d'ouvrage, tandis que j'utilise les guillemets plats pour les "mise entre guillemets" dans les titres des articles ou des livres. Le nombre de pages des livres ou des recueils est toujours compté, après les pages préliminaires en chiffres romains (qu'elles soient ou non numérotées), de la première page à l'achevé d'imprimer, sauf dans les cas où des pages blanches, des notes éditoriales (listes de livres de l'éditeur ou de l'auteur) ou de la publicité séparent la dernière page du texte et celle qui porte l'achevé d'imprimer. Dans ce dernier cas, c'est la dernière page du texte qui détermine le nombre de pages du livre.

Table générale

I   LES TEXTES À L'ÉTUDE

1.  La littérature coloniale de la Nouvelle-France
2.  Écrits de/sur la Nouvelle-France
    — La Louisiane et le Mississippi au XVIIIe siècle
3.  Écrits des jésuites de/sur la Nouvelle-France

II   LES ÉTUDES DE TEXTE

4.  Études sur la Nouvelle-France
5.  Études littéraires sur la Nouvelle-France

Table

I   LES TEXTES À L'ÉTUDE

Chapitre 1   La littérature coloniale de la Nouvelle-France

I. Études et anthologies

1. Études
2. Anthologies de la littérature coloniale
L'Amérique des poètes et prosateurs français

II. Les auteurs et leurs oeuvres

      Pour cette section du premier chapitre, la numérotation des auteurs a été refaite, car on devait trop en ajouter à la première édition. L'ancienne (anc.) numérotation est rappelée ci-dessous, chaque fois qu'elle a changé, pour qu'on puisse s'y reporter rapidement.

     1   Marc Lescarbot (1570-1642) — 1606
     2   Les jésuites du collège de Québec — 1658
     3   René-Louis Chartier de Lotbinière (1641-1709) — 1668
     4   Pierre de Troyes (?-1688) — 1686
     5   Louis-Henri de Baugy (?-1720) — En N.-F. de 1682 à 1689 — (1687)
     6   Jean-Baptiste de la Croix de Chevrière de St-Vallier (1653-1727) — 1688
     7   Joseph de la Colombière (1651-1723) — 1690
     8   Buade, Louis de, comte de Palluau et de Frontenac (1622-1698) — En N.-F. en 1672-1682 et 1689-1698
     9 (anc 8)   Jean Baudoin (1662?-1698) — 1696
    10   Gédéon (de) Catalogne (1662-1729) — 1716
    11 (anc. 9)   Étienne Marchand (1707-1774) —1733
    12 (anc. bg. 176-177)   Louis Franquet (1697-1768) — 1750-1753
    13 (anc. 10)   M.-A. Regnard Duplessis de Sainte-Hélène (1687-1760) — (1718?-1758)
    14 (anc. 11)   Élisabeth Bégon (1696-1755) — 1748-1753
    15   Thomas Pichon (1700-1781) — Au Canada de 1751 à 1760 — 1758
    16   Louis-Léonard Aumasson de Courville De France (1722 - après 1782)
   — arrive au Canada vers 1749 et décède probablement dans la région de Montréal — 1756-1759, puis après 1760
    17 (anc. 13)   Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811) — 1756-1759
    18 (anc. 14)   Louis-Joseph de Saint-Véran, marquis de Montcalm (1712-1759) — 1756-1759
    19   André Doreil — Au Canada de 1755 à 1758 — 1755-1759
    20 (anc. 16)   Marie-Joseph Legardeur de Repentigny (récits du siège de Québec) — 1759
    21   Jean-Baptiste-Nicolas-Roch de Ramezay (1708-1777) — 1759-1760
    22   Anne-Joseph-Hippolyte de Maurès, comte de Malartic (1730-1800) — Au Canada de 1755 à 1760 — 1755-1760, 1890
    23 (anc. 15)   François-Gaston duc de Lévis (1720-1787) — 1756-1760
    24   Jean-Félix Récher (1724-1768), carnet de journaux, 1757-1760
    25 (anc. 12)   J. C. B. : Joseph-Charles Bonin dit Jolicoeur (et non J.-C. Bonnefons) — 1751-1761
    26 (anc. 17)   Luc de La Corne, dit Lacorne Saint-Luc (1711-1784) — 1761, 1778
    27   François-Charles de Bourlamaque (1716-1764) — Au Canada de 1756 à 1760 — Mémoire du 1er août 1762
    28   Pierre Pouchot de Maupas (1712-1769) — Au Canada de 1755 à 1760 — 1769, 1781

Quelques mémoires issus de l'« Affaire du Canada » (1763)

    29   Bigot, François de (1703-1777), intendant
    30   Boishébert, Charles Deschamps de (1727-1797), militaire
    31   Chabert de Joncaire, Daniel (1716-1771), marchand
    32   Duverger de Saint-Blin, P.-F., militaire
    33   Péan de Livaudière, M.-J.-H. (1723-1782), traiteur

Chapitre 2   Écrits de/sur la Nouvelle-France

Jehan Poullet, voyages de Jacques Cartier (3)
Textes connexes de Roberval et d'Alfonse
André Thevet, Jean de Léry
        et les autres relations françaises du Brésil (4-5)
Jean Ribault et les Français en Floride (6)
Marc Lescarbot (7)
Samuel de Champlain (8)
Auteur anonyme du De moribus Canadensium, 1616 (8 bis)
René Cuillerier [?], vers 1665 (13 bis)
Nicolas Perrot (14)
Louis Nicolas (17)
Robert Cavelier de la Salle
       et l'exploration du Mississippi (19)
Louis Hennepin (20)
Pierre-Esprit Radisson (21)
Chrestien Leclercq (23)
Valentin Leroux (24)
Louis Armand de Lom d'Arce, baron de Lahontan (29)
Pierre Gaultier de Varenne et de la Vérendrye (33a)
Claude Lebeau (35)
Emmanuel Crespel (36)
Jean-Louis Fornel (1698-1745) — Relation de 1743 (36a)
Pierre-François-Xavier de Charlevoix (37)
Pierre Maillard (1709-1762), séjours au Canada de 1735 à 1762 (37a)

Chapitre 2 bis   Écrits de/sur la Nouvelle-France — appendice

La Louisiane et le Mississippi au XVIIIe siècle

 1  Anthologie

 2  [De Vallette de Laudun] — 1720
 3  J.-F. Dumont de Montigny et J.-B. Le Mascrier (1715-1747 et 1697-1760) — (1687-1723)
 4  J.-B. Bénard de La Harpe (1683-1765)   — (1698-1723) 1831
 5  C.-J. Franquet de Chaville (1696-1775)   — (1720-1724)
 6  Marie-Madelaine Hachard (1704?-1760)   — 1728
 7  Antoine François Laval (1664-1728)   — 1728
 8  Antoine S. Le Page du Pratz (17??-1775))   — 1758
 9  Jean Bernard Bossu (1720-1792)   — 1763, 1777
10  Étienne Vaugine de Nuisement (1724-179?)   — (1752-1755) 1765
11  L.-N. Baudry des Lozières (1751-1841)   — 1802
12  Louis Dubroca (1757-183?)   — 1802
13  Louis-Ange Pitou (1767-1846)   — 1805
14  Charles-César Robin (1759?-18??)   — 1807
15  Baron de Montlezun (17??-18??)   — 1818

Chapitre 3   Écrits des jésuites de/sur la Nouvelle-France

1.1   Bibliographies
1.2   Études
1.3   Collections des RJNF
1.4   Avatars des RJNF après la « suppression » de 1673
1.5   Éditions critiques, éditions commentées, recueils et anthologies
1.6   Textes annexes — F. Ducreux
1.7   Textes connexes — C. Chauchetière et P. Cholenec
1.8   Grammaires et dictionnaires des langues amérindiennes
1.9   Ouvrages de dévotion

II   LES ÉTUDES DE TEXTE

Chapitre 4   Études sur la Nouvelle-France

1.   Bibliographie
1.1   Guides bibliographiques

2.   Histoire
2.1   Atlas historiques
2.1 bis  Navigations et explorations de l'Amérique
2.2  Histoire de la Nouvelle-France
2.2 bis  Histoire de la Nouvelle-France, historiographie
2.2 tertio  Histoire de la Louisiane
2.3   Dictionnaires de biographies

3.   Histoire des idées

4.   Histoire littéraire

4. bis   Histoire de l'art

5.   Histoire religieuse
5.1  Histoire [...] des missions de la Compagnie de Jésus
5.2  Histoire de l'Église et de la mission de Nouvelle-France
5.3 bis  Histoire et historiographie « religieuses » de la Nouvelle-France
5.4  Spiritualité
5.4.3  La spiritualité de la Compagnie de Jésus et les jésuites français
5.4.5  La relation missionnaire ou la lettre curieuse et édifiante

6.   Ethnologie, anthropologie et acculturation

6.2   Langues amérindiennes
6.2.1   Langues amérindiennes. - Exemple de l'innu
6.2.2   La linguistique des missionnaires de Nouvelle-France

6.4   Histoire des Amérindiens de la Nouvelle-France
6.5   Anthropologie ou ethnologie historique
6.5 bis   Les Amérindiennes et les Européennes de Nouvelle-France
6.5 tertio   Archéologie

6.6   Cultures, arts et littératures amérindiennes
6.6.1   Science, technologie et artisanat
6.6.2   Contes amérindiens, récits populaires, légendaires, mythiques
6.6.3   Les (prétendues) religions amérindiennes, la pensée magique

6.7   Acculturation
6.8   Conversion

7.   Histoire et anthropologie des religions

Chapitre 5   Études littéraires des écrits de la Nouvelle-France

0.     Méthodologie
1.     Idéologie, mentalités, réception historiographique
2.2   Dictionnaires
3.     L'édition critique des écrits de la Nouvelle-France
4.     Numéros de revues et recueils  — 1989 et suiv.

5.     Ouvrages et articles

5.1  Thèmes généraux

5.1.0   Langue, grammaire et stylistique
5.1.1   Panoramas, exposés bibliographiques
5.1.3   Description
5.1.6   Écrits des femmes, écriture féminine
5.1.6 bis   La figure de l'Habitant
5.1.6 tertio   La figure du Coureur des bois
5.1.7   Indiens, Amérindiens
5.1.8   Parole amérindienne
5.1.9   Récit de voyage en Nouvelle-France
5.1.10   Récit de voyage, étude du genre
5.1.12   Littérature de la France atlantique, littérature coloniale de Nouvelle-France

5.2  Auteurs

Abbeville, Claude de (5.2.0)
Aumasson de Courville De France, Louis-Léonard (5.2.1 bis)
Bacqueville de la Potherie, Claude Charles Le Roy, sieur de (5.2.2)
Barbier, Marie (5.2.2 bis)
Bégon, Élisabeth (5.2.3)
Biard, Pierre (5.2.4)
Bigot, François, et l'Affaire du Canada (5.2.5 bis)
Bonin, Joseph-Charles, dit Jolicoeur (5.2.5 bis)
Boucher, Pierre (5.2.6)
Bougainville, Louis-Antoine de (5.2.7)
Bourgeoys, Marguerite (5.2.8)
Bourlamaque, François-Charles de (5.2.8 bis)
Brébeuf, Jean de (5.2.9)
Bressani, Giuseppe (5.2.10)
Buade, Louis de, comte de Palluau et de Frontenac (5.2.10 bis)
Cartier, Jacques, voyages de Cartier par Jehan Poullet (5.2.11)
Cavelier de la Salle, Robert, et l'exploration du Mississippi (5.2.12)
Challes, Robert (5.2.12 bis)
Champlain, Samuel de (5.2.13)
Charlevoix, Pierre-François-Xavier (5.2.14)
Chauchetière, Claude (5.2.14 bis)
Chaumonot, Joseph-Marie (5.2.14 tertio)
Cholenec, Pierre (5.2.14 quarto)
Crespel, Emmanuel (5.2.14 quintum)
Descombes (5.2.16 bis)
Dières de Diéreville de Pont-l'Évêque, Marin (5.2.17)
Dollier de Casson, François (5.2.18)
Ducreux, François (5.2.18 bis)
Évreux, Yves de (5.2.18 tertio)
Frontenac, Louis de Buade, comte de Palluau et de Frontenac (5.2.10 bis)
Gaultier de Varennes et de la Vérendrye, Pierre (5.2.19 bis)
Gendron, François (5.2.19 tertio)
Goulaine de Laudonnière, René (5.2.29 bis)
Gourgues, anonyme, Reprise de la Floride par le cap, D. de Gourgues (5.2.19 quarto)
Guyart, Marie Martin de l'Incarnation (5.2.20)
Hachard, Marie-Madeleine (5.2.20 bis)
Hennepin, Louis (5.2.21)
Jérémie, Nicolas (5.2.22)
Jésuites en Amérique du Sud (5.2.23 bis)
Jésuites, RJNF (5.2.24)
Jogues, Isaac (5.2.24 bis)
Joutel, Henri (5.2.25 bis)
Lafitau, Joseph-François (5.2.27)
Lahontan, Louis Armand de Lom d'Arce, baron de (5.2.28)
Lalemant, Jérôme (5.2.29)
Laudonnière, René Goulaine de (5.2.29 bis)
La Vérendrye, Pierre Gaultier de Varennes (5.2.19 bis)
Lebeau, Claude (5.2.30)
Le Challeux, Nicolas (5.2.30 bis)
Leclercq, Chrestien (5.2.31)
Lejeune, Paul (5.2.32)
Le Moyne de Morgues, Jacques (5.2.32 bis)
Leroux, Valentin (5.2.33)
Léry, Jean de (5.2.34)
Lescarbot, Marc (5.2.36)
Longpré de Saint-Augustin, Marie-Catherine (5.2.37)
Marchand, Étienne (5.2.37 bis)
Marguerite d'Angoulème, reine de Navarre (5.2.37 tertio)
Meulles, Jacques de (5.2.38 bis)
Morin, Marie (5.2.39)
Nicolas, Louis (5.2.40)
Perrot, Nicolas (5.2.40 bis)
Poutrincourt, Jean de Biencourt, sieur de (5.2.40 tertio)
Radisson, Pierre-Esprit (5.2.43)
Ragueneau, Paul (5.2.44)
Raudot, Antoine-Denis (5.2.44 bis)
Récollets, écrits des récollets de Nouvelle-France (5.2.44 tertio)
Regnault, Christophe (5.2.44 quarto)
Ribault, Jean (5.2.44 quintum)
Sagard, Gabriel Théodat (5.2.47)
Sagean, Mathieu (5.2.48)
Saint-Vallier, Jean-Baptiste de La Croix de Chevrière de (5.2.48 bis)
Thevet, André (5.2.50)
Tonti, Henri de (5.2.51)


I   Les textes à l'étude

Chapitre 1
La littérature coloniale de la Nouvelle-France

I. Études et anthologies

1. Études

      On trouvera au chapitre 4 les premiers essais d'histoire littéraire qui distinguent la littérature coloniale de la littérature française sur la colonie, l'Amérique et les Amérindiens : voir les exposés de Klaus-Dieter Ertler en 2005 et de Guy Laflèche en 2008 (no 1432 et 1437). La question implique bien entendu la naissance d'une identité canadienne (plus tard canadienne-française, aujourd'hui québécoise) en regard de l'identité française.

Saliha Belmessous, « Être français en Nouvelle-France : identité française et identité coloniale aux dix-septième et dix-huitième siècles », French Historical Studies, vol. 27. no 3 (été 2004), p. 507-540. [1253

      Encore vers la toute fin du Régime français, l'analyse ne peut trancher la question de savoir si les autorités politiques n'exagèrent pas considérablement le caractère « canadien » des habitants de la colonie (les rapprochant des « Indiens »). Pour les études littéraires, la question s'arrête précisément là : s'il existe certainement une culture propre à la colonie, déjà difficile à circonscrire, une chose est certaine, c'est que la littérature coloniale (si tant est qu'on puisse parler ici de littérature) est embryonnaire et ne survivra pas à la conquête militaire.

2. Anthologies de la littérature coloniale
L'Amérique des poètes et prosateurs français

Roger Le Moine, « l'Amérique des prosateurs français de la Renaissance », Cahier des dix, no 55 (2001), p. 149-174; et no 56 (2002), p. 167-191; anthologie complétée par l'édition de la traduction française (en 1734) des pages consacrées au Canada dans l'Histoire universelle (dernière de quatre parties, 1608, édition posthume), « la Nouvelle-France de Jacques-Auguste de Thou », les Cahiers des dix, no 58 (2004), p. 311-335. [1254

II. Les auteurs et leurs oeuvres

Marc Lescarbot (1)

« Le Théâtre de Neptune en la Nouvelle-France », édition par Hannah Fournier, Canadian Drama / l'Art dramatique canadien, vol. 7, no 1 (printemps 1981), p. 44-50. [1255

Les Muses de la Nouvelle-France, présentation de Jean-Marc Desgent, Montréal, Les herbes rouges (coll. « Five o'clock »), 1998, 96 p. [1256

Les Muses de la Nouvelle-France : premier recueil de poèmes européens écrit en Amérique du Nord, édition critique par Bernard Émont, Paris, L'Harmattan (coll. « Critiques littéraires »), 2004, réimpression corrigée en 2006, 265 p. [1257

      Analyse, édition critique et commentaire systématique du recueil de Marc Lescarbot, ouvrage réalisé à partir de la thèse de doctorat de 1975 (cf. bg. 63). Ce devrait être dorénavant l'édition recommandée des Muses de la Nouvelle-France. Voir au no 2265.

Spectacle of Empire : Marc Lescarbot's « Theatre of Neptune in New France », édition de Jerry Wasserman, Vancouver, Talonbooks, 2006, 108 p. — Édition, traduction anglaise d'E. et R. Benson, étude et bibliographie. [1258

Jean-Baptiste de La Croix de Chevrière de Saint-Vallier (6)

Catechisme du diocese de Quebec par monseigneur l'illustrisime & reverendissime Jean de la Croix de Saint Vallier, evêque de Québec, en faveur des curez & des fideles de son diocese, Paris, Urbain Coustelier, 1702, 522 p. [1259

Louis de Buade, comte de Palluau et de Frontenac (8)

      On n'a pas encore procédé à l'établissement critique de la correspondance du gouverneur avec Louis XIV et ses ministres (Archives Nationales de France : Colonies, série « correspondance générale : Canada », cote AC C 11A). Si l'on ne peut se reporter à ces originaux, on peut utiliser la transcription documentaire suivante.

Pierre-Georges Roy, archiviste responsable, « Correspondance échangée entre la cour de France et le gouverneur Frontenac » : « Première administration (1672-1682) » Rapport de l'Archiviste de la province de Québec (RAPQ),1926-1927, p. 1-144. « Seconde administration (1689-1699) », première tranche (1689-1654), RAPQ, 1927-1928, p. 3-221; seconde tranche (1655-1699), RAPQ, 1928-1929, p. 247-384. [1260

Gédéon (de) Catalogne (10)

Recueil de ce qui s'est passé en Canada au sujet de la guerre tant des Anglais que des Iroquois depuis l'année 1682 [jusqu'en 1716], manuscrit des Archives nationales de France, Col., F3, 2, fo 100-129. [1261

Manuscript relating to the early history of Canada / Relation sur le Canada, 1682-1712 (sic, pour 1716), Québec, literary and historical Society / Société littéraire et historique, 1871, 82 p. [1262

      Seule la page de titre est bilingue. L'édition du texte est en français. Un faux-titre donne le titre original du manuscrit : « Recueil de ce qui s'est passé au Canada, au sujet de la guerre tant des Anglais que des Iroquois, depuis l'année 1682 ».

— Robert Le Blant, Histoire de la Nouvelle-France, vol. 1, les Sources narratives du début du XVIIIe siècle, Dax, P. Pradeu, s.d. (1948, mais aucun autre volume n'a paru), 294 p., p. 169-272 [1263

      Après deux parties consacrées à Lahontan et à Bacqueville de la Potherie, la troisième partie est consacrée au Recueil de Catalogne (p. 85-272). On trouve l'édition critique du texte annoté du mémoire de Gédéon (de) Catalogne (p. 169-272), après une description du manuscrit (postérieur à 1716), une critique de ses éditions par la SLH de Québec et une évaluation de sa valeur historique. Chose certaine, le texte de Catalogne était propre à enflammer les historiens sur le massacre de Lachine (1689).

Louis Franquet (12)

Voyage du sieur Franquet aux Iles Royales et Saint-Jean, en 1751. [Bg. 176

Voyages et mémoires sur le Canada, 1752-1753. [Bg. 177

      Si le second mémoire peut à la rigueur être classé parmi les écrits de la Nouvelle-France, à la section suivante, les deux mémoires de l'ingénieur militaire trouvent mieux leur place ici, puisqu'ils décrivent pour l'essentiel les fortifications (et les moeurs !) de la colonie française.

Thomas Pichon (15)

Lettres et mémoires pour servir à l'histoire naturelle, civile et politique du Cap Breton depuis son établissement jusqu'à la reprise de cette isle par les Anglois en 1758, Londres et La Haye, Pierre Gosse, 1758, et Paris, Jean Nourse, 1761. [1264

      La publication des deux éditions est anonyme.

Louis-Léonard Aumasson de Courville De France (16)

Mémoires sur le Canada depuis 1749 jusqu'à 1760, Québec, Société littéraire et historique, 1838, rééd. 1873, viii-207 p. [1265

Histoire du Canada depuis l'année 1749 jusqu'à celle [de] 176..., manuscrit inédit du Musée McCord de Montréal (où se trouve également le manuscrit des Mémoires), 100 p., 30 par 19 cm. [1266

      Comme le précédent publié en 1838, ce manuscrit inédit se trouve au musée McCord de Montréal. Il développe et réécrit environ le tiers des Mémoires, soit que la réécriture ait été inachevée ou, plus probablement, que la suite se soit perdue. AEgedius Fauteux a montré que les éditions anonymes de 1838 et 1873 des Mémoires, certainement par G.-B. Faribault, ne répondent pas aux critères des éditions documentaires modernes, corrections fautives et fautes de lecture se chevauchant, avec plusieurs coupures involontaires.

      Ces Mémoires, le premier manuscrit, sont publiés anonymement en 1838 puis en 1873, mais le faux-titre désigne l'auteur sous les initiales de « S... de C... ». C'est en 1940 qu'AEgidius Fauteux réussit à les identifier au notaire L.-L. Aumasson de Courville De France.

Louis-Antoine de Bougainville (17)

Mémoires de la Nouvelle-France (RAPQ, 1923-1924) et Écrits sur le Canada, Pélican et Klincksieck, 1993. [Bg. 24-25

Écrits sur le Canada, Sillery, Septentrion, 2003, 430 p. Avec un index. [1267

      Nouvelle édition, anonyme, des documents publiés au RAPQ et des dix-sept lettres des ANQ, comme l'avait déjà réalisée Roland Lamontagne en 1993.

Louis-Joseph de Saint-Véran, marquis de Montcalm (18)

Journal du marquis de Montcalm durant ses campagnes en Canada, de 1756 à 1759, édition d'H.-R. Casgrain, Québec, Demers, 1895, 656 p. [Bg. 26

Le Journal des campagnes du marquis de Montcalm en Canada de 1756 à 1759, réédition de l'édition d'H.-R. Casgrain par Roger Léger, Montréal, Michel Brûlé, 2007, 517 p. [1268

André Doreil (19)

« Lettres », édition d'Antoine Roy, Rapport de l'Archiviste de la Province de Québec, vol. 25, 1944-1945, p. 1-171. [1269

      Correspondance de guerre. L'officier arrive à Québec le 26 juillet 1755. Ses lettres sont datées depuis Brest, le 4 avril 1755, jusqu'à son départ de Québec, le 15 novembre 1759.

Jean-Baptiste-Nicolas-Roch de Ramezay (21)

Mémoire du sieur de Ramezay, commandant à Québec, au sujet de la reddition de cette ville, le 18 septembre 1759, Québec, Société littéraire et historique, 1861, ii-38 p. [1270

      Le document inédit a été trouvé par Georges-Barthélemy Faribault aux Archives de la guerre de Paris en 1852. Dans son mémoire, relatant le siège de Québec, Ramezay justifie la reddition de la ville. Son texte de 16 p. est suivi de 10 pièces justificatives, dont les articles du traité de capitulation qu'il avait rédigé.

Anne-Joseph-Hippolyte de Maurès, comte de Malartic (22)

Journal des campagnes au Canada de 1755 à 1760, édition de Gabriel de Maurès, comte de Malartic, et de Paul Gaffarel, Dijon, L. Damidot, et Paris, E. Plon, Nourrit et cie, 1890, 371 p.[1271

      L'ouvrage a deux pages de titre, de la même année, d'une même édition. La publication est réalisée par l'arrière petit neveu du militaire, avec la collaboration du professeur P. Gaffarel, de la Faculté des lettres de Dijon. C'est probablement à lui qu'on doit les généreuses annotations prises des écrits de la Nouvelle-France (Charlevoix, Perrot, etc.) et des mémoires contemporains (celui de Thomas Pichon, par exemple).

François Gaston, duc de Lévis (23)

Journal des campagnes du Chevalier de Lévis en Canada de 1756 à 1760, édition d'H.-R. Casgrain, Montréal, Beauchemin, 1886, 340 p. [Bg. 27, entrée corrigée.

—, Édition originale revue et augmentée par Roger Léger, Montréal, Michel Brûlé, 2008, xxix-253 p. [1272

Jean-Félix Récher (24)

« Jean-Félix Récher, curé de Québec, et son journal, 1757-1760 », édition d'Henri Têtu, Bulletin des recherches historiques, vol. 9 (1903), no 4, p. 97-122, no 5, p. 129-147, no 6, p. 161-174, no 10, p. 289-307, no 11, p. 321-346, et no 12, p. 353-373. [1273

      Dans le numéro 4, Henri Têtu présente la vie et le journal de Jean-Félix Récher, dont il publie la première partie d'un premier cahier au no 5. Au numéro suivant, il publie la courte suite du cahier (p. 161-164), mais se plaint amèrement de n'avoir pas pu corriger les épreuves de la partie principale au cahier au numéro précédent, qui fourmille de coquilles. C'est plus tard, en octobre, novembre et décembre, que le BRH publie trois autres cahiers, toujours édités par Mgr Têtu, découverts à la suite de sa première publication. Les notes souvent quotidiennes décrivent la perception populaire des mouvements militaires du 4 juillet 1757 au 28 août 1759, avec de nombreux chevauchements, et quelques faits divers ou personnels engistrés sommairement par le curé de Québec.

François-Charles de Bourlamaque (27)

« Mémoire sur le Canada », Bulletin des recherches historiques, vol. 25 (1919), no 9, p. 257-276, et no 10, p. 289-305, repris dans le vol. 26 (1920), no 7, p. 193-209, et no 8, p. 225-240. [1274

      Exposé économique militant pour la survie de la colonie française. Il est difficile de comprendre pourquoi le document est publié deux fois par le BRH, toujours de la même source, soit une copie des Archives provinciales de Québec.

      Contrairement à ce que laisse entendre le dictionnaire de biographies de Lejeune, sauf erreur, les six volumes des archives du Canada qui rassemblent sa correspondance ne contiennent pas de lettres de lui, mais son imposante correspondance passive (lettres de Montcalm, Vaudreuil, Lévis, Bigot, Bougainville, etc.). L'ensemble se trouve décrit dans le Report of the public archives du Canada pour l'année 1928, appendice C, « the Bourlamaque collection », 70 p. [1275

      Il faut plutôt se reporter au recueil suivant :

Lettres de Bourlamaque au chevalier de Lévis, édition d'Henri-Raymond Casgrain, Collection des manuscrits du maréchal de Lévis, 12 vol., vol. 5, Québec, Demers, 1891. [1276

Pierre Pouchot de Maupas (28)

Mémoires sur la dernière guerre de l'Amérique septentrionale entre la France et l'Angleterre, suivis d'observations, dont plusieurs sont relatives au théâtre actuel de la guerre, et de nouveaux détails sur les moeurs et les usages des Sauvages, avec des cartes topographiques, Paris, Yverdon, 1781, 3 vol., 184, 308 et 283 p. [1277

      L'ingénieur militaire avait laissé ses mémoires inachevés avant son départ pour la Corse où il est tué dans une embuscade en 1769. Un éditeur anonyme les a complétés et annotés pour la publication. Contrairement aux journaux et mémoires militaires qui forment l'essentiel de l'ouvrage, l'exposé « Des moeurs et des usages des Sauvages de l'Amérique septentrionale », au troisième volume, devrait également figurer au chapitre suivant. Pourtant, l'officier français, après seulement six ans en Nouvelle-France, ne propose plus une vision européenne mais bien canadienne des Amérindiens. Le contraste est frappant dans les circonstances, où le bref avertissement de l'éditeur, qui présente un sommaire des écrits de la Nouvelle-France sur les Amérindiens, s'achève par une longue dénonciation (par Buffon) du dernier d'entre eux, le livre de C. De Pauw (bg. 178) qui vient alors de paraître.

      Traductions anglaises annotées :

Memoir upon the late war in North America between the French and English (1755-1760), trad. et édition de Franklin B. Hough, Roxbury, Elliot Woodward, 1866, 2 vol., 268 et 283 p. [1278

Memoirs of the late war in North America between France and England, trad. de Michael Cardy, édition et annotation de Bryan Leigh Dunnigan, New York, Old Fort Niagara Association, 1994, 568 p. [1279

      La traduction et l'annotation de M. Cardy et de B. L. Dunnigan constituent aujourd'hui l'ouvrage de référence sur les mémoires de Pouchot. Édition diplomatique :

Mémoires sur la dernière guerre de l'Amérique septentrionale, édition de Catherine Broué, Sillery, Septentrion, 2003, 324 p. [1280

Quelques mémoires issus de l'« Affaire du Canada » (1763)

Gustave Lanctot, « l'Affaire du Canada : bibliographie du procès Bigot », Bulletin des recherches historiques, no 38, 1932, p. 8-17. [1281

      Le procès de l'intendant François Bigot, incarcéré à la Bastille avec de présumés complices, à leur retour en France en 1760, a donné lieu à la publication de nombreux mémoires des inculpés. Ces textes sont de très importants documents pour l'histoire coloniale du Canada. Il s'agit chaque fois d'exposés pro domo, certes, mais dont les informations (autobiographiques) sur la colonie sont toujours pertinentes, que les accusés aient été finalement « libérés », avec ou sans peines de remboursements. Seul François Bigot a été condamné : il a été banni à vie de France. Il ne fait pas de doute qu'on tirera de toutes nouvelles informations de ces documents « juridiques » lorsqu'ils seront soumis aux analyses textuelles et littéraires. En voici un échantillon représentatif.

François Bigot (29)

Mémoire pour messire François Bigot, ci-devant intendant de justice, police, finance et marine en Canada, Paris, imprimerie LePrieur, 3 vol., 1763, 303, 551 et 229 p. [1282

      Rédigé en son nom par son avocat, Lalourcé, l'ouvrage est évidemment de Bigot. Le premier volume fait l'histoire de l'administration du dernier intendant de la Nouvelle-France, tandis que les deux volumes suivants constituent la seconde partie de l'ouvrage, soit la défense de Bigot ou ses répliques aux accusations de fraude qui pèsent contre lui. Si la longueur de l'ouvrage, surtout dans les deux volumes de sa seconde partie, fait le malheur des historiens et biographes de François Bigot, elle est d'elle-même un tour de force rhétorique, d'autant que l'argument principal consiste soit à nier les faits, soit à retourner les accusations contre ses accusateurs, notamment son ancien complice Joseph-Michel Cadet, dont la délation est à l'origine du procès de 18 mois impliquant 55 co-accusés.

      Mais voici d'abord la proclamation du jugement final :

Jugement rendu souverainement et en dernier ressort dans l'affaire du Canada, le 10 décembre 1763, Paris, imprimerie Antoine Boudet, imprimeur du roi et du Chatelet, 1763, 78 p. [1283

Charles Deschamps de Boishébert (30)

Mémoire pour le sieur de Boishébert ci-devant commandant à l'Acadie, mémoire déposé par le procureur Clas, Paris, imprimerie Moreau, 1763, 59 p. [1284

Daniel Chabert de Joncaire (31)

Mémoire dans l'affaire du Canada pour D. Chabert de Joncaire, ci-devant commandant au petit fort de Niagara, Paris, imprimerie de Grange, 1763, 47+47+23 p. [1285

Paul-François Duverger de Saint-Blin (32)

Mémoire pour le sieur Duverger de Saint Blin, lieutenant d'infanterie dans les troupes étant ci-devant en Canada, Paris, imprimerie Moreau, 1763, 26p. [1286

Michel-Jean-Hugues Péan de Livaudière (33)

Mémoire pour M.-J.-Péan, capitaine aide-major des villes et gouvernement de Québec, Paris, Guillaume Desprez, 1763, xii-319 p. [1287

      C'est, après celui de Bigot, le plus substantiel des mémoires de notre échantillon. Il est signé par le conseiller rapporteur Dupont, l'avocat Mtre Aubry, et le procureur Boudot. Rédigé en mode hétérodiégétique, il n'en n'est pas moins un document autobiographique. La première partie (p. 1-112) est un panégyrique autobiographique, tandis que la suite de l'ouvrage réfute les chefs d'accusations qui pèsent contre le militaire qui s'est fait grand (et très riche) commis de l'État.

Chapitre 2
Écrits de/sur la Nouvelle-France

Jehan Poullet, voyages de Cartier (3)

Jacques Cartier, Voyages au Canada suivis de Voyage de Roberval, introduction de Marie-Hélène Faïssé, traductions des fragments pris de Hakluyt, glossaire et chronologie de David Ledoyen, Montréal et Marseille, Comeau et Nadeau, coédition avec Agone Éditeur (coll. « Mémoire des Amériques »), 2000, 176 p. [1288

      On peut présumer que Marie-Hélène Faïssé est responsable de l'établissement du texte; une note renvoie aux manuscrits et aux traductions d'Hakluyt (p. 21), mais les principes d'édition ne sont pas présentés.

—— Textes connexes de Roberval et d'Alfonse

      Les textes connexes aux relations des voyages de Jacques Cartier n'ont encore jamais été l'objet d'études littéraires (voir pourtant les nos 1671 et 1674). Il faut bien dire qu'il s'agit de courts documents (la relation du voyage de Roberval) ou de documents dispersés (le routier d'Alfonse et les fragments de sa cosmographie relatifs à la Nouvelle-France).

Roberval, Jean-François de la Roque de Roberval (vers 1500 - 1560) « Roberval's voyage (1542-1543) », original français perdu, traduction de Richard Hakluyt, the Voyages, navigations, etc., Londres, 3 vol, vol. 3, 1600, p. 240-242, édition critique de H. P. Biggar, the Voyages of Jacques Cartier, 1924, bg. 39, p. 261-270. [1289

      On trouve la traduction française de la relation dans de nombreux recueils des récits de voyages de Cartier, à commencer par l'édition de Québec de 1843, bg. 37, p. 89-96.

Alfonse, Jean Fonteneau (1484-1544) « Le Routier de Jean Alfonse, de Xantoigne (1542) », the Principal navigations, voyages, etc., Londres, Hakluyt Society, 12 vol., vol. 8, 1903, p. 275-283. [1290

      Trad. française dans l'édition de Québec des voyages de Cartier, bg. 37, p. 79-87.

—— La Cosmographie avec l'espère et régime du soleil du nord par Jean Fonteneau dit Alfonse de Saintonge, capitaine-pilote de François Ier, rédigée peu avant 1544, mais restée inédite jusqu'à l'édition de George Musset, Paris, Leroux, 1904. [1291

— « An extract from the Cosmographie of Jean Alfonse, completed 24 may, 1544 », édition critique de l'édition princeps, confrontée au manuscrit (BNP, FF 676), des pages relatives à la Nouvelle-France, par H. P. Biggar, the Voyages of Jacques Cartier, 1924, bg. 39, p. 278-303. [1292

André Thevet, Jean de Léry
et les autres relations françaises du Brésil (4-5)

      Outre l'édition des Deux voyages de Thevet, il faut ajouter à ces deux sections, d'abord le premier livre de Jean de Léry, ensuite les autres relations françaises sur le Brésil, avec celle fondatrice de Hans Staden (notamment pour son iconographie).

André Thevet (4)

Les Singularités de la France antarctique (1557), édition intégrale établie, présentée et annotée par Frank Lestringant, Paris, Chandeigne, 2011, 431 p. — rééd. de son éd. de 1997, bg. 46. [1293

L'Histoire d'André Thevet Angoumoisin, cosmographe du Roy, de deux voyages par luy faits aux Indes Australes, et Occidentales, contenant la façon de vivre de peuples barbares, et observation des principaux points que doivent tenir en leur route les pilotes et mariniers, pour eviter le naufrage, et autres dangers de ce grand ocean, avec une response aux libelles d'injures, publiées contre le chevalier de Villegagnon [rédigé vers 1585-1588], édition critique par Jean-Claude Laborie et Frank Lestringant du manuscrit inédit, Genève, Droz (coll. « Travaux d'Humanisme et de Renaissance », no 416), 2006, 496 p. [1294

      Introduction critique, bibliographie exhaustive, index des auteurs cités, glossaire, index locorum, nominum et rerum. Variantes et annotation rigoureuse, toujours strictement au service de la lecture du texte.

Jean de Léry (5)

Au lendemain de la Saint-Barthélemy, guerre civile et famine : Histoire mémorable du siège de Sancerre (1573) de Jean de Léry, édition de Géralde Nakam, Paris, Anthropos, 1975. [1295

Chronologie des relations sur le Brésil

Voir plus bas le guide de M. A. G. Machado, no 1394.

1503, Relation du voyage de Gonneville : cf. bg. 30-32. [1296

1549-1568, Lettres des jésuites portugais : cf. no 1711, le recueil de Jean-Claude Laborie. [1297

1557, Hans Staden, Wahrhaftig Historia und beschreibung eyner landschafft der wilden, nacketen, grimmigen, menschenfresser leuthen, in der Newenwelt America gelegen avec préface de D. Joh. Dryandri, genant Eychman [Véritable Histoire et description d'un pays habité par des hommes sauvages, nus, féroces et anthropophages situé dans le nouveau monde nommé Amérique, inconnu dans le pays de Hesse, avant et depuis la naissance de Jésus-Christ, jusqu'à l'année dernière], Marburg, Andréas Kolbe. [1298

      L'original se trouve en mode image sur la toile, à l'Université de Göttingen.

Wahrhaftige Historia. Zwei Reisen nach Brasilien, (1548-1555) / Historia de duas viagens ao Brasil, édition critique de Franz Obermeier, Kiel, Westensee-Verlag, 2007. [1299

Traduction latine par Théodore de Bry au troisième volume de ses Grands Voyages, Francfort, 1592. [1300

— Traduction française par Henri Ternaux-Compans (sur la traduction anglaise de Richard F. Burton), Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l'histoire de la découverte de l'Amérique, 3 vol., Paris, Arthus Bertrand, 1837-1840, vol. 3 (sous le titre donné en français ci-haut entre crochets). [1301

— Rééd. : Nus, féroces et anthropophages, présentations de Marc Bouyer et de Jean-Paul Duviols, bibliographie de J.-P. Duviols, Paris, Métailié (coll. « Points »), 1979. [1302

1558, André Thevet, les Singularitez de la France antarctique : cf. bg. 44-51 et ci-dessus, nos 1293-1294.

1578, Jean de Léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Bresil : cf. bg. 52-55 et ci-dessus, no 1295.

1612 et suiv., Claude d'abbeville et Arsène de Paris, capucins, lettres à leurs supérieurs, parents et amis :

Claude d'Abbeville, Lettre d'un pere capucin, Paris, Gilles Blaisot, 1612. [1303

——, l'Arrivée des peres capucins, Paris, Abraham Le Febvre, 1612, rééd., 1613. [1304.

——, Discours et congratulations à la France, Paris, Denis Lanloys, 1613. [1305

——, l'Histoire de la mission des pères capucins en l'Isle de Maragnon et terres circonvoisines où est traicté des singularitez admirables & des moeurs merveilleuses des Indiens habitants de ce païs, Paris, François Huby, 1614. [1306

Arsène de Paris, Derniere Lettre du Reverend Pere Arsene de Paris, Paris, Jean Nigaud, 1613. [1307

Le capitaine Pezieu/, Brief Recueil, Lyon, Jean Poyet, 1613. [1308

1615, Yves d'Évreux, Suitte de l'Histoire de la mission des choses plus memorables advenues en Maragnan és années 1613 et 1614, second traité, Paris, François Huby. [1309

      Il s'agit de la « suite » de la Relation de 1614 de Claude d'Abbeville, no 1306.

      En fait l'ouvrage n'est jamais paru et n'est connu que par deux exemplaires censurés — deux, et non pas trois (cf. Andréa Daher, no 1545 [15], p. 290, n. 7) : l'exemplaire de New York et celui de Paris, plus incomplet encore que le premier. L'exemplaire que le National Union Catalogue situe à la John Carter Brown Library de Providence n'existe pas. On trouve ces informations dans l'édition critique de Franz Obermeier, no 1310.

— Rééd.: Voyage dans le nord du Brésil, fait durant les années 1613 et 1614 par le père Yves d'Évreux, édition de Ferdinand Denis, Franck (coll. « Bibliotheca americana : ouvrages inédits ou rares sur l'Amérique »), Leipzig et Paris, 1864.

      F. Denis a établi son édition sur l'exemplaire de Paris. On en trouvera des extraits modernisés dans l'édition suivante.

— Rééd. abrégée d'Hélène Clastres, Paris, Payot, 1985.

— Édition critique de Franz Obermeier, Voyage au nord du Brésil (1615), Kiel, Westensee (coll. « Fontes americanae », no 4), 2012, lxii-442 p. [1310

      Première édition du texte parvenu jusqu'à nous, réalisée sur les exemplaires de Paris et de New York.

1615, De Lastre, Histoire véritable de ce qui s'est passé de nouveau entre les Français et Portugais en l'Isle de Maragnan au pays de Toupinambous, publiée par Nicolas Rousset en l'isle du Palais à Paris. [1311

      L'ouvrage a paru avec une autre page de titre (cf. European Americana) : Histoire véritable du combat, tant par mer que par terre [...] en l'Isle de Maragnan, Paris, Y. du Guy, 1615.

Jean Ribault et les Français en Floride (6)

Jacques Le Moyne de Morgues, Brevis Narratio eorum quae in Florida Americae provincia Gallis acciderunt, avec une carte et 42 planches, vol. 2 de l'America de Théodore de Bry, Francfort, de Bry, 1591. [1312

— Réimp. par Paul Hulton, the Work of Jacques Le Moyne de Morgues, a huguenot artist in France, Florida and England, Londres, The Trustees of the British Museum, 1977, 2 vol., vol. 2, planches 92-134.
— Réimp. par Marc Bouyer et Jean-Paul Duviols, le Théâtre du nouveau monde : les Grands Voyages de Théodore de Bry, une collection de voyages protestante au XVIe siècle, Paris, CNRS, 1987.

Marc Lescarbot (7)

Voyages en Acadie (1604-1607), suivis de la Description des moeurs souriquoises comparées à celles des autres peuples, chapitres 4 et 6 de l'HNF, édition par Marie-Christine Pioffet, Québec et Paris, Presses de l'Université Laval et Presses de l'Université de Paris IV-Sorbonne (coll. « Imago Mundi »), 2007, 587 p. [1313

      Transcription en français moderne de l'édition de 1618 (ou des éditions de 1617 et 1618, fort proches l'une de l'autre), avec les variantes des éditions de 1609 et de 1611-1612.

Samuel de Champlain (8)

Des Sauvages ([1603], 1604) : Samuel de Champlain before 1604 : « Des Sauvages » and other documents related to the period, études et édition de Conrad E. Heidenreich et de Katharine Janet Ritch, Toronto, The Champlain Society; Montréal et Kingston, McGill et Queen's University Press, 2010, xxii-490 p. [1314

      L'édition critique doit figurer en tête de l'entrée « Champlain », tout de suite après bg. 64 et 65, soit les éditions historiques de Laverdière et de Biggar. On peut supposer et espérer qu'il s'agit du premier volume d'une réédition de l'oeuvre complète.

      L'ouvrage se divise en deux parties, soit d'abord deux essais, puis l'édition critique scientifique des « documents », dont Des Sauvages est le septième, le « Document G » (p. 232-365). Ces documents sont édités dans la langue originale (soit le français ou l'espagnol) et doublés de leur traduction annotée en anglais. Les deux essais liminaires sont respectivement une étude historique (axée sur l'analyse géographique, ce qui convient on ne peut mieux à un récit d'exploration) et une étude littéraire et textuelle de la relation de Champlain.

Voyages en la Nouvelle-France : explorations de l'Acadie, de la vallée du Saint-Laurent, rencontres avec les autochtones et fondation de Québec, 1604-1611, édition des livres I et II de la Relation de 1613 (Des Sauvages), transcription en français moderne, par Éric Thierry, Paris, Cosmopole, copyright de 2001, première édition de 2004, 286 p. Présentation, chronologie et bibliographie. Suivi de « Champlain et les débuts de la présence française en Amérique du nord » (p. 243-273). [1315

——, rééd. : Aux origines de Québec : expéditions en Nouvelle-France (1604-1611), Paris, Cosmopole, 2010, 279 p.

Les Fondations de l'Acadie et de Québec (1604-1611), nouvelle édition de l'ouvrage précédent d'Éric Thierry, avec l'iconographie originale, annotations et index, Sillery, Septentrion, 2008, 293 p. [1316

La Rencontre des Algonquins et des Hurons, 1612-1619, les récits de la remontée de l'Outaouais dans les Relations de 1613 et de 1619, texte transcrit en français moderne, édition annotée par Éric Thierry, Sillery, Septentrion (coll. « V », no 6), 2009, 234 p. [1317

Premiers Récits de voyages en Nouvelle-France (1603-1619) et Derniers Récits de voyages en Nouvelle-France et autres écrits (1620-1632) réédition intégrale en français moderne, introduction et notes par Mathieu d'Avignon, Québec, Presses de l'Université Laval, 2 vol., 2009 et 2010, xxii-385 et 302 p. [1318

      Au premier volume, édition commentée des quatre premiers livres de Champlain, dans leurs éditions originales (c'est-à-dire sans tenir compte de la réédition de 1632); édition au second volume de la seconde partie de la Relation de 1632. Il suit que l'ouvrage ignore la première partie de la Relation de 1632, soit la « révision » des relations antérieures dans son « oeuvre complète ». Cette décision injustifiée est d'autant plus surprenante que l'auteur ne peut ignorer l'importance de cette réédition, comme le montre sa polémique avec Gaston Deschêne, puisque son argumentation s'appuie justement sur ces réécritures où Champlain aurait minimisé l'importance de du Gua de Monts pour se donner le beau rôle (RHAF, vol. 63, no 1, 2009, p. 171-175).

      Ces transcriptions en français moderne ne devraient pas être le fait de presses universitaires : destinées au grand public, elles sont évidemment inutilisables pour les études littéraires (les « grandes découvertures » y deviennent des « grandes découvertes » ! vol. 1, p. 205 et 206, par exemple), mais également pour les historiens, puisque le détail du texte est partout interprété et parfois même corrigé, comme c'est le cas dans l'extrait suivant où Champlain narre son trajet de Percée au Grand Banc à l'automne 1609 : « Le jeudi 10, [nous] (sic!) partîmes de ce lieu et le mardi suivant [15] du mois nous arrivâmes sur le grand banc » (p. 205); le mardi 15 septembre n'est pas une précision, comme on pourrait le croire, mais une correction faite à la suite d'une note de C.-H. Laverdière (bg. 64); en effet, celui-ci précisait dans son édition, en regard du texte de Champlain qui porte « mardy ensuiuant 18 » : « le mardi était le 15 » (Laverdière, 2 : 349), de sorte qu'on peut lire soit mardi 15, soit vendredi 18, ce que le lecteur de l'édition des PUL ne peut pas savoir.

Voyages en Canada, texte transcrit en français moderne et annoté par Myriam Marrache-Gouraud, avec des textes du dossier préparés par Bertrand Leclair (p. 121-132), Paris, Gallimard (coll. « Folio » : « Folioplus classiques »), 2010, 200 p. [1319

      Extraits des 1er, 3e et 4e Voyages, suivis d'un dossier. Le manuel scolaire confirme l'entrée de la Nouvelle-France dans l'enseignement français. Ouvrage à rapprocher du manuel de Claire Ubac (no 1485).

Auteur anonyme du De moribus Canadensium, 1616 (13 bis)

« De regione ac moribus Canadensium seu Barbarorum Novae Franciae » (« Le pays et les moeurs des Canadiens ou des Barbares de Nouvelle-France »), [1616], édition de Joseph de Jouvency, Historia Societatis Jesu (vol. 5, partie 1, 1601-1616), Rome, HSJ (imprimé par G. Plachi), 1710, in-fo, 974 p., p. 344-347. [1320

—— Rééd. par Edmund Bailey O'Callaghan, Albany, O'Callaghan's Reprints, no 5, 1871, 33 p. [1321

—— Rééd. par R. G. Thwaites dans le premier volume de sa série des Jesuit Relations, 1896, JR, 1: 239-297, avec la traduction anglaise du texte latin. [1322

—— L'original se consulte aujourd'hui sur la toile à la CAMENA de l'Université Mannheim : le texte reproduit photographiquement est doublé de sa saisie en format html, en cours de correction par son éditeur, Reinhard Gruhl. [1323

—— Édition, traduction française et étude par Fannie Dionne, « De regione et moribus Canadensium seu Barbororum Novae Franciae » : « les Barbares de Nouvelle-France », texte anonyme (1616) édité par Joseph de Jouvency (1710), Université de Montréal, mémoire de maîtrise en littérature, 2012, 101 p. [1324

      Fannie Dionne est la première à situer et à dater correctement ce petit mémoire que les historiens attribuaient jusqu'ici à Joseph de Jouvancy et qu'on datait de 1710, un anachronisme assez spectaculaire ! Sa nature et son sens changent complètement lorsqu'on comprend qu'il s'agit d'un texte anonyme de 1616, rédigé en français à Québec (original perdu), traduit en latin par les jésuites à Paris et expédié au Général de Rome, au moment où ces jésuites envisagent de revenir en Nouvelle-France (ils n'y reviendront qu'en 1625). Jouvancy le tirera des archives romaines de 1601-1616 un siècle plus tard, dans sa compilation de 1710.

      Le mémoire décrit les Montagnais, les Innus de la vallée du Saint-Laurent. Il est contemporain des notes éparses de Champlain sur eux dans ses relations (notamment son Des Sauvages de 1603-1604). L'important est qu'il précède de près de vingt ans les relations de Paul Lejeune qui s'attachera à décrire les Inus durant plusieurs années. L'auteur anonyme est un laïc qui présente ces Amérindiens sans aucun prosélytisme, tout au contraire des missionnaires jésuites, ni même aucune visée colonisatrice, comme c'est le cas de Champlain.

René Cuillerier [?] (13 bis)

      Il faut déplacer les entrées bg. 166-168, dont la pièce principale est le mémoire sur les Agniers. Le texte a été attribué à René Cuillerier par Aurélien Boisvert. L'auteur présumé a été capturé par les Agniers le 25 octobre 1661. Le mémoire daterait de 1665 environ.

Nation iroquoise : a seventeenth-century ethnography of the Iroquois, édition diplomatique et traduction anglaise de José António Brandão (avec Katharine Janet Ritch pour la traduction), University of Nebrasca Press, xiv-152 p. [1325

Nicolas Perrot (14)

Mémoire sur les moeurs, coustumes et relligion des Sauvages de l'Amérique septentrionale, édition de Jules Tailhan, 1864. Cf. bg. 87

— Rééd., mais sans l'annotation et l'index encyclopédique et critique, Montréal et Marseille, Comeau & Nadeau et Agone, 1999, 242 p. [1326

Moeurs, coutumes et religion des sauvages de l'Amérique septentrionale, édition critique par Pierre Berthiaume, Presses de l'Université de Montréal, 2004, 578 p. [1327

      Comme Pierre Berthiaume le dit lui-même, cette édition critique peut être considérée comme une réédition de l'édition de Jules Tailhan, tant sa lecture du manuscrit, ses corrections et additions dans l'établissement du texte, comme ses annotations critiques, n'ont pas vieilli depuis 1864. Cela dit, on en trouve ici une édition révisée et complétée sur le texte du manuscrit, avec une introduction et une chronologie qui font plus de 150 pages, de même que les notices sur les noms de personnes et de tribus amérindiennes, de plus de 50 pages.

Nicolas, Louis (17)

The Codex canadensis(p. 93-263) et the Writings of Louis Nicolas : the Natural History of the New World (p. 265-391) et l'Histoire naturelle des Indes occidentales (p. 392-517), étude liminaire de François-Marc Gagnon (introduction : « Louis Nicolas's Depiction of the New World in figures and text », p. 3-91), édition modernisée de Réal Ouellet et traduction de Nancy Senior, Tulsa, Gilcrease Museum, et Montréal et Kingston, McGill-Queen's University Press, 2011, xvi-555 p. [1328

      « Canadensis » [sic] et non le traditionnel « canadiensis » : « we prefer canadensis, as it is better latin than canadiensis » (p. 84, n. 6).

Robert Cavelier de la Salle
       et l'exploration du Mississippi (19)

René de Bréhant de Galinée, Henri de Tonti et Jean Cavelier de La Salle, Cavelier de La Salle : une épopée aux Amériques, récits de trois expéditions (1643-1687), textes édités et présentés par Pierre Berthiaume, Paris, Cosmopole, 2006 (le copyright est incorrectement daté de 2001), 224 p. [1329

      Les trois récits de voyage, transcrits en français moderne, sont suivis d'un exposé historique des entreprises de l'explorateur : « Robert Cavelier de La Salle, le dernier conquistador » (p. 121-190). Une chronologie, un lexique des tribus amérindiennes et une bibliographie complètent l'ouvrage.

Louis Hennepin (20)

OEuvres complètes, édition encyclopédique sous la direction de Réal Ouellet, Presses de l'Université de Montréal (coll. « Bibliothèque du nouveau monde »), à paraître. [Bg. 120-122

      Aux travaux préparatoires de Mylène Tremblay, Pauline Dubé et Catherine Broué (cf. bg. 120-122), s'ajoute la thèse suivante.

Mylène Tremblay, Édition critique du « Nouveau Voyage » de Louis Hennepin, thèse de doctorat, Québec, Université Laval, 2006, 2 vol., 798 p. [1330

Pierre-Esprit Radisson (21)

Pierre-Esprit Radisson : the collected writings, édition critique de Germaine Warkentin, vol. 1., the Voyages, Toronto, the Champlain Society; Montréal et Kingston, McGill-Queen's University Press, 2012, 357 p. [1331

Chrestien Leclercq (23)

« Lettre du supérieur des récollets [Valentin Leroux] parue dans la Nouvelle Relation de la Gaspésie de Chrestien Leclercq en 1691 », extrait du chapitre 11, édition de Guy Laflèche et de Serge Trudel, Un janséniste en Nouvelle-France, Laval, Singulier, 2003, 320 p., p. 99-220. [1332

Valentin Leroux (24)

« Lettre de Valentin Leroux, Québec, à Chrestien Leclercq, Nipisiguit, aujourd'hui Bathurst, printemps 1679 », extrait du chapitre 11 de la Nouvelle Relation de la Gaspésie, édition de Guy Laflèche et de Serge Trudel, Un janséniste en Nouvelle-France, Laval, Singulier, 2003, 320 p., p. 99-220. [1333

Louis Armand de Lom d'Arce, baron de Lahontan (29)

Dialogues avec un sauvage (1703), suivis des Conversations de l'auteur avec Adario (1705), réécriture de Nicolas Geudeville des trois premiers dialogues de Lahontan, édition établie et annotée par Réal Ouellet, Montréal, Lux (coll. « Mémoire des Amériques »), 2010, 368 p. [1334

Mémoires de l'Amérique septentrionale (suivi du « Bref Mémoire » de 1702), édition établie et annotée par Réal Ouellet, Montréal, Lux (coll. « Mémoire des Amériques »), 2013, 328 p. [1335

      Avec ces deux volumes de poche (le troisième, éditant les Lettres des Nouveaux Voyages, devrait suivre bientôt), Réal Ouellet réalise de manière magistrale le programme qu'il s'était fixé au début de sa carrière (bg. 490-491). En ajoutant une première étape, illustrée tout aussi magistralement par Joseph Cohen des Éditions Élysée, cela donne les trois phrases suivantes de la diffusion des documents narratifs et historiques majeurs de la Nouvelle-France : l'édition diplomatique ou photographique (bg. 142-144, réimp., 1974), l'édition critique (l'édition encyclopédique, dans le cas du Lahontan, bg. 145, 1990) et l'édition de poche populaire. Cette dernière, à laquelle il faudrait donner un nom particulier (« édition scientifique portative »), n'a rien à voir avec l'édition populaire, souvent en livre de poche, qui précède toute recherche scientifique (la collection « La Découverte » de François Maspero par exemple, qui n'en donnait pas moins accès aux textes, aussi mal édités étaient-ils). Cette troisième étape propose au contraire un sommaire efficace et bien informé de l'édition scientifique.

      Cela dit, Réal Ouellet n'a pas encore compris ou admis que la rivière Longue est une fabuleuse invention d'un écrivain de génie (p. 13) et que le Premier Établissement de la foi dans la Nouvelle-France est l'oeuvre de Valentin Leroux (p. 31, 300).

Pierre Gaultier de Varennes et de la Vérendrye (1685-1749) (33a)

      Pierre de La Vérendrye et ses fils, notamment le plus jeune, Louis-Joseph (qui a secondé son père au-delà de sa mort), ont jeté les bases de l'exploration du Canada vers les Rocheuses et le Pacifique (quatre expéditions et sept postes de traite, du fort Saint-Pierre au fort Bourbon, 1731-1748).

Douze documents, lettres et mémoires de Pierre Gauthier ou sur ses expéditions, Découvertes et établissements des Français... (bg. 105), édition de Pierre Margry, Paris, Maisonneuve, 1879-1888, réimp. photographique : New York, AMS Press, 1974, vol. 6, p. 583-632. [1336

« Journal de l'expédition de 1738-1739 chez les Mandanes », Rapport sur les Archives canadiennes, 1889, section A, p. 1-14. [1337

Journals and letters of Pierre Gaultier de Varennes de la Verendrye and his sons, with correspondence between the governors of Canada and the french court, touching the search for the western sea, édition de Lawrence J. Burpee, Toronto, The Champlain Society (col. « Publications of the Champlain Society », no 3), 1908, xxiii-548 p. [1338

      Se range ici à sa place l'ouvrage donné à titre d'exemple en bg. 8, là où d'autres exemples ne manqueront pas pour illustrer la frontière entre les pièces d'archives et la littérature de la Nouvelle-France. L'ouvrage édite les documents français (1730-1751), avec traduction anglaise et annotation.

In search of the western sea : selected journals of La Vérendrye / À la recherche de la mer de l'ouest : mémoires choisis, édition de Denis Combet, établissement des textes français par D. Combet, Emmanuel Hérique et Lise Gabourg-Diallo, traductions anglaises par MacDonell et Constance Cartmill, Winnipeg, Great Plains publications et les éditions du Blé, 2011, 191 p., 26 par 30 cm. [1339

Lebeau, Claude (35)

Avantures du sieur Claude Le Beau, avocat en parlement : voyage curieux et nouveau parmi les sauvages de l'Amérique septentrionale », édition critique par Andréanne Vallée, Québec, Presses de l'Université Laval, 2011, xx-672 p. [1340

Publication de la thèse de 2008. Cf. no 2078.

Crespel, Emmanuel (36)

Voiages du R. P. Emmanuel Crespel... , 1742. [Bg. 170

      Les adresses bibliographiques doivent être corrigées ou complétées ainsi : Francfort-sur-le-Main, Henry Louis Broenner, 1742, 152 p.; rééd. Amsterdam, 1757, x-240 p. (et non 140 p.). [1341

Lettres du père Crespel et son naufrage à Anticosti en 1736, introduction, notes et chronologie de Pierre Rouxel, Imaginaire/Nord, Laboratoire international d'études multidisciplinaires comparées des représentations du nord (coll. « Jardin de givre »), 2009 : distribution Montréal, PUQ, 2010, 264 p. [1342

      Reproduction photographique de l'original (p. 75-231). La pagination de l'édition originale est malencontreusement et volontairement effacée. Introduction : « Récit d'un naufrage à Anticosti », p. 7-74. « Bibliographie et réception », p. 255-261. Cette bibliographie (p. 256-257) montre que l'entrée bg. 170 doit être refaite, car les dates d'édition ou de réimpression, comme le nombre des pages des éditions, ne concordent pas. Jusqu'à mieux informé, c'est le dépouillement de P. Rouxel qui fait autorité. La bibliographie de P. Rouxel enregistre les traductions de la relation. L'éditeur remplace la « Biographie » anonyme de Crespel (p. i-xl des éditions originales) par trois chronologies de son cru.

Jean-Louis Fornel (36a)

« Relation de la découverte qu'a faite le sieur Louis Fornel en 1743 de la baie des Esquimaux nommée par les Sauvages Kessessakiou [et qu'il renomme baie de Saint-Louis] », Rapport de l'Archiviste de la Province de Québec, vol. 1, 1920-1921, p. 60-75. [1343

      Manuscrit des Archives de la marine de Paris, copies aux Archives du Canada et du Québec. Relation du voyage d'exploration du 16 mai au 20 septembre 1743. Le voyage et sa relation font suite à ceux de Louis Jolliet, un demi-siècle plus tôt, en 1694, bg. 134.

Pierre-François-Xavier de Charlevoix (37)

      Il faut préciser les adresses bibliographiques de bg. 171 et entrer l'édition critique de l'Histoire de Nouvelle-France par Shea dans sa traduction.

Histoire et description générale de la Nouvelle France, avec le Journal historique d'un voyage fait par ordre du roi dans l'Amérique septentrionnale, Paris, Rollin, 6 vol. in-12o; Giffard, 3 vol. in-4o; et Nyon, 3 vol. in-4o — les trois éditions étant de 1744. [1344

— C'est cette dernière édition en trois volumes que reproduisent les Éditions Élysée (bg. 171).

      L'étude bibliographique de l'ouvrage reste à faire.

— Trad. avec annotation critique de John Gilmary Shea, History and general description of New France, New York, John Gilmary Shea, 1866-1872; Chicago, Loyola University Press, 1870; New York, Harper, 1900, 6 vol. [1345

Pierre Maillard (37a)

« Lettre sur les missions de l'Acadie et particulièrement sur les missions micmaques », les Soirées canadiennes, vol. 3, 1863, p. 290-426. [1346

    Le missionnaire d'Acadie, prêtre des Missions étrangères, adresse à l'épouse du gouverneur Augustin de Drucour (à Louisbourg, de 1754 à la reddition du fort, en 1758), une copie d'une lettre qu'il a déjà envoyée deux ans plus tôt à son supérieur, M. de Lalane, à Paris. Le titre de la lettre est juste, s'agissant d'une description critique des Micmacs. Entre l'éloge de raisonnements justes (sur la chasse, la vie et la survie des Amérindiens) et la critique impitoyable de moeurs d'une épouvantable sauvagerie, sous l'influence de l'alcool.

Chapitre 2 bis
Écrits de/sur la Nouvelle-France — Appendice

La Louisiane et le Mississippi au XVIIIe siècle

1   Anthologie

John Gilmary Shea, Early Voyages up and down the Mississippi, by Cavelier, St. Cosmes, Le Sueur, Gravier and Guignas, Albany, Munsell, 1861, 191 p. [1347

      Traduction anglaise annotée des documents.

2   [De Vallette de Laudun]

Journal d'un voyage à la Louisiane fait en 1720 par M. **, capitaine du vaisseau du roi, La Haye et Paris, Musier et Fournier, 1768, 8+316 p. [1348

      L'ouvrage porte essentiellement sur la traversée, ne consacrant que quelques pages (p. 234-273) à la Louisiane.

3   Jean-François-Benjamin Dumont de Montigny et Jean-Baptiste Le Mascrier

      Il faut présenter les deux publications (1753 et 2008) dans l'ordre de leur rédaction. Le manuscrit du lieutenant Dumont est resté inédit jusqu'à nos jours, tandis qu'au XVIIIe siècle l'éditeur Le Mascrier l'a réécrit pour la publication. Le manuscrit comprend 23 figures et cartes d'aquarelle en couleurs, dont dix sont reproduites en couleur pleine ou demi-page dans la traduction anglaise, entre les p. 226-227.

J.-F.-B. Dumont de Montigny, Regard sur le monde atlantique (1715-1747), Sillery, Septentrion (coll. « V »), 2008, viii-478 p. Les auteurs de l'édition critique ne sont identifiés qu'en quatrième de couverture (mais nulle part dans l'ouvrage) : édition réalisée par une équipe de la Newberry Library dirigée par Carla Zecher, Gordon M. Sayre et Shannon Lee Dawdy. [1349

The Memoir of lieutenant Dumont (1715-1747), a sojourner in the french Atlantic, traduction de Gordon M. Sayre, édition de G. M. Sayre et Carla Zecher, Chapel Hill, University of North Carolina Press (Omohundro Institute of early american history and culture), 2012, xii-455 p. [1350

      Les deux ouvrages constituent objectivement deux volumes d'une même édition critique et doivent être utilisés ensemble, ce qui n'est pas difficile car ils donnent tous les deux la pagination originale du manuscrit de la Newberry Library de Chicago (VAULT Ayer MS 257). Si l'édition critique de 2008 est une esquisse très développée de ce que sera la traduction de 2012, avec un apparat critique d'une remarquable qualité, l'introduction, les notes infrapaginales (même lorsqu'elles portent sur le même point) et les appendices sont différents, la publication en langue anglaise étant légèrement, mais significativement plus complète et plus rigoureuse.

J.-F.-B. Dumont de Montigny et J.-B. Le Mascrier, Mémoires historiques sur la Louisiane, contenant ce qui est arrivé de plus mémorable depuis l'année 1687 jusqu'à présent..., composés sur les Mémoires de M. Dumont, Paris, C. J. B. Bauche, 1753, 2 vol., x-261 et 338 p. — Rééd., 1765. [1351

      C'est l'éditeur Jean-Baptiste Le Mascrier qui rédige l'ouvrage, à partir des mémoires du lieutenant Jean-François Dumont de Montigny (ce sont les deux entrées précédentes), portant sur la période 1687 à 1750. Il est probable que les deux auteurs aient collaboré à cette publication. Il s'agit d'une réécriture en mode hétérodiégétique d'un ouvrage homodiégétique, pour ne pas dire autodiégétique : les mémoires ou les aventures racontées par le héros Dumont de Montigny deviennent ainsi pour plus de deux siècles une « histoire naturelle de la Louisiane » — une oeuvre de double et de seconde main évidemment toute désignée pour les études littéraires.

4   Jean-Baptiste Bénard de La Harpe

Journal historique de l'établissement des Français à la Louisiane, Nouvelle-Orléans, A.-L. Boimare; Paris, Bossange, 1831, 412 p. [1352

      Journal ou récit des établissements français de 1698 à 1723, mémoire sur la Louisiane (p. 353-396), traité de l'origine des Indiens d'Amérique (p. 396-412).

5   Charles-Joseph Franquet de Chaville

« Relation du voyage de la Louisiane fait pendant les années 1720-1724 », édition de G. Musset, Journal de la Société des Américanistes de Paris, 1902, 46 p. [1353

      L'« ingénieur ordinaire du roi » décrit essentiellement sa traversée de l'Atlantique.

6   Marie-Madelaine Hachard

Relation du voyage des dames religieuses ursulines de Rouen à la Nouvelle-Orléans en 1727, Rouen, Antoine Le Prévost, 1728, 100+xxviii p. [1354

Rééd.: introduction et notes de Gabriel Gravier, Paris, Maisonneuve, 1872, lix-122 p. [1355

— Réimp. avec une préface de J.-P. Chaline, De Rouen à la Louisiane : voyage d'une ursuline en 1727, publications de l'Université de Rouen (coll. « Cahiers des Études normandes »), 1988, xii-72-20 p. [1356

7  Antoine-François Laval

Voyage de la Louisiane, fait par ordre du roi en l'année 1720, dans lequel sont traitées diverses matières de physique, astronomie, géographie et marine..., Paris, Jean Mariette, 1728, 624 p. [1357

8   Antoine Simon Le Page du Pratz

Histoire de la Louisiane, contenant la découverte de ce vaste pays, sa description géographique, un voyage dans les terres, l'histoire naturelle, les moeurs, coûtumes & religion des naturels, avec leurs origines; deux voyages dans le Nord du nouveau Mexique, dont un jusqu'à la Mer du Sud; orné de deux cartes & de 40 planches en taille douce, Paris, De Bure, veuve Delaguette et Lambert, 1758, 3 vol. [1358

      L'auteur est arrivé à la Louisiane en 1718.

9  Jean-Bernard Bossu

Nouveaux Voyages aux Indes occidentales, contenant une relation des différents peuples qui habitent les environs du grand fleuve Saint-Louis, appelé vulgairement le Mississipi, leur religion, leur gouvernement, leurs moeurs, leurs guerres et leur commerce, Paris, Le Jay, 1763, 1768, et Amsterdam, Changuion, 1769, 2 vol., xx-244 et 364 p. [1359

Nouveaux Voyages en Louisiane (1751-1768), édition de Philippe Jacquin, Paris, Aubier-Montaigne, 1980, 191 p. [1360

      L'édition de Ph. Jacquin est une version abrégée des deux volumes originaux qui comprennent 22 lettres, du 15 février 1751 au 12 mars 1757. Sans compter quelques lettres à lui adressées ou sur lui. D'après la lettre liminaire, le correspondant de J.-B. Bossu est le marquis de l'Estrade

Nouveaux Voyages dans l'Amérique septentrionale, contenant une collection de lettres écrites sur les lieux par son auteur à son ami M. Douin, capitaine dans les troupes du roi, ci-devant son camarade dans le nouveau monde, Amsterdam, Changuion, 1777, 1778, xvi-392 p. [1361

      Cette seconde relation par lettres en contient neuf, du 25 juillet 1770 au 25 août 1771.

10  Étienne Vaugine de Nuisement

* « La Vie en Louisiane de 1752 à 1756, d'après un manuscrit bordelais inédit », France et Louisiane - Médecine et littérature..., édition de René Cruchet, Bâton Rouge, Louisiana University Press (coll. « Romance Language séries », no 2), 1939, p. 45-86. [1362

Journal, « Un témoignage sur la Louisiane du XVIIIe siècle », édition de Steve Canac-Marquis et Pierre Rézeau, Québec, Presses de l'Université Laval, 2005, 192 p. [1363

      L'édition critique, qui présente en notes infrapaginales les sources et recoupements des relations antérieures sur le Mississippi, se prolonge de trois index répertoriant les noms de personnes, de lieux et des lacs et cours d'eau, ainsi que de quatre index des tribus amérindiennes impliquées dans la relation. En outre, l'ouvrage comprend un important glossaire (p. 71-138) susceptible d'éclairer les textes de nombreuses relations de la Nouvelle-France.

11  Louis-Narcisse Baudry des Lozières

Voyage à la Louisiane et sur le continent de l'Amérique septentrionale fait dans les années 1794, contenant un tableau historique de la Louisiane, des observations sur son climat, ses riches productions, le caractère et le nom des sauvages, des remarques importantes sur la navigation, des principes d'administration, de législation et de gouvenement propres à cette colonie, Paris, Dentu, 1802, 382 p. [1364

12  Louis Dubroca

L'Itinéraire des Français dans la Louisiane, contenant l'histoire de cette colonie française, sa description, le tableau des moeurs des peuples qui l'habitent, l'état de son commerce au moment de sa cession à l'Espagne, et le degré de prospérité dont elle est susceptible, d'après les renseignements et les relations les plus authentiques, Paris, Dubroca, 1802, 104 p. [1365

13  Louis-Ange Pitou

Voyage à Cayenne, dans les deux Amériques et chez les Anthropophages, Paris, 1805, 2 vol., 312 et 404 p. [1366

14  Charles-César Robin

Voyages dans l'intérieur de la Louisiane, de la Floride occidentale et des îles de la Martinique et de Saint-Domingue, 1802-1806... suivis de la flore louisianaise (celle-ci, vol. 3, p. 311-538), Paris, Buisson, 1807, 3 vol., xii-346, 511 et 551 p. [1367

      Voyage d'exploration scientifique comme le rédige en français à peu près au même moment Alexander von Humboldt (voyage avec A. Bonpland en 1799-1804, Voyage historique..., Paris, Dufour, Maza et Smith & Gide, 1814, 3 vol., réimp., Hanno Beck, Stuttgardt, Brockhaus, 1970, 3 vol.). Le récit ou le rapport de C.-C. Robin n'a certes pas la même ampleur ni l'envergure scientifique des comptes rendus de von Humboldt, mais il participe du même esprit de découverte, doublé dans son cas d'un engagement politique pour les Français et le français en Louisiane en regard de leur assimilation déjà inéluctable par les États-Unis d'Amérique (dès la cession française, en 1803, d'une Louisiane de rive gauche anglaise et de rive droite espagnole depuis 1763).

      Curieusement, l'auteur est totalement inconnu. La France littéraire de Joseph-Marie Quérard (1864) classe son ouvrage avec d'autres publications de « l'abbé Robin » et l'identifie en note avec un Charles-César ou Claude-Antoine Robin, né en 1759. Notre auteur est arrivé en Amérique avec son fils, mort peu après de la fièvre jaune. Il n'est donc pas prêtre. Mais ce pourrait être le C.-C. Robin né en 1759.

15  Baron de Montlezun

Voyage fait dans les années 1816-1817, de New York à la Nouvelle-Orléans et de l'Orénoque au Mississipi par les petites et les grandes Antilles, Paris, 2 vol., 1818. [1368

Chapitre 3
Écrits des jésuites de/sur la Nouvelle-France

1.2   Études

Carole Blackburn, Harvest of Souls : the Jesuit Missions and colonialism in North America, 1632-1650, Montréal, Kingston, London et Ithaca, McGill-Queen's University Press (coll. « McGill-Queen's native and northern series », no 22), 2000, xvi-173 p. [1369

1.3   Collections des RJNF

The Jesuit Relations and allied documents, travels and explorations of the jesuit missionnaries in New France, 1610-1791 (the original french, latin, and italian texts, with english translations and notes; illustrated by portraits, maps, and facsimiles), edited by Reuben Gold Thwaites, Cleveland, Burrows Brothers Company, 1896-1901, 73 vol. [Bg.185

— Réimp., Pawtucket (Rhode Island), Quintin Publications, 2 disques compacts (CD-ROM, CD97) en version adobe. [1370

1.4   Avatars des RJNF après la « suppression » de 1673

      Sur les Lettres édifiantes et curieuses, on ajoutera en bg. 189 une quatrième réédition.

—— rééd.: Toulouse et Paris, N.-E. Sens et Gaume (coll. « Bibliothèque des amis de la religion »), 1829-1832, 40 vol. [1371

      C'est de cette édition que sont tirées, à titre d'exemple, quatre lettres de chacun des quatre volumes du corpus américain de la collection.

Lettres édifiantes et curieuses écrites par des missionnaires de la Compagnie de Jésus, édition de Catherine Desbarats, Montréal, Boréal (coll. « Boréal compact »), 2006, 253 p. [1372

      Si l'anthologie systématique d'Isabelle et Jean-Louis Vissière (bg. 190) reste l'ouvrage de référence en la matière, ce petit livre servira d'introduction abrupte pour illustrer la diversité du corpus des Lettres d'Amérique, notamment à la lumière de la postface de C. Desbarats (p. 221-243).

1.5   Éditions critiques, éditions commentées, recueils et anthologies

1999, Paul Lejeune, Un François au « Royaume des bestes sauvages », édition de la Relation de 1634 (sauf les trois premiers chapitres et la fin du journal) par Alain Beaulieu, avec la collaboration d'Alexandre Dubé, Montréal et Marseille, Comeau & Nadeau et Agone, 1999, 253 p. [1373

      Le titre de la couverture est fautif, ne correspondant pas à celui, correct, de la page de titre : Un François au pays des « bestes sauvages ».

2000, the Jesuit Relations : natives and missionaries in seventeenth-century North America, choix de textes et présentations ou notices par Allan Greer, Bedford Books, 226 p. [1374

*2011, Black Robes and buckskin : a selection from the jesuit relations, par Catharine Randall, New York, Fordham University Press, ix-212 p. [1375

1.6   Textes annexes

Francisco Creuxio, Historiae Canadensis libri decem, 1664. [Bg. 209

François Ducreux, Histoire du Canada ou de la Nouvelle-France, traduction de Jean-François Cottier. Il ne s'agit encore que d'un projet, qui a donné lieu à une journée d'études à l'Université de Montréal, le 30 mai 2014, avec la participation de Dominique Deslandres, Amélie Hamel et Andreas Motsch. [1376

      À son décès, Lucien Campeau a laissé une traduction française de l'ouvrage de Ducreux (Histoire des canadiens (sic); cf. Amélie Hamel, no 1751, n. 7). Il s'agit d'un brouillon de premier jet, réalisé pour son usage personnel, et non destiné à la publication. Et en effet, il s'agissait d'un précieux « aide-mémoire » pour l'historien, mais qui ne saurait même servir de base à une traduction. L'historienne Dominique Deslandres en serait aujourd'hui « héritière ». Le volumineux manuscrit se trouve sous la forme d'un document de 12 fichiers Word, en caractères Times New Roman de 12 points, 707 p. L'original, avec des documents annexes relatifs à la traduction, est conservé dans le fonds Lucien Campeau en cours de classement aux Archives des jésuites au Canada à Montréal : AJC, GLC-BO0219 (les pièces de ce fonds ne sont pas encore numérotées).

1.7   Textes connexes

    Je rappelle que la liste des textes « connexes » aux RJNF est illimitée. Ils sont donc choisis en fonction des études qu'ils ont suscitées. Les travaux récents d'Allan Greer sont l'occasion d'ajouter les biographies édifiantes de Claude Chauchetière et de Pierre Cholenec sur Catherine Tekakouitha.

Claude Chauchetière, « Narration annuelle de la mission du Sault [Saint-Louis] depuis la fondation [1667] jusques à l'an 1686 », manuscrit des archives de Bordeaux (voir le no suivant), édition de Camille de Rochemonteix, les Jésuites de la Nouvelle-France au XVIIe siècle (bg. 307), vol. 3, p. 641-678. [1377

—, Rééd. sur une copie de Félix Martin, JR, 63 : 139-245.

—, Édition critique par Hélène Avisseau, présentation, transcription et annotation du manuscrit. Archives départementales de la Gironde, 1984, 63 p. [1378

      L'édition d'Hélène Avisseau se trouve sur le site internet « La Nouvelle-France, resources françaises » : cf. no 1242.

——, « Lettre du P. Claude Chauchetière touchant la mission des Iroquois du Sault St François Xavier proche Montréal », lettre à son frère du 14 octobre [1682], JR, 62: 186-189. [1379

——, la Vie de la B. Catherine Tegakoüita dite à présent la Saincte Sauvagesse, manuscrit des Archives des jésuites de Saint-Jérôme (no 343), vers 1690 (entre 1685 et 1695, d'après A. Greer, no 1737, trad., p. 47). [1380

— Édition de John Gilmari Shea, Manate (New York), Presse Cramoisy, 1887, 182 p. [1381

Pierre Cholenec, « Lettre au père Augustin LeBlanc » du 27 août 1715, Lettres édifiantes et curieuses écrites des missions étrangères par quelques pères de la Compagnie de Jésus (bg. 189), vol. 12, Paris, Nicolas Leclerc, 1717, p. 119-211, rééd. de Querbeuf, Paris, Merigot, 1781, vol 6, p. 40-100. [1382

——, Vita Catherinae Tegakovitae, Iroquaeos inter barbaros primae virginitatem voto professae, lettre et biographie adressées au général de Rome, 26 septembre 1715. Édition du Bulletin des recherches historiques, vol. 20, janvier-mai 1914, p. 26-32, 61-64, 99-103, 134-136 et 168. [1383

* — Trad., la Vie de la bienheureuse Catherine Tegakouita dite à présent la saincte sauvagesse, Beauceville, 1914.

— Trad. Juan de Urtassum, la Gracia triunfante en la vida de Catharina Tegakovita, india iroquesa, Mexico, Joseph Bernardo de Hogal, 1724, rééd. par Michael W. Mathes, Madrid, Jose Porrua Turanzas, 1994.

      Cette traduction espagnole contemporaine, étudiée par Allan Greer, est polémique.

1.8   Grammaires et dictionnaires des langues amérindiennes

      De nombreux glossaires et dictionnaires manuscrits des missionnaires jésuites de la Nouvelle-France ont été publiés depuis le panorama et l'étude critique novatrice de Victor Egon Hanzeli en 1969 (bg. 356). La liste qui suit n'est pas exhaustive, mais elle présente un échantillon représentatif de ces publications, sur trois langues amérindiennes, de la reproduction photographique à l'édition critique.

Montagnais/innu - et plus largement algonquin/cri

Paul Lejeune, « De la langue des Sauvages montagnais », chap. 11 de la Relation de 1634, Paris, Cramoisy, 1635, p. 144-184 (JR, 7: 20-32). [1384

      Première description grammaticale d'une langue des Amérindiens de Nouvelle-France, et plus largement d'Amérique du Nord, publiée en Europe. On peut raisonnablement faire l'hypothèse que les dictionnaires de l'innu qui suivent sont des développements des compilations de Paul Lejeune, repris au fil des décennies, y compris le dictionnaire français-innu de Pierre Laure, réalisé avec l'aide de Marie Pechabanoukoue.

Louis Nicolas, Grammaire algonquine, 1672-1674, édition critique de Diane Daviault, Presses de l'Université du Québec, 1994. Cf. bg. 98-99. [1385

Antoine Silvy, Dictionnaire montagnais-français (ca 1678-1684), édition de Lorenzo Angers, David E. Cooter et Gérard E. McNulty, Presses de l'Université du Québec, 1974, 89 p. [1386

Bonaventure Fabvre, Racines montagnaises, compilées à Tadoussac avant 1695, édition photographique de Lorenzo Angers et Gerard E. McNulty, Québec, Presses de l'Université Laval, 1970, 391 p. — MS 23 de la bibliographie de V. E. Hanzeli (bg. 356). [1387

Pierre Michel Laure, Apparat français-montagnais, 1726, copie de Charles Deblois, 1823, annotée par J.-B. de La Brosse, édition critique de David Cooter, Presses de l'Université du Québec, 1988, lvi-569 p. — MS 24 de V. E. Hanzeli. [1388

      Introduction de David E. Cooter et Léo-Paul Hébert. Les auteurs montrent que l'apparat est conçu à partir d'un dictionnaire français-latin à l'usage des débutants des collèges, certainement l'Apparat royal ou dictionnaire françois et latin..., 1704 et suiv., par exemple Paris, J. Barbou, 1766, 975 p.

Jean-Baptiste de La Brosse, Montanicae linguae elementa (c. 1768), chap. 1-2, présentation, édition et traduction de Jean-François Cottier, « Les lettres et les mots », Rursus : poiétique, réception et réécriture des textes antiques, no 6, 2011. — MS 26 de V. E. Hanzeli. [1389

Huron/wendat - et plus largement iroquoien

Jean de Brébeuf et autres missionnaires jésuites [J. de B. and his jesuit brethren], the First french-huron Dictionary, manuscrits transcrits et édités par John Steckley, Lewiston, Queenston and Lampeter (New York), Edwin Mellen Press, 2010, iii-248 p. [1390

Pierre Potier, « Élémenta grammaticae huronicae » (1745). Cf. bg. 216. [1391

Abénaquis

Sébastien Rasle , « A dictionary of the Abnaki Indian language in North America », 1691-1724, Memoirs of the American Academy of arts and sciences, vol. 1 [ou le vol. 5, selon une note en tête du ms] (1833), p. 370-574. — Référence de V. E. Hanzeli (bg. 356), p. 26. n. 17. [1392

      Le manuscrit de Harvard University (Houghton Library, HU, Cambridge, Mass.) se consulte sur l'internet (pds.lib.harvard.edu/pds/view/21568178). En fait, on peut en prendre connaissance, sans plus, car il se lit difficilement, la photographie n'étant pas de très haute résolution.

MS Fr 13 de Harvard

« 1691. Il y a un an que je suis parmi les sauvages. Je commence à mettre en ordre en forme de dictionnaire les mots que j'apprens » (p. 9).


II   Les études de texte

Chapitre 4
Études sur la Nouvelle-France

1   Bibliographie générale

1.1  Guides bibliographiques

Pierre Hurtubise, Luca Codignola et Fernand Harvey, l'Amérique du Nord française dans les archives religieuses de Rome, 1600-1922 : guide du chercheur, Québec, Institut québécois de la recherche scientique, 1999, 202 p. [1393

      Voir également bg. 529.

Marco Antonio Gonçalves Machado, éd., Guia de fontes para a história franco-brasileira : Brasil, Colônia, Vice-Reino e Reino Unido, apresentação Francisco Corrêa Weffort, estudio introdutório Vasco Mariz, Recife, L. Dantas Silva, 2002. [1394

2   Histoire

2.1   Atlas historiques

Raymonde Litalien, Jean-François Palomino et Denis Vaugeois, la Mesure d'un continent : atlas historique de l'Amérique du Nord (1492-1814), Paris, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, et Sillery, Septentrion, 2007, 300 p. [1395

— La cartographie de la Nouvelle-France

Kenneth Andrew Kershaw, Early printed maps of Canada, 4 vol., vol 1, « 1540-1703 », Hamilton (Ontario), Kershaw, 1993. [1396

Jean-François Palomino,« Pratiques cartagraphiques en Nouvelle-France : la prise en charge de l'État dans la description de son espace colonial à l'orée du XVIIIe siècle », Lumen, vol. 31 (2012), p. 21-39. [1397

      Aux « sources » textuelles, et en particulier aux sources narratives présentées aux chapitres précédents, l'historien ajoute forcément les sources iconographiques et notamment les cartes. Si les études littéraires ne peuvent en faire un objet privilégié (comme c'est le cas des études ci-dessus), elles ne sauraient ignorer l'utilisation des lettres et des relations dans la réalisation des cartes qui sont préparées non sur le terrain, mais en atelier. Un exemple spectaculaire s'en trouve dans l'étude suivante.

Nelson-Martin Dawson, l'Atelier Delisle : l'Amérique du Nord sur la table à dessin, Sillery, Septentrion, 2000, 308 p. [1398

      Après une substantielle mise en situation du travail des Delisle, l'auteur présente les « Lectures », sous forme de croquis, de la relation de Sagard et des RJNF par Claude Delisle. N.-M. Dawson suppose toutefois que ces croquis sont à la source de la réalisation de la Carte du Canada de 1703, par Guillaume Delisle, ce qui est loin d'être assuré, comme on peut le voir à l'étude préliminaire de L. Lagarde.

Lucie Lagarde, « Un cartographe face à ses sources : Guillaume Delisle (1675-1726) et l'Amérique du Nord », l'OEil du cartographe et la représentation géographique du Moyen Âge à nos jours, édition de Catherine Bousquet-Bressolier, Paris, CTHS, 1995, 284 p., p. 129-145. [1399

2.1 bis  Navigations et explorations de l'Amérique

      Une section manque entre « Les atlas historiques » (2.1) et l'« Histoire de la Nouvelle-France » (2.2). C'est l'histoire des explorations de l'Amérique. Voici un ouvrage propre à représenter cette importante section.

Étienne Taillemite, Marins français à la découverte du monde : de Jacques Cartier à Dumont d'Urville, Paris, Fayard, 1999, 725 p. [1400

2.2  Histoire de la Nouvelle-France

      Tout de suite après ceux de Marcel Trudel (bg. 268-270), ce sont les ouvrages de Louise Dechêne qui doivent être consignés à titre d'ouvrages généraux indispensables pour l'histoire de la Nouvelle-France. En effet, si le sujet de chacun de ses trois grands livres paraît traiter d'une question particulière, localisée (Montréal) ou très spécialisée, c'est chaque fois toute l'histoire de la colonie française qui est en cause, avec un esprit critique de plus en plus acéré. De l'école de la Nouvelle Histoire, Louise Dechêne aura laissé l'histoire événementielle à ceux qui l'ont déjà écrite pour réévaluer les situations à partir des faits. D'où les dépouillements statistiques, les listes chronologiques et les nombreux relevés comptables qui précèdent et accompagnent ses études.

Louise Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au XVIIe siècle, Paris et Montréal, Plon, 1974, 589 p., rééd., Montréal, Boréal (coll. « Boréal compact »), 1988. [1401

——, le Partage des subsistances au Canada sous le régime français, Montréal, Boréal, 1994, 283 p. [1402

——, le Peuple, l'État et la guerre au Canada sous le Régime français, édition d'Hélène Paré, Sylvie Dépatie, Catherine Desbarats et Thomas Wien, Montréal, Boréal, 2008, 666 p. [1403

2.2 bis  Histoire de la Nouvelle-France, historiographie

Allan Greer, la Nouvelle-France et le monde, traduction d'Hélène Paré, Montréal, Boréal, 2009, 312 p., — et particulièrement les trois premiers chapitres de l'essai regroupés sous le titre « L'historiographie », p. 15-76 (articles de 2003 et 2005, avec une communication inédite de 2006). [1404

      À noter que le premier chapitre réussit un rare tour de force. Il s'intitule « l'Historiographie de la Nouvelle-France présentée aux historiens des États-Unis » (p. 17-46), traduction de « Comparisons : New France », Blackwel Companion to colonial american history, Oxford, Blackwell, 2003, p. 469-488. On admettra, en effet, qu'il est vraiment exceptionnel de présenter un panorama des travaux sur la Nouvelle-France sans jamais faire la moindre allusion au plus grand historien de la seconde moitié du XXe siècle, Marcel Trudel !

La Nouvelle-France et l'Atlantique, articles issus du colloque « Mondes atlantiques français » (IHAF, Montréal, octobre 2009), Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 64, 2011, nos 3-4 (234 p., p. 3-174), notamment les quatre permiers des six articles qui interrogent l'historiographie, la « cartographie » (« Où est la Nouvelle-France », p. 31-62), la politique maritime du tout début du XVIIe siècle et les prises de possessions. Articles de Catherine Desbarats et Thomas Wien, Catherine Desbarats et Allan Greer, Helen Dewar, et Dominique Deslandres. [1405

2.2 tertio  Histoire de la Louisiane

      L'histoire de la Louisiane, de la Louisiane française, ne se détache pas d'abord de celle de la Nouvelle-France. Ensuite, après une période de « transition » (1715-1717), on peut admettre avec Marcel Giraud que la Louisiane devient une nouvelle colonie française. La bibliographie des études historiques sur la Louisiane française est considérable. En voici un panorama et l'ouvrage scientifique toujours en cours de publication (à supposer qu'il se poursuive).

Bernard Lugan, Histoire de la Louisiane française (1682-1804), Paris, Perrin, 1994, 276 p. [1406

Marcel Giraud, Histoire de la Louisiane française, vol. 1, « le Règne de Louis XIV (1698-1715) », vol. 2, « Années de transition (1715-1717) », vol. 3, « l'Époque de John Law (1717-1720) » et vol. 4, « la Louisiane après le système de Law (1721-1723 », Paris, Presses universitaires de France, 1953, 1958, 1966 et 1974. [1407

—, vol. 5, A history of French Louisiana : the Company of the Indies, trad. Brian Pearce, Bâton Rouge, Louisiana University Press, 1991. Publication en français du manuscrit refusé par les PUF : la Compagnie des Indes (1723-1731), édition de Gilles-Antoine Langlois, Paris, L'Harmattan, 2012, 537 p. [1408

      On consultera ensuite l'« histoire par les textes (politiques et littéraires) » suivante. Si l'histoire, les chronologies et les bibliographies concernent la Louisiane « créole » (les Français natifs de la Louisiane et ceux de passage), une bonne partie, de 1762 à 1804, et même avant, présente la Louisiane française.

Réginald Hamel, la Louisiane créole : littéraire, politique et sociale, Montréal, Leméac, 1984, 2 vol. de pagination continue, 362 et 363-680 p. [1409

2.3 Dictionnaires de biographies

Anonyme, les Prêtres de Saint-Sulpice au Canada : grandes figures de leur histoire, Québec, Presses de l'Université Laval, 1992, 431 p. [1410

      En ce qui concerne la Nouvelle-France, l'ouvrage recopie purement et simplement les notices du DBC, mais sans leurs données bibliographiques. En dépit des introductions des quatre sections (par Brigitte Caulier, Lucien Lemieux, Nive Voisine et Guy Laperrière), les PUL offrent ici un ouvrage de vulgarisation populaire qui n'a pas sa place dans l'édition universitaire.

2.6  Folklore et culture populaire de Nouvelle-France

Suzanne et André Gousse, Lexique illustré du costume en Nouvelle-France (1740-1760), Chambly, La fleur de lys, 1995, cahier de 64 p., trad. Costume in New France from 1740 to 1760 : a visual dictionary, 1997, réimp. 1999, 70 p. [1411

3   Histoire des idées

Cette section recoupe souvent celle consacrée à la figure de l'Indien en tête des études littéraires, soit le thème « Indiens, Amérindiens » (chap. 5, par. 5.1.7), tandis qu'elle est naturellement prolongée par le paragraphe « Acculturation » (6.7) de la section 6 qui suit, « Ethnologie, anthropologie et acculturation ».

1911, Gilbert Chinard, l'Exotisme américain dans la littérature française au XVIe siècle, Paris, Hachette, réimp. Genève, Slatkine, 1978. [1412

1966, John R. Carpenter, Histoire de la littérature française sur la Louisiane de 1673 jusqu'à 1766, Paris, Nizet, 353 p. [1413

      Si l'ouvrage se réclame de l'histoire littéraire et pourrait à ce titre figurer à la section suivante, il s'inscrit plutôt dans la lignée des ouvrages de Séraphin Marion et de Gilbert Chinard, dont il s'inspire. La synthèse organise un panorama des relations qui vont décrire successivement les explorations du Mississippi (avec un intermède au chapitre 6 consacré aux « Théories sur les origines des Indiens »), jusqu'aux voyageurs et historiens de la Louisiane, puis aux missionnaires louisianais des Illinois, de sorte qu'on passe des RJNF (Jacques Marquette en 1672) aux Lettres édifiantes (Louis Vivier en 1750).

1967, Giuliano Gliozzi, « il "Mito del buon selvaggio" nella storiografia tra ottocento e novecento », Rivista di filosofia, vol. 58, p. 288-235. [1414

1972, Sergio Landucci, i Filosofi e i selvaggi (1580-1780), Bari, Laterza, 504 p. [1415

      Les Amérindiens et la pensée socio-politique des XVIIe et XVIIIe siècles (Fontenelle, Hobbes, Bayle, les philosophes des Lumières, Buffon, Robertson, par exemple). Nonobstant les dénégations de l'auteur, l'ouvrage se situe bien dans le domaine de l'histoire des idées, dans la perspective de la thèse de Michèle Duchet (bg. 286). L'exposé s'organise sur une série de six thèmes (l'altérité, l'état de nature, la question de l'« athéisme », le temps des « premiers temps », la « civilisation naturelle » et enfin l'opposition des nomades et des sédentaires). Si l'auteur est prolixe et volubile, diciamo così (la formule, qui revient partout, est significative d'un auteur qui improvise, sans prendre le temps de trouver les formulations correctes), on ne le regrette pas dans ses nombreuses recensions bibliographiques en notes infrapaginales, qui sont souvent des « états de la question ». La littérature de Nouvelle-France occupe une place importante tout au long de l'ouvrage. Voir l'index à Brébeuf, Champlain, Charlevoix, Lafitau, Lahontan, Lejeune, Léry, Lescarbot, Pauw, Sagard et Thevet.

1977, Giuliano Gliozzi, Adamo et il nuovo mondo : la nascita dell'anthropologia come ideologia coloniale dalle genealogie bibliche alle teorie razziali (1500-1700), Florence, La Nuova Italia. Adam et le Nouveau Monde : la naissance de l'anthropologie comme idéologie coloniale, des généalogies bibliques aux théories raciales (1500-1700), traduction d'Arlette Estève et de Pascal Gabellane, préface de Frank Lestringant, Paris, Klincksieck, 1992, réimp., Théétète, 2001, 560 p. [1416

1980, Enea Henri Balmas, il Buon Selvaggio nella cultura francese del settecento, Milan, Cisalpino-Goliardica, 297-xii p., rééd., Fasano di Puglia, Schena Editore, 1984. [1417

1995, Franz Obermeier, Französische Brasilienreiseberichte im 17. jahrhundert [récits de voyage français au Brésil au XVIIe siècle] : Claude d'Abbeville, « Histoire de la mission »; Yves d'Evreux, « Suitte de l'histoire », Bonn (Regensburg, Dissertation, 1994), 452 p. [1418

      L'ouvrage porte sur l'épisode colonial du nord du Brésil, mais pas seulement sur les deux oeuvres majeures désignées dans le titre. On y trouve non seulement l'étude des autres documents sur la colonie, mais également une analyse de la réception de Léry, Thevet et Montaigne, de même qu'une comparaison avec les documents portugais contemporains.

1996, Frank Lestringant, Une sainte horreur ou le Voyage en Eucharistie (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Presses universitaires de France, 358 p. [1419

— Seconde édition, revue et corrigée, Genève, Droz (coll. « Titre courant », no 46), 2012, 421 p. [1420

      L'envers du Cannibale, grandeur et décadence (1994, cf. bg. 291) : si « le mystère eucharistique avait permis, au temps des Grandes Découvertes, de rendre compte, en termes culturels et humains, de l'anthropophagie rituelle observable chez certains peuples du Nouveau Monde » (p. 333), le présent ouvrage explore « le dégoût sacré, la sainte horreur qui s'empare de larges couches de la société chrétienne face à un rituel [l'eucharistie] qui jusqu'alors suscitait une adhésion unanime » (p. 334).

1998, Denis Crouzet, « À propos de quelques regards de voyageurs français sur le Brésil (vers 1610 - vers 1720) : entre espérance, malédiction et dégénérescence », Naissance du Brésil moderne, Paris, Presses de la Sorbonne, 352 p., p. 67-117. [1421

2001, Franz Obermeier, « Montaigne, die wilden und das groteske » [Montaigne, les sauvages et le grotesque], Brasilien-Dialog, hrsg. vom Institut für Brasilienkunde, Mettingen, année 2001, nos 3-4 (parus en 2002), p. 27-40. [1422

2002, Pierre Berthiaume, « Louisiana, or the shadow cast by french colonial myth », Dalhousie French Studies (Halifax), no 58 (printemps), p. 10-25. [1423

2004, Andrea Frisch, the Invention of the eyewitness : witnessing and testimony in early modern France [Léry, Champlain, Polo, Montaigne, Rabelais], Chapel Hill, University of North Carolina, Department of romance languages, 195 p. [1424

2008, Hans-Jürgen Lüsebrink, « Émergences encyclopédiques du Canada : la Nouvelle-France dans les encyclopédies de la première moitié du XVIIIe siècle », Inventing Canada / Inventer le Canada, édition de Klaus-Dieter Ertler et Martin Löschnigg, Berlin, Peter Lang (coll. « Canadiana : littératures/cultures »), 308 p., p. 295-307. [1425

2009, Jacques Audinet, « Faire société avec les autres », Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France : Marie Guyart de l'Incarnation et les autres fondateurs religieux, actes du colloque du Centre d'études Marie-de-l'Incarnation (CEMI), 29 septembre - 3 octobre 2008, édition de Raymond Brodeur, Dominique Deslandres et Thérèse Nadeau-Lacour, Québec, Presses de l'Université Laval, 478 p., p. 273-295. [1426

      Tente de renverser l'altérité négative dans le rapport civilisé-sauvage, à l'aide du concept (optimiste) d'« élévation ».

— Études comparatives

1998, Jonathan Hart, « Representing Spain : the ambivalence of England and France to spanish colonization in the Americas », Revue canadienne de littérature comparée, no 25 (mars-juin), p. 24-50. [1427

      La représentation de la colonisation espagnole dans la Relation des Indes occidentales (p. 42-43), attribuée à Champlain (ce que l'auteur prend pour acquis), dans l'Histoire du Canada de Sagard (p. 43-46) et dans la Relation de 1637 de Paul Lejeune (p. 46), en regard de sa représentation dans les écrits anglais de Richard Hakluyt, dans la traduction du manuscrit anonyme the Spanish Colonie (1583) et chez Walter Ralegh. Il ne s'agit évidemment que d'un bref panorama, mais il est significatif des travaux en cours sur la Nouvelle-France.

1998, Wilcomb Washburn, « A comparative view of the noble savage in english, spanish, portuguese, and french eyes », la France-Amérique (XVIe-XVIIIe siècles), édition de Frank Lestringant, actes du 35e colloque des études humanistes, Paris, Champion (coll. « Travaux du Centre des études supérieures de Tours : le savoir de Mantice », no 5), p. 531-538. [1428

4   Histoire littéraire

1991, Anonyme, « les Écrits de la Nouvelle-France », dans Maurice Lemire, directeur, la Vie littéraire au Québec, vol. 1, 1764-1805, Sainte-Foy (Québec), Presses de l'Université Laval, 499 p., p. 25-73. [1429

2000, LEMIRE, Maurice, les Écrits de la Nouvelle-France, Québec, Nota Bene, 192 p. [1430

      Ces deux rapports de recherche complètent certainement l'énumération des pièces à verser au corpus des écrits de la Nouvelle-France, mais il s'agit d'une très évidente régression de l'analyse depuis les travaux d'histoire littéraire d'Auguste Viatte (bg. 292 et 483) et de Léopold LeBlanc (bg. 293 et 484), qui présentaient des études de première main, nourries de la lecture des oeuvres et bien informées des travaux sur elles. Au contraire, le chapitre de la Vie littéraire au Québec n'est qu'un dépouillement de dictionnaires et d'ouvrages de références courants, souvent démarqués et copiés mot pour mot. L'ouvrage de Maurice Lemire n'est à son tour qu'un développement de cet exposé, lui-même fait de textes résumés, démarqués et copiés. On trouvera l'analyse critique de ce scandale dans l'article suivant.

Guy Laflèche, « les Sauvages de l'histoire littéraire », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 31, no 2 (juin 2000), p. 105-111. [1431

2005, ERTLER, Klaus-Dieter, « Fleur-de-lys in Nordamerika (1604-1760) », Kanadische literaturgeschichte [sic], édition de Reingard M. Nischik, Stuttgart, Metzler, ix-446 p., p. 12-30. [1432

      Première tentative d'interpréter correctement l'histoire littéraire des écrits de la Nouvelle-France en distinguant les écrits français (« Die französischen anfänge bis 1663 », p. 12-20) et les écrits coloniaux (« Die frankokanadische kolonialzeit bis 1760 », p. 21-30). La preuve en est que la seconde section s'ouvre très correctement sur les écrits « coloniaux » de Lescarbot (1606-1607), puis le théâtre en Nouvelle-France. Mais ce n'est encore qu'une tentative, comme on le voit à la division chronologique, « 1663 » n'ayant aucun sens dans le développement de la littérature française sur l'Amérique (en France), s'agissant d'une date charnière dans le développement de la colonie (mais pas dans la littérature coloniale). Cela dit, Klaus-Dieter Ertler est parfaitement bien informé des travaux sur les écrits de la Nouvelle-France depuis vingt-cinq ans, y ayant lui-même activement participé.

2007, BIRON, Michel, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, « les Écrits de la Nouvelle-France », Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 689 p., p. 17-53. [1433

Note critique

      Décidément, l'histoire littéraire est tout le contraire d'une science. En tout cas, les écrits de la Nouvelle-France sont un bon domaine pour illustrer le délire d'interprétation des littéraires s'improvisant « historiens ». Après la régression dirigée par Maurice Lemire, voici la mystification qui reprend, cinquante ans après les faits, soit l'idée saugrenue de trouver les « origines » de la littérature québécoise dans les écrits français sur l'Amérique, du XVIe au XVIIIe siècle, avec le capitaine Jacques Cartier en personne au gouvernail du voilier de la littérature nationale ! Pour cela, il faut bien entendu ignorer la Conquête militaire du Canada — une position politique bien connue — et, de plus, en l'occurrence, cinquante ans de recherche. Comment comprendre aujourd'hui les travaux novateurs de Léopold LeBlanc, sans les situer dans le contexte nationaliste de la Révolution tranquille ? Ce travail de pionnier, sur la littérature québécoise, est contemporain de la revue Parti pris; Léopold LeBlanc l'a entrepris sur la lancée de son mémoire sur Alain Grandbois (1957) et le début de son enseignement à la Faculté des Lettres de l'Université de Montréal (1963); ses deux publications majeures sont de 1967 et de 1978 (bg. 293 et 484). Or, c'est un demi-siècle plus tard ce qu'on relit mot à mot dans l'Histoire de la littérature québécoise au Boréal. C'est ridicule.

2007, LEMIRE, Maurice, « les Écrits de la Nouvelle-France : catégories et évolution », Sur les écrits de la Nouvelle-France, actes des journées d'étude de Paris, 22 mai - 2 juin 2006, Groupe de recherche sur les écrits canadiens anciens, édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), 199 p., p. 17-25. [1434

      Bref résumé du sommaire paru en 2000.

2007, SCHOLL, Dorothea, « D'une topologie des rêves à une typologie des écrits de la Nouvelle-France », Sur les écrits de la Nouvelle-France, actes des journées d'étude de Paris, 22 mai - 2 juin 2006, Groupe de recherche sur les écrits canadiens anciens, édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), 199 p., p. 115-134. [1435

—, Réédition augmentée, sous le même titre, Literaturwissenschaftliches Jahrbuch, 2009, p. 115-133. [1436

      Impressions générales inspirées de la lecture de l'anthologie de Léopold LeBlanc parue en 1978 (bg. 484).

2008, LAFLÈCHE, Guy, « the Literature of New France, 1604-1760 » (respectivement « Literature on New France » et « Colonial literature in New France »), History of literature in Canada : english-canadian and french-canadian, édition de Reingard M. Nischik, Rochester (New York), Camden House, 605 p., p. 45-66. [1437

      La traduction anglaise, abrégée, a malheureusement été dépouillée de sa bibliographie, de sorte que ses références sont devenues tout simplement illisibles. On trouve le texte original édité correctement et intégralement en tête des présents fichiers :

Histoire littéraire de la Nouvelle-France.

2009, BELYEA, Barbara, « Native societies and french colonisation » (p. 9-28), et E. D. Blodgett, « Reports from la Nouvelle-France : the jesuit relations, Marie de l'Incarnation, and Élisabeth Bégon » (p. 29-46), deux premiers des six chapitres de la première partie, the Cambridge History of canadian literature, édition de Coral Ann Howells et d'Eva-Marie Kröller, Cambridge University Press, xlviii-753 p. [1438

      Barbara Belyea ne présente nullement les écrits français sur le Canada et l'Amérique, mais tout simplement une petite histoire de la Nouvelle-France en utilisant quelques-uns de ces « documents ». Pour sa part, E. D. Blodgett nous présente de manière tout à fait anachronique les RJNF, comme on peut le voir à sa mise en situation des « saints Martyrs canadiens », tout au centre de son texte de vulgarisation, dans la lecture de Francis Parkman (bg. 136, 1867 !), le tout avec un petit appendice, lui tout à fait injustifiable pour représenter la Nouvelle-France, sur les correspondances de Marie Guyart-Martin de l'Incarnation et d'Élisabeth Bégon.

2009, PIOFFET, Marie-Christine, « Liminaire : regards obliques sur la Nouvelle-France », Tangence, no 90, « Nouvelle-France : fictions et rêves compensateurs », édition de M.-Ch. Pioffet, 163 p., p. 5-23. [1439

2009, PIOFFET, Marie-Christine, « Nouvelle-France ou France nouvelle : les anamorphoses du désir », Tangence, no 90, « Nouvelle-France : fictions et rêves compensateurs », édition de M.-Ch. Pioffet, 163 p., p. 37-55. [1440

      Notes de lectures propres à l'exposé scolaire d'histoire littéraire : impressions générales au fil de textes divers évoqués dans le plus parfait désordre sur le vague sujet des déceptions des Français en regard de leurs rêves « américains » en Nouvelle-France.

4 bis Histoire de l'art

      C'est dans cette nouvelle section qu'il faut ranger les entrées bg. 420-421 que je reprends en conséquence ici. On se reportera bien entendu aux chapitres liminaires des manuels classiques d'histoire de l'art au Canada.

1941, Gérard Morisset, Coup d'oeil sur les arts en Nouvelle-France, Québec, Charrier et Dugal, 1941, xi-170 p. [1441

1957, Marius Barbeau, Trésor des anciens jésuites, Ottawa, Musée national du Canada, bulletin no 153 (no 43 de la « Série anthropologique »), xvi-242 p. [1442

1976, François-Marc Gagnon et de Nicole Cloutier, Premiers Peintres de la Nouvelle-France, Québec, Ministère des affaires culturelles (coll. « Civilisation du Québec », série « Arts et métiers »), 2 vol. Bg. 420. [1443

1976, Luc Noppen, « l'Évolution de l'architecture religieuse en Nouvelle-France », Société canadienne d'histoire de l'Église catholique (coll. « Session d'études », no 43), p. 68-78. [1444

——, les Églises du Québec (1600-1850), Québec et Montréal, Éditeur officiel du Québec et Fides, 1977, x-298 p. [1445

1988, François-Marc Gagnon, « l'Iconographie classique des saints martyrs canadiens », SMC, 1: 37-79 et 16 planches. Bg. 421. [1446

1990, Ginette Laroche-Joly, l'Iconographie jésuite et ses implications culturelles dans l'art et la religion des Québécois (1842-1968), thèse de doctorat, Université Laval, 2 vol., x-510 (et au vol. 2 : p. 511-536+241 fig.). [1447

1995, Michèle Binbenet-Privat, « le Buste-reliquaire de saint Jean de Brébeuf par Charles de Poilly (1664) : un chef d'oeuvre de l'orfèvrerie parisienne conservé au Québec », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, p. 229-235. [1448

1995, Robert Derome, « le Buste-reliquaire de saint Jean de Brébeuf, histoires et mythes », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, p. 236-253. [1449

2010, Marie-Madeleine Fragonard, « Morts en martyr, morts en service de charité : la mémoire de l'ordre jésuite », Littératures classiques, no 73, p. 191-214. [1450

      Étudie l'utilisation des martyres (jésuites) par les jésuites — et en particulier l'iconographie des grands martyrologes, dont ceux de Mathia Tanner (1675 et 1694).

2012, Laurier Lacroix, les Arts en Nouvelle-France, catalogue de l'exposition du Musée national des beaux-arts de Québec (2012-2013), Les publications du Québec (coll. « Arts du Québec »), 296 p. [1451

5   Histoire religieuse

5.1  Histoire [...] des missions de la Compagnie de Jésus

Paolo Broggio, Evangelizzare il mondo : le missioni della Compagnia di Gesú tra Europa e America (secoli XVI-XVII), Rome, Carocci (Università degli studi Roma tre, coll. « Studi e ricerche », no 11), 2004, 464 p. [1452

      Manifestement, les jésuites n'exportent pas en Chine, et surtout pas en Amérique (contrairement aux « hypothèses » de Dominique Deslandres), leurs méthodes d'apostolat européennes. En revanche, l'inverse se vérifie, dans l'utilisation européennes des résultats de leurs missions étrangères — dont la publication des RJNF, par exemple. Cf. chap. 1.5, « La missione : un'immagine in costruzione » (p. 58-66).

      L'ouvrage est construit sur les oppositions villes (couvent) / campagnes :: missions internes / étrangères. Mais les comparaisons et sommaires sont essentiellement d'ordre théologique, avec le stricte apostolat qui en découle : les jésuites militent partout pour la fréquence des sacrements, particulièrement la communion, et, forcément, la confession qui la précède, confession à travers laquelle ils exercent un contrôle d'ordre inquisitorial, généralement avec l'asccord (voire la collaboration) des autorités ecclésiastiques (les évêques et le clergé séculier) et politiques. L'analyse de Paolo Broggio est parfaitement bien illustrée en Nouvelle-France, preuve irréfutable des conclusions qui découlent de son corpus sud-américain.

Frédéric Tinguely, « Stratégie missionnaire et casuistique : le sens du relatif dans la culture jésuite (XVI-XVIIe siècles) », De l'Orient à la Huronie : du récit de pèlerinage au texte missionnaire, édition de Guy Poirier, Marie-Christine Gomez-Géraud et François Paré, Québec, Presses de l'Université Laval, 2011, xii-308 p., p. 5-17. [1453

5.2 Histoire de l'Église et de la mission de Nouvelle-France

L'Église de Nouvelle-France

Marie-Aimée Cliche, les Pratiques de dévotion en Nouvelle-France : comportements populaires et encadrement ecclésial dans le gouvernement de Québec, préface de Pierre Boglioni, Québec, Presses de l'Université Laval (coll. « Ethnologie de l'Amérique française »), 1988, xxii-355 p. [1454

Note critique

      La thèse, menée avec une grande rigueur sur un vaste dépouillement statistique et une comparaison avec les études sur les « religions populaires » en France à la même époque, établit formellement les hypothèses de Pierre Boglioni, soit l'étroite concordance entre l'enseignement clérical et les importantes et nombreuses pratiques de dévotion religieuse. On ne trouve pas dans la colonie, comme en France, de conflits entre le clergé et les paroissiens au sujet de pratiques magiques ou superstitieuses, et de nombreuses coutumes séculaires. La cause en est que les colons ont été déracinés de leurs milieux religieux d'origine et sont toujours venus par petits groupes; mais la cause en est aussi la rigueur et l'efficacité d'un clergé post-tridentin qui vieille avec soin à la propagation et à l'encadrement des dévotions populaires et de manière homogène dans toutes les classes de la société.

      Pour ma part, j'en verrais la cause originelle dans la théocratie jésuite des débuts de la colonie qui a favorisé ensuite la très imposante autorité des évêques sur le clergé séculier et les communautés religieuses, clé de l'encadrement efficace des pratiques des paroissiens que la thèse enregistre. Et j'en ferais la preuve en montrant que l'encadrement clérical n'est pas que religieux : les mandements des évêques ont et auront toujours des objectifs moraux, sociaux, économiques, et surtout politiques, qui vont bien au-delà des pratiques dévotes. L'encadrement des pratiques de dévotion n'en est pas moins un bon indicateur des pouvoirs (absolus) du clergé en Nouvelle-France.

Brigitte Caulier, « Bâtir l'Amérique des dévots : les confréries de dévotion montréalaises depuis le régime français », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 46, no 1 (été 1992), p. 45-66. [1455

— « "Bâtir la Jérusalem des terres froides" : réflexion sur le catholicisme français en Nouvelle-France », Mémoires de Nouvelle-France : de France en Nouvelle-France, actes des premières rencontres de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs, Poitiers et La Rochelle, 2001, édition de Philippe Joutard et Thomas Wien, Presses de l'Université de Rennes, 2005, 392 p., p. 235-249. [1456

      État présent des travaux sur l'Église catholique de Nouvelle-France.

Dominique Deslandres, « le Christianisme des Amériques », Histoire du christianisme, vol. 9, l'Âge de raison (1620-1750), édition de Marc Venard, Tournai, Desclée de Brower, et Paris, Fayard, 1997, p. 615-736. [1457

      L'article doit être enregistré pour la note critique qu'il se mérite de Louise Dechêne : « D. D. a repris cette interprétation [de la liberté frondeuse des paroissiens devant leur curé en N.-F., contrairement à la servile soumission des Français], sans apporter quoi que ce soit pour l'appuyer » (no 1403, p. 620, n. 30).

Les récollets en Nouvelle-France

Caroline Galland, « "Dame Sainte Pauvreté" chez les récollets de Nouvelle-France », Normes et déviances de la Réforme à la Révolution, édition de Monique Cottret, Éditions de Paris, 2007, 240 p., p. 107-135. [1458

      Les formes successives qu'a pris le voeu de pauvreté ou de mendicité qui caractérise les franciscains et qu'on a dû adapter, à diverses époques de la Nouvelle-France, pour la communauté qui devait en vivre et en survivre.

*—, Pour le service de Dieu, du roi et du bien public : l'apostolat des récollets en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles, thèse de doctorat, Université de Paris-Nanterre, 2008, 1137 p. [1459

—, Pour la gloire de Dieu et du roi : les récollets en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Cerf, 2012, 528 p. [1460

      Histoire événementielle des récollets en Nouvelle-France, essentiellement menée dans la perspective de l'histoire politique.

Compte rendu critique

      L'introduction présente globalement la nature des sources manuscrites et imprimées dépouillées (p. 19-28), mais sans aucune évaluation critique : « la seule règle fut de ne rien exclure et de mener une exploration systématique de tous les documents relatifs aux récollets, sans exception » (p. 19). La bibliographie (p. 471-509), comme les notes infrapaginales, énumère les cotes des documents manuscrits des fonds d'archives, sans les identifier ni les décrire, sans même dire s'ils ont déjà été publiés, et sans les évaluer non plus.

      S'agissant de l'histoire d'une communauté religieuse en Nouvelle-France, on n'y trouve pourtant pas une ligne sur les diverses spiritualités de ses membres : la pensée des franciscains Sagard, Leclercq, Hennepin et Leroux présente certes de nombreux points communs qui les opposent aux spiritualités des jésuites de Nouvelle-France, mais leurs spiritualités sont souvent radicalement différentes entre elles, voire contradictoires dans le cas du jansénisme de Valentin Leroux. On ne trouve rien à ce sujet dans l'ouvrage, qui s'intéresse plutôt aux questions politiques, et notamment aux innombrables conflits avec les puissants jésuites, les résolvant systématiquement dans la perspective des récollets, comme cela va de soi aujourd'hui (puisque la « vérité historique » a été systématiquement cachée par les jésuites de 1632 jusqu'à nos jours, il n'est pas trop surprenant et même amusant que les chercheurs soient nombreux à la « découvrir » depuis que les jésuites n'ont plus le monopole des documents et des travaux sur la Nouvelle-France). On sait depuis longtemps maintenant que les jésuites ont activement empêché le retour des récollets dans la colonie après 1629; que les autorités coloniales ont difficilement tenté de briser la théocratie jésuite de plus en plus anachronique avec l'aide des « confesseurs » récollets; que les historiens jésuites ont imposé le cadre de la représentation missionnaire de la Nouvelle-France, etc. Il est certes heureux de revoir ces faits (divers) avec nuances et précisions.

      En revanche, l'historienne avait tout en main pour analyser correctement l'histoire de l'apostolat des récollets en Nouvelle-France. Mais elle se contente d'accumuler des données brutes sans les mettre en perspective. Voici l'état présent qu'on en trouve dans Un janséniste en Nouvelle-France (2003, no 1333, p. 23-30 et 173 et suiv.). En 1615, les premiers récollets à Québec reprennent l'apostolat des jésuites d'Acadie en 1611-1613, mais avec une différence de taille dès après 1614-1615 (hivernement de Le Caron avec Champlain en Huronie), en 1623 : ils ont décidé de s'installer chez les sédentaires hurons, politique apostolique que les jésuites vont également adopter (1626-1629) et bientôt prolonger (1635-1650), mais en reprenant et adaptant cette expérience missionnaire des récollets auprès des nomades (avec Paul Lejeune à partir de 1632). Or, les récollets, exclus de Nouvelle-France en 1632, vont non seulement perdre toute cette expérience qu'ils avaient pourtant initiée, mais il ne comprendront même plus l'apostolat des missionnaires jésuites, qu'ils vont en conséquence dénigrer de bonne foi. La cause en est que les récollets de 1670 — soit quarante ans plus tard, ce qui n'est pour l'histoire événementielle qu'une question de « date » — ne sont plus des missionnaires, mais des aumôniers dont les charges ecclésiastiques se répartiront en quatre catégories : les aumôniers des seigneurs d'Acadie, les curés de diverses paroisses de la colonie et, surtout, les aumôniers accompagnant des voyages de découvertes officiels, et enfin des aumôniers militaires. Et c'est ainsi qu'ils « fréquenteront » les Amérindiens, attitude toute franciscaine d'ailleurs. Il suit que les représentations de l'univers amérindien par les tout premiers missionnaires, et ensuite par les ecclésiastiques, après 1670, n'ont aucun rapport entre elles, et encore moins avec la représentation homogène qu'en donnent les jésuites sur près de deux siècles, puis aux XIXe et XXe siècles. Or, ce sont ces deux groupes hétérogènes de récollets qui permettent aujourd'hui de trouver une représentation plus adéquate et du monde amérindien et de l'histoire (religieuse) de la colonie que celle de l'historiographie des jésuites de Nouvelle-France, puis du Canada français (mettons de Ducreux et Charlevoix, puis de Camille de Rochemonteix, à Dominique Deslandres). Et il est certain que l'ouvrage de Caroline Galland permettra de maintenir pour encore longtemps cette vision anachronique.

      Je ne sais pas si la thèse de 2012 fait état de l'ouvrage de G. Laflèche et de S. Trudel (présenté de manière évidemment malveillante comme étant l'ouvrage du seul S. Trudel, p. 20, n. 3), mais le livre fait ainsi (je parle du contenu de la parenthèse qu'on vient de lire) dans l'humour blanc du fait qu'il ne connaît manifestement pas la vraie thèse de « Serge Trudel » (1997, bg. 1058), à l'origine de notre livre, ni d'ailleurs le mémoire de Laurence Viry (2002, no 2083). De façon plus générale, la directrice de thèse, Monique Cottret, aurait dû se garder une petite gêne, comme on dit à Montréal, et ne pas trop vanter « les vertus de l'ancienne thèse à la française » (sic !, p. 15). Est-il normal que les « thèses à la française » soient dirigées par des spécialistes, certes, mais n'ayant jamais oeuvré dans le domaine en question, ici la Nouvelle-France et ses récollets ? D'ailleurs, si elle voulait diriger et préfacer de manière compétente une thèse dans ce domaine, on se serait attendu à une lecture critique du Janséniste en Nouvelle-France, de la part de l'historienne de Jansénismes et Lumières (1998).

      Chose certaine, puisqu'on parle de spécialistes, la directrice et son étudiante ne savent pas encore qu'on doit authentifier et évaluer les documents avant de pouvoir les interpréter correctement. Gabriel Sagard n'est pas l'« auteur » du Grand Voyage (comment pourrait-il rapporter une telle monographie sur les Hurons après un petit hiver en Huronie ?), qui est évidemment le résultat de très longues et nombreuses observations des récollets, depuis le séjour de Le Caron avec Champlain en 1614-1615. Il en est le rédacteur. Ce n'est donc pas à sa publication (p. 106) — publication qui n'est nullement polémique ni précipitée, comme on l'affirme sans autre indice que la date de la permission d'imprimer, la publication du dictionnaire n'ayant aucun rapport avec la Doctrine chrestienne de Brébeuf en 1630, ce qu'on affirme sans preuve ni vraisemblance —, mais sa rédaction qui profite des sources de la communauté sur la Huronie. Par ailleurs, il ne fait pas de doute que l'Histoire du Canada qu'on publie sous son nom ne peut absolument pas être l'oeuvre de Gabriel Sagard : la position idéologique et polémique du narrateur est incompatible avec le Grand Voyage. La Nouvelle Relation de la Gaspésie de Chrestien Leclercq a été mise en forme et développée par son supérieur Valentin Leroux. Celui-ci est l'auteur et le rédacteur du Premier Établissement de la foi, dont le premier volume a été entièrement rédigé à partir du synopsis de l'Histoire chronologique préparé par un officier militaire qui a voulu garder l'anonymat pour se protéger des jésuites. Tout cela ne fait plus aujourd'hui l'ombre d'un doute.

      Lisez maintenant Pour la gloire de Dieu et du roi et vous ne manquerez pas d'être fort surpris, en dépit de l'accumulation des informations : page après page, vous lirez des citations des « historiens » Gabriel Sagard et Chrestien Leclercq. Lorsqu'il s'agit du compilateur récollet anonyme de l'histoire du Canada (1636), de l'Établissement de la foi de Valentin Leroux (1691) ou de l'officier anonyme de l'Histoire chronologique (1689), cela change complètement le sens du texte, bien entendu. De même pour le livre du « petit moine » Louis Hennepin (1683), écrit à partir de mémoires de l'expédition de Robert Cavelier de La Salle et le développement fabuleux qu'il en donne en deux volumes (en 1697 et 1698), développement inventé à partir de l'ouvrage de Leroux paru en 1691. Pour Caroline Galland, tous ces auteurs sont des « récollets », même un militaire qui se désigne comme tel, et elle n'en demande pas plus... Pourtant, pas besoin d'un doctorat en histoire pour comprendre qu'on ne saurait utiliser aujourd'hui ces documents narratifs sans tenir compte des données qui permettent de les authentifier et de les évaluer. — Il n'est donc pas surprenant de voir Caroline Galland (p. 302 et 305), comme Dominique Deslandres naguère, prendre au premier degré une pointe sarcastique de Leroux contre les (« milliers de baptêmes », p. 306, des) jésuites dans le mémoire de 1624 de Le Caron qu'il a inventé de toutes pièces à partir de la Relation de 1634 de Paul Lejeune ! (voir SMC, 1: 106-108, et surtout la thèse de S. Trudel, bg. 1058, p. 160-172). Ma parenthèse (la citation critique de l'historienne dénonçant la prétendue exagération du nombre des baptêmes des missionnaires jésuites) montre simplement que Caroline Galland est doublement victime de la rhétorique de Valentin Leroux, son ironie radicale, prenant et l'expression (la pointe) et son contenu (l'information) pour deux faits.

      Mais il n'y a pas que la difficile ironie à interpréter. La toute simple plaisanterie peut donner lieu à des interprétations vraiment loufoques. Dans sa correspondance avec Renaudot, Bernou s'est amusé à se présenter comme le futur évêque des régions explorées par La Salle. Il est sans conséquence que l'historien Raphael N. Hamilton n'ait pas compris la plaisanterie et l'aie entendue au premier degré (bg. 1057, p. 269). Après tout, un anglophone a tout de même droit à l'exceptionnelle erreur dans la lecture d'une longue correspondance manuscrite (BNF, FF NAF 7497, passim : par exemple, Bernou tient à avoir des documents de La Salle avant son retour au Canada, car « comme c'est mon diocèse » je ne voudrais pas perdre ces renseignements avec sa mort, p. 258, note du 28 mars 1684). Là-dessus, Catherine Broué a inventé, purement et simplement, le motif des récollets accompagnant La Salle comme s'ils avaient l'objectif de fonder, vers 1680... un évêché dans les terres inexplorées entre Fort Frontenac et le golfe du Mexique qu'on n'a pas encore rejoint ! Cette drôle d'idée est très sérieusement reprise et développée par Caroline Galland dans son chapitre sur... « Les missions des récollets auprès des Amérindiens », comme si Louis Hennepin avait jamais été un « missionnaire » du Mississippi ! (notamment, p. 321-326). — Un peu plus et on en serait aux récollets sous l'autorité de l'évêque Bernou sacré par Renaudot dans le nouvel évêché mis en place en bordure du Mississippi par les quinze hardis explorateurs de Robert Cavelier de La Salle...

      Voilà donc un ouvrage qui aurait pu être signé du jeune Lucien Campeau, vers 1960, s'il avait été récollet, et non jésuite, ce qui n'aurait pas changé grand chose. Je pense toutefois qu'il faut être indulgent. À lire l'ouvrage paru en 2012, on comprend que la thèse réalisée de 2002 à 2008 (« ces six années d'un long et passionnant travail »,  p. 17) s'est faite dans l'ignorance complète des travaux réalisés à l'Université de Montréal tout juste avant, et connus de 1997 à 2003. Dès lors, ces travaux « découverts » en cours de « recherche », il n'était plus possible de tenir compte de ces avancées sans une réorganisation complète de la thèse, devenue obsolète. L'« historienne » y va donc, en introduction du livre (p. 20, je le répète, n. 3), d'un petit coup de « n'est-il pas finalement commode de » pour énoncer un simple argument d'autorité écartant une décennie de recherche : Serge Trudel (car je n'y suis pour rien !) est accusé de « soupçonner les récollets [sic] de jansénisme » pour cause de « relations difficiles » (sic) avec les jésuites ! Bref, si mon hypothèse est juste, ce n'est pas la thèse, mais sa publication qui relève de la désinformation.

      Cela dit, j'en suis fort aise, car c'est pour un bon moment Serge, le héros, qui doit payer la bière !

— Pour quelle étrange raison ma série des SMC figure-t-elle en bibliographie ? Elle n'est utilisée nulle part. Et pour cause...

5.3 bis  Histoire et historiographie « religieuses » de la Nouvelle-France

      Bien entendu, on ne trouve plus aujourd'hui de nouvelles histoires ou biographies « religieuses » de la Nouvelle-France (bg. 310-322). Pourtant, la thèse d'Emma Anderson en est un nouvel avatar, tandis que celle d'Adam Stueck en est certainement la première antithèse.

2012, STUECK, A place under heaven : amerindian torture and cultural violence in colonial New France (1609-1750), thèse de doctorat, Marquette University, 246 p. [1461

      Le premier ouvrage jamais consacré aux moeurs guerrières et au supplice archaïque des Iroquois, le supplice du feu et ses épisodes de cannibalisme rituel, qui prend en compte les supplices dont ont survécu (Bressany, Jogues et Poncet) ou dont sont morts (Brébeuf et Lallemant) les missionnaires jésuites de Nouvelle-France.

Compte rendu critique

      Il arrive que je doive consigner des mémoires ou des thèses qui sont de mauvais devoirs scolaires sans aucun intérêt scientifique. Je n'ai pas le choix et me contente de le dire, sans plus, pour que les chercheurs ne perdent pas leur temps s'ils n'ont pas à prendre connaissance des lectures anachroniques — ce qui n'est pas réservé aux mémoires et aux thèses, malheureusement. Or, tel n'est pas le cas de la thèse d'Adam Stueck, qui est pourtant d'un niveau scolaire assez surprenant. Bien entendu, je ne peux lui reprocher de ne pas connaître mes travaux (SMC, 2 et 3, 1989 et 1990), puisque sa bibliographie ne comprend aucun titre en français. L'auteur fait d'ailleurs involontairement la preuve qu'il ne lit pas le français lorsqu'il tente de s'expliquer comment il est possible qu'on ait « donné en garde » Jogues à un Iroquois (il est simplement mis sous sa responsabilité), alors qu'il n'a évidemment besoin ni de gardien ni de protecteur (pour en déduire malencontreusement qu'on a donc déjà décidé qu'il serait gardé en otage, avant même l'entrée à Ossernenon et les conseils qui en décideront !), ce qu'il trahit d'un beau « mon garde [sic] » (p. 156), le sic impliquant, je suppose, qu'on devrait lire « guarde », comme dans l'anglais « guard ». Cela dit, on peut se demander s'il est raisonnable qu'on accepte à Marquette University qu'un étudiant entreprenne des études de doctorat sur un corpus de la Nouvelle-France sans apprendre en même temps le français.

      Mais il y a plus grave encore que de ne pas avoir un contact direct avec ses sources françaises et d'ignorer toutes les études en français à leur sujet, et c'est bien d'ignorer des études fondamentales sur la question pourtant rédigées en anglais et dont la plus importante ne date pas d'hier, mais bien de 1947 : Raymond L. Scheele, the Treatment of captives among the north east Indiens of North America (mémoire de maîtrise, Columbia University, Faculty of political sciences, 62 p.). Et je constate que le mémoire figure bel et bien dans les études utilisées par l'article récent le plus important sur le même sujet qu'on ne trouve pas non plus dans la bibliographie d'Adam Stueck : « Barbarism and cruelty » de Cornelius J. Jaenen (Friend and Foe, 1773, bg. 424, p. 120-152). Cela signifie que la recherche a été entreprise avec une bibliographie de travail trop lacunaire pour être ajustée avec la dynamique des études.

      Et là ne s'arrêtent pas les surprises. L'appendice F, « Table of case studies of cultural violence between 1609-1730 » est si défectueux qu'il est inutilisable. Il s'agit pourtant d'une radiographie du corpus sur lequel est construite l'étude du supplice archaïque en Nouvelle-France. Il faut dire d'abord que le corpus en question est constitué pour l'essentiel des RJNF (dans la traduction de Thwaites, bg. 185), de sorte que le titre exact de la thèse devrait être Amerindian Torture and cultural violence in the jesuit missionaries' relations and allied documents in New France. Mais encore faudrait-il que le dépouillement soit fiable et justifié. Tel n'est pas le cas. L'auteur n'a pas su utiliser ou n'a pas connu le principal instrument de travail à sa portée, soit le dépouillement de l'équipe de R.-G. Thwaites qu'on trouve à l'index sous l'entrée « Indians - Warfare - Captives - Treatment » (JR, 52: 339-340). Le tableau de l'Appendice F est censé consigner les supplices amérindiens : pour chacun, on devrait avoir la référence, la date, les tribus des suppliciés et des bourreaux, leur nombre et leur sexe. Dans sa Relation de 1632, Paul Lejeune identifie très clairement trois captifs à Tadoussac, dont deux (et non trois) seront suppliciés; six à Québec (dont un est assassiné par un Montagnais en état d'ébriété, donc un maximum de cinq suppliciés). A. Stueck en compte magiquement onze, avec des références désordonnées qui ne concordent pas avec celles de Thwaites (qui consigne correctement les références : JR, 5: 27-31, 49 et 51-55). En plus, il oublie complètement la dernière référence de Thwaites (JR, 5: 73) qui présente le baptême d'un enfant de quatre ans qu'on envoie en France : c'est un captif de la Nation du Feu dont les parents ont été tués, sans qu'on sache si la femme a été suppliciée, ce qui est peu probable.

      Cette toute dernière question est importante en regard du tableau en question. En effet, je ne connais pas d'exemple d'enfant supplicié; or, le supplice des captives est tout à fait exceptionnel. L'auteur finit par en compter pas moins de 26% des suppliciés dont il connaîtrait le sexe (p. 53), selon son tableau ou son dépouillement, ce qui est évidemment invraisemblable. En voulant les voir un à un, je me suis rendu compte que les références sont inopérantes : trop souvent elles ne correspondent à aucune description de capture ou de supplice, notamment dans les cas de massacres durant ou tout de suite après des combats, de rafles de dizaine de personnes dont on ne sait pas qui ou combien ont été suppliciés. Sans compter que les missionnaires jésuites disent explicitement quelles sont les tribus qui ne supplicient jamais de femme (l'ensemble des Algonquins et des Hurons, par exemple) et ceux qui le font exceptionnellement (notamment les Iroquois supérieurs, des Onneiouts ou des Onontagués — Oneidas et Onondagas —, qui supplicient des Andastes, supplices de femmes dont on a quelques attestations en 1665-1670, mais pas de description (JR, 51, 230; 52: 172; ou 53: 252, par exemple, cas exceptionnels et nettement localisés). Le contre-exemple est celui de l'Iroquoise chrétienne du Sault-Saint-Louis suppliciée en Iroquoisie en 1696 et dont Jacques de Lamberville décrit minutieusement les sévices pour cause d'édification (JR, 65: 32-38). De cela non plus le tableau ne tient aucun compte, je veux dire du nombre des informations ou de la longueur de l'exposé documentaire, contrairement au dépouillement de Thwaites qui les calcule au moins en nombre de pages.

      Avec de tels handicaps méthodologiques, voilà une thèse où l'on risquait fort de découvrir la lune, en plus d'ignorer encore l'invention du bouton à quatre trous. Mais tel n'est pas le cas. Les recherches sur le supplice archaïque des Amérindiens devront tenir compte de la thèse d'Adam Stueck, de ses propositions, de ses analyses et de ses interprétations souvent judicieuses et toujours stimulantes, même dans les cas où, comme on va le voir, on peut montrer qu'elles sont fausses ou inexactes. En tout cas, les hypothèses sont posées avec assez d'intelligence et de pertinence pour être nécessairement prises en considération. D'abord, le plus facile à étudier et le plus évident est fort bien présenté, soit la réaction, la perception et l'instrumentation du supplice amérindien par les divers groupes d'Européens, les explorateurs et les militaires, les autorités politiques et les responsables de la diplomatie avec les alliés amérindiens, comme avec leurs ennemis et, enfin, les missionnaires qui y trouvent une représentation de l'enfer et la réalisation du martyre chrétien. Tout cela est remarquablement bien étudié. Ensuite, ce qui était moins facile, Adam Stueck propose une révision complète de l'analyse du supplice du feu et de l'anthropophagie rituelle qui l'accompagne, renvoyant dos à dos sa présentation hagiographique, qui reposait entièrement sur la cruauté naturelle inspirée à des « barbares » par le sentiment de la vengeance, et la présentation héroïque où le supplice serait une mise en scène de la puissance guerrière. L'auteur va même jusqu'à affirmer que le supplice archaïque n'est pas essentiellement une affaire guerrière et qu'il est impossible de le réduire à la vengeance d'un côté, et au stoïcisme de l'autre. Lorsqu'on y regarde de près, on voit bien que ce ne sont pas des guerriers qui supplicient ou qui le sont. Bien au contraire, le supplice archaïque concerne toute la communauté; les hommes, les femmes et les enfants pratiquent les sévices, tandis que les victimes sont, selon lui, aussi bien des hommes que des femmes. Dès lors, il faudrait chercher la nature et les fonctions du phénomène dans de très anciennes coutumes, où l'atrocité de la mise en scène, du supplice au cannibalisme, paraît toute naturelle aux bourreaux comme aux victimes : elles sont affaires de limites entre la vie et la mort, du passage de la vie à la mort, et donc du deuil, avec ses croyances religieuses, avec aussi une idée de limites spatiales, les captifs venant d'ailleurs (« ideas of space and spatial limits », p. 56).

      L'exploration de ces hypothèses se développe dans l'encadrement d'une série de présentations et d'interprétations des récits de supplice les plus étoffés des RJNF, soit le supplice de Joseph Saunadanoncoua (2.5 = partie 2, chap. 5), celui d'Isaac Jogues (4.2), ceux de Jean de Brébeuf et de Gabriel Lalemant (4.3), comme ceux de Joseph Bressany et d'Antoine Poncet (4.4). Avec ces quatre chapitres, soit le noyau d'une thèse dont la portée est également historique, Adam Stueck est le premier à briser le tabou qui interdisait aux études portant spécifiquement sur le supplice amérindien d'utiliser les textes quasi-sacrés sur « les Saints Martyrs canadiens ». Ce sont ces analyses, sous forme d'explications de texte, qui lui permettent de déployer ses hypothèses.

      Ici doit commencer l'analyse critique. Trop peu d'éléments de ces analyses permettent d'appuyer les hypothèses théoriques, prises pour acquises. Il apparaît vite, au contraire, que les suppliciés sont, par définition, des captifs de guerre. Du coup, il apparaît également que, contrairement à l'analyse de Raymond L. Scheele, en voulant inscrire le supplice archaïque dans un vaste ensemble de pratiques ancestrales, A. Stueck néglige son contexte immédiat, c'est-à-dire son insertion dans les moeurs guerrières, avec un scénario qui commence avec la petite enfance, c'est vrai, et pratiquement avec le départ des guerriers (après une série codée de nombreux événements : proposition, appel, conseil, festin, départ), mais qui se réalise avec une très longue série d'événements rituels : attaque, capture, premiers sévices et distribution des captifs, marche forcée, entrée triomphale au village, etc., pour commencer à s'achever avec les conseils conduisant à l'adoption de la très grande majorité des captifs, dont un certain nombre en cours de supplice. Dès lors, la première fonction du supplice archaïque échappe à l'analyse d'Adam Stueck, et c'est précisément tout le contraire de la mise à mort — l'adoption. Sur les 23 captifs qui se rendent avec Jogues en Iroquoisie, six sont suppliciés, dont trois seulement sont mis à mort. Trois Français sont gardés en otages et trois Hurons mis à mort ? Disons plutôt qu'on « donne la vie » à vingt captifs, dont les trois Français. Et de ceux-ci (Goupil sera assassiné et Jogues s'enfuira), Guillaume Couture s'intégrera parfaitement à la communauté, épousant une Iroquoise et obtenant le respect de tous. Bref, la première fonction du supplice du feu est l'adoption de ceux qui y échappent ou en survivent.

      Par ailleurs, avant d'évoquer très abstraitement des notions qui peuvent fort bien être justes, mais qui nous échappent largement (notamment des idées « religieuses » complètement étrangères aux Amérindiens), on ferait mieux de retenir la thèse principale de Raymond L. Scheele qui tient à l'universel phénomène qu'on traduit dans nos civilisations modernes par l'idée de « carnaval » (que les Amérindiens connaissent aussi en tant que tel d'ailleurs). L'idée est simple, de sorte que l'hypothèse est parfaitement crédible : le supplice archaïque est le moment rare et exceptionnel où la violence de toute une communauté peut s'exprimer de manière absolue. Pour R. L. Scheele, c'est là l'exutoire qui explique la non-violence dans les communautés, la patience des Amérindiens et le flegme imperturbable qu'ils affichent dans toutes les situations de conflit. — Bien entendu, si les enfants et les adolescents participent aux supplices, c'est qu'on veut également former des guerriers et leur faire connaître le sort qui les attend si jamais ils sont vaincus ou captifs, mais les deux motifs psychologiques ne s'excluent nullement : animer la haine des ennemis, c'est naturellement renforcer les liens de la communauté et en désamorcer les conflits.

      Il reste une question importante assez inattendue en regard de l'intelligence critique des grands textes qu'Adam Stueck étudie minutieusement. Il est le premier spécialiste du supplice archaïque à constater très justement que le supplice de Jean de Brébeuf est anormalement court (quelques heures), tandis que son supplice et celui de Gabriel Lalemant a lieu sur place, en Huronie, alors que le bon sens et le rituel immuable veut que les captifs soient d'abord ramenés aux villages où l'on décidera de leur sort (p. 171-173). Il n'a pas pensé à la solution la plus simple, qui est la pure vérité, seule hypothèse possible en l'occurrence : les deux missionnaires ont été mortellement blessés au cours des combats. Au lieu d'en venir à cette conclusion qui s'impose, Adam Stueck, pourtant très près de la vérité, se lance dans une analyse vraiment surprenante où il imagine « des » captifs hurons apostats (il n'y en a qu'un seul dont Paul Ragueneau a fait tout un groupe !) et une irrépressible aversion contre le christianisme (en 1649, les missionnaires n'ont pas encore pris pied en Iroquoisie)... Bref, voilà deux missionnaires tués « en haine de la foi » ! L'auteur ne se rend pas compte, évidemment, qu'il est victime de la rhétorique des jésuites présentant les supplices de Brébeuf et de Lalemant dans la perspective du martyre chrétien. Il leur fallait des tyrans, A. Stueck en fait des traditionalistes (« very anti-catholic traditionalists », p. 171). Sans compter la dérive qui en découle : les Onontagués n'auraient pas ramené Brébeuf et Lalemant en Iroquoisie de crainte qu'ils ne soient pas suppliciés, mais gardés en otage, comme Bressany et Poncet plus tard ! Comme si des guerriers pouvaient renoncer à l'honneur de ramener de si considérables captifs et s'arroger un droit qui appartient aux conseils d'Iroquoisie.

      La seconde dérive de l'analyse, des plus spectaculaires, s'explique encore par la rhétorique très efficace des jésuites. Elle consiste à mettre en dix lignes (p. 166) plusieurs années de diplomatie invraisemblable pour « imposer » la prétendue Paix de 1645, dont trois séjours diplomatiques en Iroquoisie, le dernier et le deuxième de Jogues se soldant par son assassinat. L'assassinat d'un diplomate. Adam Stueck, piégé par la rhétorique de Jérôme Lalemant, en fait la mort du captif qu'il a été. La mort de son domestique, le donné Jean de Lalande, la veille ou le lendemain, est du même ordre.

      On comprendra donc qu'il y a deux opérations très différentes à mener, impliquant l'analyse littéraire des documents : celle d'abord d'étudier le supplice archaïque des Amérindiens, pour l'appliquer à une compréhension correcte des textes édifiants des jésuites sur les missionnaires ou les Amérindiens chrétiens qui en ont été victimes; et l'opération inverse qui consiste à utiliser ces textes dévots pour mener l'analyse du supplice amérindien. C'est la dialectique incessante entre les documents et la réalité historiques, qui doivent s'éclairer mutuellement. Si la thèse d'Adam Stueck est une remarquable avancée dans cette deuxième orientation, la compréhension du supplice archaïque, il faut savoir ensuite l'utiliser pour comprendre correctement les textes hagiographiques et savoir que Jogues a été assassiné à titre d'ambassadeur, savoir aussi que Brébeuf et Lalemant n'ont pas été tués pour des raisons religieuses, « en haine de la foi », mais parce qu'ils avaient été mortellement blessés au combat.

2013, ANDERSON, Emma, the Death and afterlife of the North American Martyrs, Harvard University press, 2013, x-463. [1462

      D'après son titre, le livre devrait décrire la mort et le culte des missionnaires jésuites de Nouvelle-France, ceux qui sont morts au combat, assassinés ou suppliciés lors de la guerre des Iroquois, de 1642 à 1649, et qui ont été canonisés en 1930. Mais tel n'est pas le cas. Il s'agit au contraire d'un anachronique développement anglo-saxon du mythe des Saints Martyrs canadiens du Canada français du XIXe et du XXe siècles. Leur culte, aujourd'hui disparu, a connu de multiples rebondissements durant un siècle, de sa naissance en 1864 à son déclin, avec la Révolution tranquille, vers 1960. Bref, « North American Martyrs » veut bien dire ce qu'il dit, désignant un prétendu culte qui se limite aux dévotions pratiquées dans l'enceinte de deux sanctuaires, sous les yeux de touristes (anglo-saxons, majoritairement de religion protestante) évidemment plus nombreux que les pèlerins.

      En fait, il s'agit d'une toute nouvelle canonisation, par les Harvard University Press, celle des North American Martyrs.

Compte rendu critique

      On peut diviser l'ouvrage en deux parties, dont la seconde, la plus importante, est une enquête journalistique sur les deux lieux de pèlerinage produit par le mythe des Saints Martyrs canadiens sur les sites archéologiques, soit le Our Lady of Martyrs Shrine à Auriesville (1884, 1952) et le Middland Martyrs' Shrine (1940, suite au Martyrs Hill, premier site de pèlerinage fondé en 1907). L'ouvrage présente l'histoire et fait le portrait comparé de la promotion et de l'administration de la dévotion aux « North American Martyrs » sur les deux sites, accumulant toutefois les « événements » sans trop s'occuper des « situations » incomparables, soit le milieu catholique franco-ontarien d'un côté et l'immigration canadienne-française catholique au nord-est des États-Unis, de l'autre. Cela se voit pourtant clairement dans la mise en place des canonisés du Canada français (« les Saints Martyrs canadiens ») qu'un John J. Wynne (p. 144-145), tout comme Rome d'ailleurs, aurait voulu « North american martyrs », comme les recanonise l'ouvrage d'E. Anderson ! Autant le site ontarien a évolué de l'anticommunisme et du patriotisme canadien à une gérance touristique (redoublée par la sécularisation du site archéologique reconstitué du fort Sainte-Marie) et largement oecuménique d'un culte, qui va de plus en plus tenter d'effacer les traces des supplices des Amérindiens envers les missionnaires (et donc de leurs « martyres » aux mains des Iroquois); autant le site états-unien voudrait servir à promouvoir un catholicisme de preachers d'extrême droite. Cette analyse est d'autant plus intéressante qu'elle prouve que le culte des North American Martyrs est inexistant, s'agissant d'un simple effet du culte des Saints Martyrs canadiens. Et la preuve en est que l'ancien culte du Canada français, aujourd'hui éteint, mais qui est venu naguère s'y exprimer à l'occasion de quelques événements et pèlerinages, n'y a plus aucun échos, puisque l'auteure ne se donne même pas la peine d'identifier ni de quantifier les « pèlerins » des deux sites en regard des tout simples touristes qu'on y rencontre par centaines.

      En revanche, la première partie de l'ouvrage, qui présente les « événements » du XVIIe siècle et la supposée « histoire » du culte des Martyrs depuis lors, est une pièce maîtresse du mythe des Saints Martyrs canadiens, aussi inattendue qu'anachronique. Jamais on ne pouvait penser en trouver un nouvel avatar en 2013. Pour présenter les résultats de son enquête, comme cela est de rigueur dans les reportages journalistiques, Emma Anderson propose un sommaire de ses lectures sur ce qu'elle croit être les origines d'un culte de ses North American Martyrs. Cela donne d'abord une présentation où elle tente de se mettre à la place de tous ses personnages, Brébeuf, Jogues et les missionnaires jésuites, les Iroquois et les autres Amérindiens (au XVIIe siècle et aujourd'hui, à la lumière des études ethno-anthropologiques récentes), les jésuites modernes et les pèlerins de ses deux sanctuaires, etc. Bref, elle joue tous ces rôle, sauf le sien : jamais l'historienne ne prend aucune distance critique en regard des sources, des études et des témoignages; jamais elle n'analyse ou confronte les informations qu'elle additionne, sans plus. Cela donne donc l'histoire sainte du culte des Martyrs, version anglo-saxonne du XXIe siècle. Elle nous présente la mort des missionnaires jésuites au XVIIe siècle comme on le faisait encore au milieu du siècle dernier, c'est-à-dire en réécrivant dans une perspective historique les « martyres » que Jogues, Lalemant et Ragueneau, puis Bressany et Ducreux, avaient inventés pour édifier leurs lecteurs dévots. Plus encore, E. Anderson en rajoute. Comme elle ne sait pas encore que Jean de Brébeuf et Gabriel Lalemant ont été mis à mort parce qu'ils avaient été mortellement blessés au combat et ne pouvaient être amenés en Iroquoisie, elle invente toute une dialectique des braves suppliciés qui refusent de négocier leur vie (« to negotiate with their captors », p. 48), émouvant épisode du reportage journalistique.

      Or, ni Jérôme Lalemant et Paul Ragueneau, ni les jésuites qui se remettront à la tâche au XIXe siècle, ne parviendront jamais à développer un culte populaire des martyrs jésuites de Nouvelle-France, alors qu'ils ne sont pour rien dans la naissance et le développement d'un tout autre culte, le culte des Saints Martyrs canadiens. Il est piquant de voir Emma Anderson reprendre l'idée totalement fausse que les travaux de Félix Martin sur la Nouvelle-France (et notamment ses biographies de Brébeuf et de Jogues) aient été à l'origine et joué un rôle moteur dans le développement d'un culte qui n'est pas encore né. Elle épingle donc un extrait de la chronologie ironique de l'« histoire mythique du mythe » (cf. p. 101 et 403, n. 19, qui cite SMC, 1: 267-268), alors qu'on trouve expliqué longuement qu'il s'agit d'une faute d'analyse des apologistes (SMC, 1: 308-312), car le pauvre Félix Martin, dont on a (in)justement méprisé les travaux, n'est pour rien dans la naissance du mythe. Incidemment, le mythe des Saints Martyrs canadiens a été créé de toutes pièces par Henri-Raymond Casgrain (jamais cité dans l'ouvrage d'E. Anderson) et précisément en 1864, ce qu'on ne trouve évidemment pas dans la chronologie parodique (SMC, 1: 272), puisque les apologistes l'ignoraient tout autant que l'historienne aujourd'hui, mais longuement et précisément analysé dans l'étude critique qui suit (SMC, 1: 318-326).

      De façon générale, il faut dire que le supposé culte des North American Martyrs (depuis ses origines mythiques en Nouvelle-France jusqu'à nos jours) n'est jamais situé dans l'histoire. C'est au contraire toute l'histoire, toutes les histoires qui sont réécrites et interprétées en fonction de ce trou noir, un tour de force renouvelé du début à la fin du livre.

      L'un des grands sommets de l'ouvrage est l'évaluation des travaux de l'historien Parkman par l'historienne. Il est d'abord présenté comme un parfait imbécile : « the incorrigible anti-Catholic Francis Parkman », « slighting and mocking French Canadians » (voir l'alinéa, p. 108-109, qu'on croirait recopié d'un apologiste du XIXe siècle, et p. 406, n. 54). En fait, si E. Anderson produit une lecture délirante des travaux de Parkman sur les jésuites de la Nouvelle-France (p. 132-136), caractérisés par sa terrible « very ambiguity » (p. 135), c'est tout simplement parce qu'il n'est pas, lui, totalement dépourvu d'esprit critique : s'il est capable d'admirer ses personnages, missionnaires catholiques de Nouvelle-France, et de leur rendre justice, il a au moins le réflexe du protestant de comprendre, par exemple, que le comportement dévot d'un Pierre-Joseph-Marie Chaumonot est, de ce point de vue (c'est sa « peasant » religiosity), une ridicule réduction systématique de pratiques religieuses en religiosité des miracles franchement enfantine (p. 135). À remarquer, par ailleurs, que si les (petits) travaux historiques de J. G. Shea sont présentés comme l'équivalent de ceux de Parkman, les travaux fondamentaux du bibliographe et historien E. Bailey O'Callaghan sur les jésuites de Nouvelle-France ne sont apparemment pas connus de l'historienne. Probablement parce qu'ils sont ignorés des apologistes, qui doivent consacrer toutes leurs énergies à gémir sous la férule de l'anti-catholique Parkman...

      Un excellent exemple de l'accumulation aveugle d'informations est la reprise automatique d'un article de Robert Hollier (1966) donnant de petits tableaux de Goya, présentant des scènes de cannibalisme, comme ayant été inspirés au peintre par l'épisode des Saints Martyrs canadiens. Il suffit pourtant de confronter la série des quatre tableaux à l'iconographie jésuite pour comprendre qu'ils n'ont aucun autre rapport avec l'épisode de la Nouvelle-France que les titres complètement loufoques que des collectionneurs ont donnés à l'un d'eux. C'est d'abord « l'Archevêque de Québec » (titre donné au tableau par Charles Yriarte en 1867, renseignement dû alors au collectionneur Jean Gigoux). C'est en 1895 qu'apparaît le titre « Des sauvages cannibales préparent le corps de l'archevêque de Québec pour le manger » (Henry Jouin). Et c'est dans un catalogue de 1895, encore, par Alexandre Estignard, qu'apparaît magiquement le titre surréaliste de « La mort de l'archevêque de Québec et de son grand vicaire ». Voir désigner ainsi Brébeuf et Lalemant au sujet des tableaux de Goya suffit pour comprendre que ceux-ci n'ont aucun rapport avec l'épisode des Saints Martyrs canadiens. Sauf, évidemment, à prouver que le mythe du Canada français n'a eu encore aucun écho en France à la fin du XIXe siècle (puisqu'on est incapable de désigner correctement l'épisode), tandis qu'il s'est si fortement imposé, par ricochet, au Canada anglais, qu'Emma Anderson puisse y voir aujourd'hui un renouvellement antiromantique de ses North American Martyrs sous le pinceau du fabuleux peintre espagnol (p. 89-94).

      Comme on le voit, l'ouvrage d'Emma Anderson est encore en 2013 une pièce maîtresse du développement du mythe des Saints Martyrs canadiens, puisque l'historienne ne sait pas qu'elle produit son ouvrage en réécrivant la fabulation d'Henri-Raymond Casgrain, qu'elle ne connaît pas, inlassablement développée par les apologistes. Mais son intérêt historiographique ne s'arrête pas là. Tout l'ouvrage développe la thèse du chevauchement de trois épisodes de l'histoire de la Nouvelle-France qui, à son avis, donne son sens au culte des North American Martyrs, (1) les Saints Martyrs canadiens, (2) les « braves » de Dollard des Ormeaux et (3) la Conquête. Le tout sur l'air d'un petit mot de Leonard Cohen sur « the beautiful losers » ! C'est ce que l'on peut appeler de la simplicité involontaire, car les trois séries d'événements n'avaient encore jamais été mises dans le même sac, s'agissant de deux mythes qui se sont succédés, l'un remplaçant l'autre vers 1960, et d'une conquête militaire qui, malheureusement, n'a rien d'un mythe, sauf dans l'esprit d'une historienne du Canada anglais.

      Quelques notes pour (en) finir. On distingue aujourd'hui le supplice et la torture. On connaît également les significations strictes des concepts de martyr et de martyre au sens théologique, de même que leurs utilisations métaphoriques ou dévotes. On doit savoir mettre en rapport un lieu de pèlerinage et un culte, les sanctuaires des North American Martyrs étant artificiels, produits d'un culte qu'ils n'ont jamais réussi à développer. Enfin, la petite note (p. 181) sur la puissance d'intercession des « saints » en milieu catholique roman me paraît insuffisante en regard du sujet à l'étude, puisque la dévotion des deux sanctuaires se situe aujourd'hui en milieu « géographique » anglo-saxon protestant. E. Anderson ne s'est pas demandé si ces bondieuseries catholiques n'avaient pas un important effet d'attraction sur les touristes anglo-saxons protestants de passage à Middland et à Auriesville, beaucoup plus puissant que sur les exceptionnels pèlerins qu'elle nous présente. Cela dit, un reportage journalistique n'est évidemment pas une étude scientifique (l'enquête sociologique, en l'occurrence) et, lorsqu'il est réussi, comme c'est ici le cas, on peut espérer qu'il soit relancé par les questions qu'il soulève.

5.4.3  Spiritualité de la Compagnie de Jésus et les jésuites français

Catherine Northeast, the Parisian Jesuits and the Enlightenment (1700-1762), Oxford, The Voltaire Foundation (coll. « Studies on Voltaire and Eighteenth Century », no 288), 1991, 261 p. [1463

      Ouvrage propre à compléter les travaux de François de Dainville.

5.4.5  La relation missionnaire ou la lettre curieuse et édifiante

Jean-Claude Laborie, « le Laboratoire épistolaire jésuite », les Normes du dire au XVIe siècle, actes du colloque de Rouen (15-17 novembre 2001) au Centre d'études et de recherches « Éditer / interpréter », édition de Jean-Claude Arnould et de Gérard Milhe Poutingon, Paris, Champion, 2004, 491 p., p. 39-53. [1464

      Premier exposé systématique des règles du genre de la relation missionnaire telles qu'édictées par Ignace de Loyola. Pour la Nouvelle-France, il en existe de nombreuses présentations, de celle de Léon Pouliot en 1940 (bg. 183) à l'actualisation de Guy Laflèche en 1999 (no 1622); mais on trouve ici une mise en situation historique essentielle à l'étude des RJNF. Cet article peut être considéré comme la préface aux travaux de Laborie sur les relations des jésuites du Brésil (cf. 5.2.23 bis).

6.2.2 Langues amérindiennes. - Exemple de l'innu

      Lorsque le missionnaire Paul Lejeune débarque à Québec en 1632, il n'a que quelques instruments rudimentaires pour s'initier à la langue des Montagnais, les Innus. Quelques glossaires mis au point par les récollets ou ses prédécesseurs jésuites immédiats, Brébeuf et Massé, par exemple. Il sera le premier grammairien, le premier linguiste de l'innu, la langue polysynthétique toujours vivante au Québec et au Labrador (où elle est parlée par environ 10 000 personnes). Le travail considérable de Lejeune est ensuite passé anonymement dans les ouvrages élaborés sous les noms de divers jésuites au fil des décennies (Antoine Silvy, Bonaventure Fabvre, Pierre Laure et Jean-Baptiste de La Brosse, par exemple), pour se retrouver très largement dans nos dictionnaires et manuels contemporains. Certes, ces travaux de lexicologie et de linguistique se sont considérablement développés depuis un demi-siècle, mais Victor E. Hanzeli (bg. 356) avait raison de signaler la compétence des jésuites qui ont mis en place une formidable école de langue où en cinq ans environ (deux ou trois ans d'études scolaires et autant en immersion) les missionnaires pouvaient être fonctionnels auprès des communautés amérindiennes et même devenir assez souvent de fabuleux orateurs présidant aux grands conseils et gérant les relations diplomatiques.

      S'il faut toujours cinq ans à un francophone (ou à tout autre locuteur d'une langue indo-européenne) pour maîtriser l'innu, il faut beaucoup moins de temps aujourd'hui pour en connaître le fonctionnement et, par conséquent, apprécier et la puissance de la langue et la virtuosité des missionnaires jésuites qui ont été les premiers à la décrire et les premiers étrangers à la parler.

Aimun-Mashinaikan : Dictionnaire innu-français, sous la direction de José Mailhot et de Marguerite MacKenzie, Uashat (Sept-Îles), Institut Tshakapesh, 2012, xxvi-760 p. [1465

— L'édition complète trilingue (anglais-français-innu) se consulte sur l'internet à l'adresse qui suit, où elle est par ailleurs complétée de nombreux exemples pris notamment au Lexique montagnais-français du Comité culturel des Montagnais de La Romaine (sous la direction anonyme d'Alexis Joveneau), 1978, 487 p. [1466

Tshakapesh.ca

Lynn Drapeau, Grammaire de la langue innue, Presses de l'Université du Québec, 2014, xxxviii-602 p. [1467

Pierre Martin, le Montagnais, langue algonquienne du Québec, Paris, Peeters, SELAF no 328 (coll. « Langues et sociétés d'Amérique traditionnelle »), 1991, xiv-162 p. [1468

      En regard de cette grammaire usuelle et de cette présentation synthétique de l'innu, qui en décrivent systématiquement la phonologie, la morphologie et la syntaxe, il n'existe pas encore en français de manuel destiné à un apprentissage académique de la langue, propre à l'apprendre ou à l'enseigner. En revanche, on trouve un manuel qui présente la base de l'innu en douze efficaces leçons et deux cahiers de notes de cours universitaires qui sont doublement complémentaires : le premier, d'orientation pédagogique prend pour point de départ le dialecte de Mingan (Ekuanitshiu), tandis que le second, qui met l'accent sur l'analyse linguistique, présente le dialecte de Sept-Îles et de Meliotenam (les villes jumelles d'Uashat et d'Apituamiss).

Daniel Vachon, Georges-Henri Michel et Philomène-Grégoire Jourdain, Apprenons le montagnais, innu aimun tshishkutamatishutau, Sept-Îles, Traduction montagnaise Sept-Iles, 1980, 96 p. [1469

      L'ouvrage est connu sous le nom de « Manuel de Daniel Vachon ». Il ne fait pas de doute que celui-ci en soit l'éditeur et le concepteur, mais son nom ne figure nulle part dans l'ouvrage. Il est toutefois le fondateur des éditions Traduction montagnaise Sept-Îles.

      Ce modeste petit manuel est bilingue, de sorte qu'il représente probablement la première tentative de rendre en innu le vocabulaire de la description grammaticale (le discours métalinguistique), ce qui est très précieux. Peu importe qu'il analyse les syntagmes verbaux sur le modèle de nos langues indo-européennes (ni minupan pour niminupan, « "je" vais bien ») ou qu'il réduise l'orthographe à la phonétique selon la prononciation de Sept-Iles (utaui pour utauia, « sa mère » ou nite pour anite, « là » ou « celui, celle-là »). Après tout, la savante grammaire de Lynn Drapeau ne distingue pas, elle, les désinences des deux « premières » personnes du pluriel (nous exclusif et inclusif) -inam pour -inam (moi et les miens) et -inam[u] (moi ou les miens et toi ou les tiens), sur le modèle cette fois du parler de Betsamit.

Gérard E. McNulty, Petite Grammaire du parler montagnais en Tsh-N, Québec, Université Laval, Centre d'études nordiques (coll. « Notes de cours », no 4), 1971, xii-99 p. [1470

Alan Ford et Joséphine Bacon, Manuel de langue montagnaise, Librairie de l'Université de Montréal (pour le Département de linguistique et de philologie), 1981-1982 (avec réimpression annuelle au moins jusqu'en 1986-1987), 91 p. Vol. 1, leçons 1-6 (aucun autre volume n'a paru et la cassette audio qui accompagnait le cours est aujourd'hui introuvable). [1471

6.2.2   La linguistique des missionnaires de Nouvelle-France

2003, NASH, Alice, et Nicholas N. Smith, « la Linguistique liturgique du père Aubéry : aperçu ethnohistorique », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 33, no 2, p. 13-18. [1472

2010 BISHOP, John E. « Qu'y a-t-il de si drôle dans la chasse au canard ? Ce que les ouvrages linguistiques nous disent de la rencontre entre les jésuites et les Nehiraw-Iriniw [Innus et Cris du nord-est] », Tangence, no 92, « À la recherche d'un signe oublié : le patrimoine latin du Québec et sa culture classique », édition de Jean-François Cottier, 117 p., p. 39-66. [1473

      Interroge les écrits des jésuites, et en particulier leurs dictionnaires, pour évaluer la réception jésuite de la culture matérielle des Amérindiens (soit ici les Innus et les Cris), choisissant le cas particulier de l'ornithologie. Cependant, ces dictionnaires ne sont pas des « écrits » jésuites en langues amérindiennes et il me paraît difficile de les opposer aux textes narratifs, les RJNF par exemple, sans tenir compte de leurs natures et de leurs fonctions incomparables. Si le dictionnaire peut parfois enregistrer involontairement l'écoute jésuite ou européenne, ce sont les Amérindiens qu'on y entend le mieux, et sans intermédiaire, contrairement, à ce qui se passe dans les textes narratifs des RJNF. — Par ailleurs, on peut se demander si la note qui donne son titre à l'article ne serait pas d'ordre métalinguistique : l'entrée ni natawchiban du dictionnaire de Silvy devrait signifier littéralement « je vais aux canards » — natuaueu, « il va aux oeufs », natamishu, « il va aux petits fruits », etc. —, soit implicitement « je vais cueillir des canards », « cueillir » pour « chasser », d'où le commentaire métalinguistique en latin, ridendo hoc dicunt. Si tel est bien le cas, la question qui se pose alors est de savoir pourquoi Silvy ne le dit que de la chasse aux canards.

2012, GUILLOREL, Éva, « Gérer la "confusion de Babel" : politiques missionnaires et langues vernaculaires dans l'est du Canada (XVII-XIXe siècles) », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 66, no 2 (automne), p. 177-203. [1474

      Histoire et panorama général des pratiques et des réalisations linguistiques des missionnaires sur les langues amérindiennes en Acadie.

6.4 Histoire des Amérindiens de la Nouvelle-France

1985, Bruce G. Trigger, Natives and newcomers : Canada's « Heroic Age » reconsidered, Montréal et Toronto, McGill et Queen's University Press, 430 p., les Indiens, la fourrure et les Blancs : Français et Amérindiens en Amérique du Nord, trad. de Georges Khal, Montréal et Paris, Boréal et Seuil, 1992, 544 p. Bg. 430, entrée corrigée. [1475

      Même si l'ouvrage est essentiel à l'étude des acculturations en Nouvelle-France (d'où son enregistrement en bg. 430), c'est ici qu'il doit être classé, s'agissant d'une histoire des Amérindiens et des rapports entre eux et les Français en Nouvelle-France, des origines à 1660, voire 1680. L'anthropologue et spécialiste de l'ethnologie historique des Hurons tire de ses analyses (comme aussi des travaux récents, dont ceux des archéologues) une étude historique renouvelée des Amérindiens de Nouvelle-France.

1991, Richard White, the Middle Ground : Indians, empires and republic in the Great Lakes region (1650-1815), Cambridge University Press, 1991, 1992, xvi-544 p. [1476

      Le travail de Richard White constitue de fait la suite de l'ouvrage précédent de B. G. Trigger, s'agissant maintenant d'une histoire des Amérindiens des Grands Lacs à partir des « réfugiés » iroquoiens (Hurons, Pétuns et Neutres) dans les villages algonquiens des pays d'en haut, qui s'organisent et organisent avec les Français une toute nouvelle configuration sociale de 1680 à 1700 (la Paix de 1701). C'est le « middle ground » qui va se développer, durant un siècle, en passant du régime français au régime britannique.

1997, José António Brandão, « Your fyre shall burn no more » : iroquois policy toward New France and its native allies to 1701, University of Nebraska Press, xviii-375 p. (en fait, l'ouvrage tient en 131 pages, suivies de tableaux, d'un index et des notes). [1477

2006, Arnaud Balvay, l'Épée et la plume : Amérindiens et soldats des troupes de la marine en Louisiane et au pays d'en haut (1683-1763), Québec, Presses de l'Université Laval (CELAT, collection « Intercultures »), 348 p. [1478

2008, Maxime Gohier, Onontio le médiateur : la gestion des conflits amérindiens en Nouvelle-France, Sillery, Septentrion, 250 p. [1479

      Comme Denys Delâge a réalisé un magistral essai (le Pays renversé, bg. 415) en généralisant et en popularisant les données de la première somme de B. G. Trigger (Children of Aataentsic, bg. 378), Maxime Goyer tente à nouveau l'exploit avec la seconde somme de Trigger, doublée et complétée de l'histoire de Richard White (Trigger et White, 1985 et 1992 ci-dessus). Mais cette fois-ci, l'essai n'est pas aussi spectaculaire, l'auteur lisant souvent les documents au premier degré, ce qui accentue les anachronismes de ses devanciers. Par exemple, les captifs des RJNF qui deviennent des « prisonniers » pour B. G. Trigger, finissent par être des « esclaves » dans l'ouvrage de Gohier. Cela dit, en radicalisant les conclusions de Richard White et en les appliquant aux données de l'histoire de Trigger, l'auteur n'en produit pas moins une thèse et une synthèse qui devaient avoir la bonne fortune de celle de Denys Delâge.

6.5   Anthropologie ou ethnologie historique — monographies

L'exemple des Hurons (bibliographie critique)

2000, Denys Delâge, éditeur, « les Hurons de Wendake », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 30, no 3. [1480

      C'est probablement un hasard, mais il est heureux que ce numéro spécial fasse suite au recueil de Denis Vaugeois en 1996 (bg. 388) pour achever temporairement ma chronologie des monographies sur les Hurons par une mise en situation historique du village huron actuel de Lorette-Wendake. Articles de Jocelyn Tehatarongnantase Paul, Jean Tanguay, Denys Delâge, Alain Beaulieu, Helen Stone et Patrick Brunelle, avec des notes de recherche et d'actualités sur les Wendats.

6.5 bis   Les Amérindiennes et les Européennes de Nouvelle-France

      Cette nouvelle section s'impose d'elle-même en regard du chapitre correspondant des études littéraires, « Écrits des femmes, écritures féminines » (chap. 5, section 5.1.6). Sans compter le « sujet » des études littéraires qui ne manquera pas d'en découler, troisième volet de l'analyse, « écrits sur les Amérindiennes ».

Natalie Zemon Davis, « Iroquois women, european women », Women, « race », and writing in the early modern period, édition de Margo Hendricks et Patricia Parker, Londres et New York, Routledge, 1994, p. 243-258 et notes, p. 350-362. [1481

      Contrairement à ce que laisse entendre son titre, l'article général, mais très bien informé, porte sur l'ensemble des Amérindiennes, pas seulement sur les Iroquoises.

Leslie Choquette, « Ces Amazones du Grand Dieu : Women and mission in seventeenth-century Canada », French Historical studies (Université de Cincinnati), vol. 12, no 3 (printemps 1992), p. 627-655. [1482

      Excellente présentation historique mettant en situation les religieuses et les dévotes de Nouvelle-France.

Jean-Pierre Gutton, « Soigner et éduquer : transferts, hésitations et intuitions chez Marie de l'Incarnation », Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France : Marie Guyart de l'Incarnation et les autres fondateurs religieux, actes du colloque du Centre d'études Marie-de-l'Incarnation (CEMI), 29 septembre - 3 octobre 2008, édition de Raymond Brodeur, Dominique Deslandres et Thérèse Nadeau-Lacour, Québec, Presses de l'Université Laval, 2009, 478 p., p. 169-180 [1483

      Les modèles transportés et transposés de France en Nouvelle-France : le veuvage, le mouvement dévot et le cloître; l'enseignement et les soins de santé prodigués aux indigènes par les ursulines.

6.5 tertio   Archéologie

      À la frontière des sections « anthropologie » et « cultures » amérindiennes, il faut en ouvrir une nouvelle sur l'archéologie, dont l'impact est considérable sur la lecture littérale des écrits de la Nouvelle-France.

Marcel Moussette, « Un univers sous tension : les nations amérindiennes du nord-est de l'Amérique du Nord au XVIe siècle », les Cahiers des dix, no 59 (2005), p. 149-177. [1484

      Le point sur les travaux archéologiques, notamment sur les Iroquoiens du Saint-Laurent.

6.6.1   Science, technologie et artisanat, culture matérielle

Victoria Dickenson, « Cartier, Champlain, and the fruits of the new world : botanical exchange in the XVIth and XVIIth centuries », Scientia canadensis (Thornhill, Ontario), vol. 31, nos 1-2, 2008, p. 27-47. [1485

—— et Elisabeth Heaman, « Introduction : natural science in the new world, the descriptive enterprise », Scientia canadensis (Thornhill, Ontario), vol. 31, nos 1-2, 2008, p. 1-11. [1486

      Plus que l'introduction au numéro spécial de la revue, c'est la présentation du projet de recherche en cours sur l'étude des « sciences naturelles » en Amérique et notamment en Nouvelle-France aux XVIe et XVIIe siècles.

Chris Parsons, « Medical Encountrer and exchange in early canadian missions », Scientia canadensis (Thornhill, Ontario), vol. 31, nos 1-2, 2008, p. 49-66. [1487

      Outre les entrées bg. 391 et 392, l'auteur énumère (p. 55, n. 14) une série d'études sur la médecine en Nouvelle-France, dont plusieurs recoupent son sujet.

Laurier Turgeon, éditeur, « la Culture matérielle : archéologie de l'échange interculturel », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 35, no 2 (2005), 108 p. [1488

      Le scalp, l'objet de traite, le calumet de paix, les « objets de rêve », organisation muséale, les colliers de porcelaine, les parures et le wampum, articles de Stéphanie Chaffray, Arnaud Balvay, Jean-François Dumouchel, Olivier Maligne, Dessislav Sabev, Jonathan C. Lainey, Laurier Turgeon et Muriel Clair.

Stéphanie Chaffray, « la Mise en scène du corps amérindien : la représentation du vêtement dans les relations de voyage en Nouvelle-France », Histoire, économie et société, vol. 27, no 4, septembre 2008, p. 5-32. [1489

—, « S'approprier le corps de l'autre : la représentation coloniale du scalp », le Corps romanesque : images et usages topiques sous l'Ancien Régime, actes du XXe colloque de la SATOR, édition de Monique Moser-Verrey, Lucie Desjardins et Chantal Turbide, Québec, Presses de l'Université Laval (« Les collections de la République des Lettres »), 2009, xxii-689 p., p. 89-101. [1490

      Second volet de l'article de RAQ en 2005, ci-dessus, no 1488.

6.6.2   Contes amérindiens, récits populaires, légendaires, mythiques

Mathieu Mestokosho, Chronique de chasse d'un Montagnais de Minguan, 1977, 1982. [Bg. 396

— Serge Bouchard, Récit de Mathieu Mestokosho, chasseur innu, préface de Gérard Bouchard, nouvelle édition, Montréal, Boréal, 2004, 192 p. [1491

Rémi Savard, la Voix des autres, Montréal, Hexagone (coll. « Positions anthropologiques »), 1985, 354 p. [1492

      Étude des cycles algonquiens du héros Tshakapeh et de leurs épisodes et variantes, depuis les versions des RJNF au XVIIe siècle (dont la relation de Paul Lejeune en 1637), jusqu'à la version de Penashue Pepine, en juillet 1970.

—— Pour une vue d'ensemble des travaux de l'anthropologue (cf. bg. 397-401), dont une part essentielle a été consacrée aux récits oraux des Innus, voir le numéro spécial de Recherches amérindiennes au Québec, « 40e anniversaire - Rémi Savard : le sens du récit », vol. 60, nos 1-2, 2010, 177 p. et un DVD. « Bibliographie des oeuvres de Rémi Savard », p. 43-47. [1493

6.6.3   Les (prétendues) religions amérindiennes, la pensée magique

Åke Hultkrantz, the Study of american indian religions, New York, Crossroad, 1982. [1494

Michael Pomedli, « Beyond unbelief : early jesuit interpretations of native religions », Sciences religieuses / Studies in religion, vol. 16, no 3 (1987), p. 275-287. [1495

6.7   Acculturation

BRAZEAU, Brian, Writing a New France (1604-1632) : empire and early modern french identity, Farnham et Burlington, Ashgate, 2009, 132 p. [1496

      Sur le modèle de la thèse de Mary-Louise Pratt (Imperial Eyes : travel writing and transculturation, London, Routledge, 1992), B. Brazeau interroge les projets (missionnaires et marchands) d'une Nouvelle-France espérée, rencontrée et réalisée. Il s'appuie sur les ouvrages de Lescarbot, Champlain, Biard et Sagard (Lejeune et Brébeuf dans une moindre mesure).

DELÂGE, Denys, « "Vos chiens ont plus d'esprit que les nôtres" : histoire des chiens dans la rencontre des Français et des Amérindiens », les Cahiers des dix, no 59 (2005), p. 179-215. [1497

DUBOIS, Paul-André, Naissance et évolution de la musique religieuse en langue vernaculaire dans les missions amérindiennes de Nouvelle-France au cours de la première moitié du XVIIe siècle, mémoire de maîtrise en histoire, Québec, Université Laval, 1996, iv-155 p. [1498

      Après les travaux de F.-M. Gagnon qu'on peut désigner sous le titre « la conversion par l'image » (bg. 419-422), ceux de Paul-André Dubois pourrait s'appeller « la conversion par le chant ». Parmi ses nombreuses publications, voici celles qui concernent directement ce sujet, à la suite de son mémoire de 1996.

——, De l'oreille au coeur : naissance du chant religieux en langues amérindiennes dans les missions de la Nouvelle-France (1600-1650), Sillery, Septentrion, 1997, 151 p. [1499

——, « Naissance du cantique en langue vernaculaire dans les missions de la Nouvelle-France et conquête des langues amérindiennes : une relation méconnue », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 27, no 2 (automne 1997), p. 19-31. [1500

——, « Des mondes religieux parallèles, un espace commun ? Amérindiens et musique vocale européenne sous le Régime français », Études d'histoire religieuse (« Nouvelles tendances et perspectives en histoire socioreligieuse »), vol. 67 (2001), p. 105-115. [1501

——, « Les Amérindiens, les missionnaires et la musique européenne », la Vie musicale en Nouvelle-France par Élisabeth Gallat-Morin et Jean-Pierre Pinson, Sillery, Septentrion, 2003, 578 p., p. 255-280. [1502

——, « Chant et mission en Nouvelle-France, espace de rencontre des cultures », thèse de doctorat en histoire, Université Laval, 2004, 727 p. [1503

GARDETTE, Joëlle, les Innus et les Euro-canadiens : dialogue des cultures et rapport à l'autre à travers le temps (XVIIe-XXe siècles), Québec, Québec, Presses de l'Université Laval, 2008, xx-354 p. [1504

      Alors même que l'ouvrage a une portée générale sur l'évolution des rapports entre les Innus (les Montagnais de nos missionnaires) et les Européens, les Canadiens, puis les Québécois, l'enquête repose, à titre d'illustration, sur l'analyse de la Relation de 1634 de Paul Lejeune, le rapport d'Arnaud en 1854, lui aussi missionnaire des Innus, puis nos journaux modernes.

GODDARD, Peter A., « the Devil in New France : jesuit demonology (1611-1650) », the Canadian historical review, vol. 78, no 1 (mars 1977), p. 40-62. [1505

HAVARD, Gilles, « D'un Callières l'autre, ou Comment le protocole louis-quatorzien s'adaptait aux Amérindiens », Mémoires de Nouvelle-France : de France en Nouvelle-France, actes des premières rencontres de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs, Poitiers et La Rochelle, 2001, édition de Philippe Joutard et Thomas Wien, Presses de l'Université de Rennes, 2005, 392 p., p. 199-208. [1506

      Étude de l'acculturation dans les rituels des conseils de paix dirigés par les Français en Amérique. Le point de départ s'en trouve dans le rapprochement de deux diplomaties, celle de François de Callières, ambassadeur de Louis XIV au traité de Ryswick (1697) et auteur d'un exposé De la manière de négocier (1716), et celle de son frère, Louis-Hector de Callière [il signe sans le « s » final : DBC, 2 : 117], gouverneur de la Nouvelle-France (1698-1703), maître d'oeuvre de la Grande Paix de 1701.

——, « le Rire des jésuites : une archéologie du mimétisme dans la rencontre franco-amérindienne (XVII-XVIIIe siècles) », Annales (histoire, sciences sociales), vol. 62, no 3, 2007, p. 539-573. [1507

      Le rire des jésuites en question est celui, étouffé, de Claude Allouez et de Claude Dablon devant des Amérindiens des Grands Lacs mimant les comportements de parade des soldats français (Relation de 1671, JR, 55: 186+188). L'« archéologie » du mimétisme (tant français qu'amérindien en Nouvelle-France) consiste à en chercher les sources, les causes et les conditions — qui se trouvent précisément dans chacune des cultures en cause (cf. la n. 10). Le Français imite en français, l'Amérindien en amérindien. Parmi plusieurs des comportements étudiés (surtout dans les conseils, notamment les conseils de guerre), les deux plus importants sont la danse et le tatouage. L'article se propose de relancer l'ouvrage de Richard White (no 1476).

MORIN, Michel, « la Dimension juridique des relations entre Samuel de Champlain et les autochtones de la Nouvelle-France », Thémis (la revue juridique de l'Université de Montréal), vol. 38, no 2, 2004, p. 389-426. [1508

      Le titre de l'article n'est pas conforme à son contenu. Samuel de Champlain n'est qu'un acteur parmi beaucoup d'autres à gérer les relations diplomatiques et judiciaires avec les Amérindiens. L'article oppose la justice des Amériques espagnole et portugaise à celle de la Nouvelle-France, tandis qu'il distingue la justice française appliquée aux Français de la colonie et son application (difficile) aux Amérindiens en regard de leur propres pratiques juridiques, notamment en matière pénale dans les cas de meurtre, les Amérindiens ne connaissant pas la peine de mort.

OBERMEIER, Franz, « Canadian Inuit in 16th century european illustrations », Narratives of explorations and discovery, essais en l'honneur de Konrad Gross, Wissenschaftlicher Verlag Tier, 2005, p. 159-175. [1509

6.8   Conversion

      Le bref et excellent panorama suivant permet de faire la transition entre la section de la bibliographie consacrée à l'histoire religieuse, et particulièment à l'histoire des missions de Nouvelle-France (par. 5.2), et la présente section.

Sara E. Melzer, « the Underside of France's civilising mission : assimilationist politics in "New France" », Classical Unities : place, time, action, acte du 32e congrès annuel de la North American Society for seventeenth-century french literature, Tulane University, 13-15 avril 2000, édition d'Erec R. Koch, Tübingen, Narr (coll. « Biblio 17 »), 2002, 456 p., p. 151-164. [1510

ANDERSON, Karen, "Chain her by one foot" : the subjugation of women in seventeenth-century New France, Londres et New York, Routledge, 1991, 247 p. [1511

      K. Anderson étudie la question de la soumission à son mari de la femme amérindienne par le mariage chrétien, mais l'analyse se situe dans une évaluation globale de l'entreprise de conversion des jésuites en Nouvelle-France — et même plus généralement encore dans le cadre de l'entreprise de francisation et de colonisation des Amérindiens qui commence avec Champlain. La conclusion de l'ouvrage, soit la réussite de la soumission des Amérindiennes, reste me semble-t-il à démontrer ou du moins à nuancer, étant donné par exemple la persistance des conseils délibératifs réservés aux femmes jusqu'à nos jours.

BERNIER, Nathalie, Rituel et diplomatie en Nouvelle-France : le baptême et la cérémonie des condoléances dans les relations franco-amérindiennes (1637-1670), mémoire de maîtrise en anthropologie, Université de Montréal, 2001, vii-109 p. [1512

      Le baptême solennel des adultes, remarquable stratégie de la diplomatie jésuite dans la colonie, se rapproche d'une pratique amérindienne bien attestée chez les Hurons et les Iroquois, la « cérémonie des condoléances », au cours de laquelle un chef est remplacé par un autre à son décès. Devenir chef, prendre un nouveau nom et être reconnu comme chef sous ce nouveau nom, voilà une cérémonie fort proche du baptême solennel tel que pratiqué par les jésuites, surtout en Huronie, à une époque où l'on craignait moins les apostasies. Nathalie Bernier ne pose pas à proprement parler la question sous-jacente de la conversion, et elle fait bien, car le sacrement appliqué aux adultes et particulièrement aux chefs présente un caractère socio-politique bien plus important — du strict point de vue de l'apostolat missionnaire — que sa nature spirituelle, surtout dans l'univers des jésuites où l'Église et l'État ne se distinguent évidemment pas.

CHOQUETTE, Leslie, « Religious conversion in New France : the case of Amerindians and immigrants compared », Quebec Studies, vol. 40, 2005-2006, p. 97-109. [1513

CUSHNER, Nicholas P., « the Beaver and the fleur-de-lis » : the Jesuits in colonial América (1565-1767), Madrid, Fondación Ignacio Larramendi, 2005, 180 p., p. 120-134. [1514

      L'ouvrage se trouve dans la bibliothèque virtuelle FHL de la FIL (où il faut lancer en recherche le titre de l'ouvrage).

http://www.larramendi.es/

——, rééd., "Why have you come here ?" : the jesuits and the first evangelization of native america, New York, Oxford University Press, 2006, 270 p., p. 149-170. [1515

      L'antithèse de la majorité des études de la présente section : la « spiritualité » et les « religions » amérindiennes n'attendaient que la venue des missionnaires en Amérique, du Pérou à la Nouvelle-France, pour s'épanouir... Cela dit, nous sommes encore avec l'auteur, pourtant bien informé, aux XVIe et XVIIe siècles. Une rapide relecture des documents anciens, sans aucun esprit critique : « Why have you... ?  Why not ? ».

DAHER, Andrea, les Singularités de la France équinoxiale : histoire de la mission des pères capucins au Brésil (1612-1615), Paris, Champion (coll. « Les Géographies du monde »), 2002, 346 p. [1516

      L'apostolat et la conversion sont au centre de la présentation historique de la seconde Nouvelle-France du Brésil, à Maragnan, notamment à travers l'oeuvre de Claude d'Abbeville. Cela nous change un peu des études sur les RJNF où les historiens et les littéraires s'évertuent à en ignorer la perspective missionnaire ! Il faut ajouter que non seulement Andrea Daher situe l'entreprise apostolique des capucins en son sens strict, mais également dans le contexte général des entreprises françaises au Brésil depuis le XVIe siècle.

DESLANDRES, Dominique, Croire et faire croire : les missions françaises du XVIIe siècle (1600-1650), Paris, Fayard, 2003, 633 p. [1517

Note critique

      À titre d'exemple significatif, voici une analyse des Fragments de 1624 de Le Caron (oeuvre inventée, SMC, 1 : 106-108, 125, etc.) lus au premier degré: « Du point de vue moral, la polygamie et l'instabilité des unions conjugales sont des obstacles à la conversion. L'esprit vindicatif des Amérindiens s'y oppose aussi. Or ce qui embête Joseph Le Caron, c'est moins l'existence de cet esprit de vengeance, un sentiment fort peu chrétien et fortement enraciné dans les comportements amérindiens [?], que le fait qu'il ne s'exerce "malheureusement" qu'à l'égard des ennemis. Le martyre, suprême palme du missionnariat, est donc en Huronie fort improbable pour les alliés français » (p. 261). D. Deslandres est purement et simplement victime de l'ironie de Valentin Leroux qui se moque tout simplement des jésuites, de leurs martyrs et des RJNF.

      L'ouvrage de Dominique Deslandres est un développement ou plutôt une amplification de sa thèse de doctorat de 1990 (bg. 442). La pensée religieuse supposée du XVIIe siècle, comme si vous y étiez encore : c'est ce que l'on peut nommer l'École « Lucien Campeau » du département d'histoire de l'Université de Montréal. Voyez par exemple l'exposé sur l'idéal du « martyre » (chap. 20), où ne se trouve pas l'ombre d'une analyse du fait ni du phénomène religieux ou spirituel. Pourtant, depuis Camille de Rochemonteix (1896, bg. 307), nous avons appris à départager les spiritualités diverses des jésuites, de sorte qu'on ne saurait confondre aujourd'hui un Jérôme Lalemant avec un Paul Ragueneau et encore moins avec un Paul Lejeune. Même chose lorsqu'il s'agit de Marie Guyart d'un côté et de « Chrestien Leclercq » de l'autre, considéré ici comme chroniqueur récollet, soit le Valentin Leroux du Premier Établissement de la foi dans la Nouvelle-France (chap. 17). Par ailleurs, la thèse ne tient toujours pas : les « instructions convertisseuses » des régions de France ne correspondent nullement à celles d'Amérique (ou à tout pays de mission), les missionnaires jésuites étant trop bien informés (de Rome) pour se prêter à de telles confusions.

      Pour une analyse correcte des apostolats et enseignements jésuites à travers le monde, voir l'ouvrage de Paolo Broggio, no 1452.

——, « L'impossible acculturation : le converti et le convertisseur inconvertible au XVIIe siècle », Convertir / se convertir : regards croisés sur l'histoire des missions chrétiennes, édition de Jan Borm, Bernard Cottret et Jean-François Zorn, Paris, Nolin, p. 149-155. [1518

Note critique

      L'historienne vient de découvrir le mot « aculturation », dont elle ne comprend pas encore le sens, il est vrai. C'est, pour elle, l'ouverture à l'autre, voire la conversion ! Or, l'objet de son article n'est nullement d'étudier, comme il se devrait, s'agissant de son sujet, la question religieuse et psycho-sociale de la conversion chez les Amérindiens de Nouvelle-France, mais simplement de justifier ex cathedra le comportement des jésuites à cet égard, sans même le décrire, en dénigrant les historiens et les anthropologues qui ont justement étudié, eux, ces questions. Elle est très fâchée de constater que ces chercheurs aient « discrédité » les « religieux missionnaires » (p. 150) — entendez les jésuites dont elle est l'héritière spirituelle —, chercheurs qui auraient considéré les missionnaires (jésuites) comme des « pervertisseurs des religions et des cultures autochtones » (p. 150). Elle poursuit avec ses habituels procès d'intentions et accusations gratuites : « Une telle déconsidération s'explique par plusieurs facteurs : la façon d'aborder l'histoire, l'anticléricalisme, voire le déni » (p. 151). Pourtant, non seulement elle n'étudie pas la question dans une perspective religieuse, mais elle n'aborde même pas les évidentes questions d'ordre théologique directement liées à son sujet, le fait par exemple que les jésuites baptisaient en cachette et contre la volonté de leurs parents les bébés moribonds, ce que Rome a dû leur interdire formellement, alors qu'on n'a aucun exemple d'un missionnaire récollet qui aurait agi de cette façon. Ce débat n'éclaire-t-il pas la spiritualité des jésuites ? Alors au lieu de conclure que le comportement des missionnaires jésuites était tout à fait naturel et justifié au XVIIe siècle, elle ferait mieux de commencer à étudier la question.

——, « l'Utopie mystique et les tracas de la fondation de la Nouvelle-France », Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France : Marie Guyart de l'Incarnation et les autres fondateurs religieux, actes du colloque du Centre d'études Marie-de-l'Incarnation (CEMI), 29 septembre - 3 octobre 2008, édition de Raymond Brodeur, Dominique Deslandres et Thérèse Nadeau-Lacour, Québec, Presses de l'Université Laval, 2009, 478 p., p. 113-130. [1519

DÉSY, Pierrette, « Un secret sentiment : les diables et les dieux en Nouvelle-France au XVIIe siècle », l'Impensable polythéisme : études d'historiographie religieuse, édition de Francis Schmidt, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 1988, viii-486 p, p. 123-176. [1520

      Présuppose une ou des religions amérindiennes. Réflexions sur les attitudes des chroniqueurs du XVIIe siècle (comme si vous y étiez encore) au sujet de l'absence de pensées et de comportements religieux chez les Amérindiens de Nouvelle-France; notamment sur la question de savoir si le diable se mêle de leurs pratiques chamaniques. L'ensemble est éclairé de la pensée de Lafitau d'une part et de celle de l'ethnologue Paul Radin (1883-1959) d'autre part. Inutile d'ajouter que Pierrette Désy est plus proche du jésuite que de l'autre.

GALLAND, Caroline, « Du Sauvage au converti : récollets et Amérindiens en Nouvelle-France au XVIIe siècle », Identité, appartenances, revendications identitaires (XVIe-XVIIIe siècles), édition de Marc Belissa, Anna Bellavistis, Monique Cottret, Laurence Croq et Jean Duma, Paris, Nolin (coll. « Les champs libres »), 2005, 414 p., p. 83-91. [1521

      Le peu de baptisés dans les missions des récollets (en regard des missions des jésuites) trouve son explcation dans la spiritualité franciscaine.

GRAY, Edward G., New Word Babel : languages and nations in early America, Princeton University Press, 1999, 185 p. [1522

      Le chapitre 2, « Language and conversion », compare les missionnaires catholiques de Nouvelle-France aux pasteurs protestants de Nouvelle-Angleterre (p. 28-55). Dans la perspective de l'ouvrage, il s'agit d'introduire à l'entreprise puritaine de John Eliot, premier traducteur des textes bibliques dans une langue amérindienne (chap. 3), le tout pour évaluer l'attitude européenne en regard des langues amérindiennes. L'idée de conversion est à prendre ici au sens large d'acculturation.

LAUGRAND, Frédéric, « De la rencontre au dialogue entre sujets : conversion, inculturation et indigénisation du christianisme chez les peuples du Grand Nord », Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France : Marie Guyart de l'Incarnation et les autres fondateurs religieux, actes du colloque du Centre d'études Marie-de-l'Incarnation (CEMI), 29 septembre - 3 octobre 2008, édition de Raymond Brodeur, Dominique Deslandres et Thérèse Nadeau-Lacour, Québec, Presses de l'Université Laval, 2009, 478 p., p. 333-348. [1523

      Au-delà des limites temporelles de la Nouvelle-France, l'analyse se situe dans son prolongement, au XIXe siècle, sur son territoire : la réception des religions chrétiennes dans le Grand Nord, notamment du christianisme chez les Inuits. Bibliographie, p. 344-348.

LEAVELLE, Tracy Neal, the Catholic Calumet : colonial conversions in french and indian North America, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2012, viii-255 p. [1524

Compte rendu critique

      L'ouvrage est une brillante synthèse de l'apostolat jésuite dans « les pays d'en haut » de 1660 jusqu'au XVIIIe siècle. Les travaux de Claude Allouez (et dans une moindre mesure ceux de René Ménard, de Jacques Marquette, de Gabriel Druillettes et de quelques autres) auprès des Outaouais et des Illinois sont doublement situés, et dans la perspective missionnaire de la Compagnie de Jésus, et dans la réception amérindienne de la « prière ». Si l'essentiel du corpus documentaire est pris des RJNF et autres documents édités par R. G. Thwaites, T. N. Leavelle prend un soin exceptionnel a toujours identifier les auteurs des textes qu'il cite (comme il s'en explique en introduction). L'objectif de l'ouvrage est de montrer que l'apostolat, comme entreprise de conversion des Amérindiens, et la réception de la religion catholique par ceux-ci, auront aussi bien transformé les pratiques et les concepts religieux reçus dans l'univers amérindien que la spiritualité des missionnaires. D'un côté le Diou (Dieu) du Credo de Claude Allouez deviendra le Kichemanetwa (Grand Esprit) de celui de J.-B. Le Boulanger, tandis que de l'autre, les jésuites vont petit à petit accepter les mariages entre les chrétiens et ceux qui ne le sont pas et adopter « certain indigenous customs » (p. 70).

      Mais l'ouvrage est également une synthèse au sens strict. La thèse insoutenable de l'épopée mystique des missionnaires pour civiliser les cruels et criminels Amérindiens afin de les sortir de la barbarie, thèse encore défendue par Dominique Deslandres, a facilement été renversée par son antithèse qui s'impose aujourd'hui : l'opération de conversion du monde amérindien a d'abord et avant tout été une opération subversive, s'agissant de forcer les Amérindiens a quitter toutes leurs coutumes et pratiques ancestrales qui heurtaient la pensée religieuse hégémonique des Européens. Tracy Neal Leavelle veut précisément réagir contre l'idée que la conversion des Amérindiens en soit une du monde amérindiens, leur colonisation, la dépossession et la destruction de leur culture. Or, il ne réussit pas à mettre en place une « synthèse » propre à renverser l'antithèse qui s'est imposée. Même en cherchant bien, et même très bien, il ne réussit pas à trouver assez de traces ou d'exemples en faveur de son hypothèse. Les concessions des missionnaires aux coutumes amérindiennes sont non seulement peu nombreuses, mais pratiquement insignifiantes; jamais d'aucune manière la spiritualité d'un seul missionnaire jésuite (car tel n'aura pas toujours été le cas des récollets) ne se transformera en direction de la pensée ou des pratiques des Amérindiens; leur apostolat ou plutôt les difficultés de leur apostolat les confirment au contraire dans leur spiritualité en la radicalisant (c'est essentiellement l'amour proclamé des mortifications). Enfin, T. N. Leavelle ne réussit pas à être convaincant d'abord parce que trop souvent il sollicite les textes (rien ne permet d'assimiler la crise d'hystérie de Joseph au moment de l'élévation au cours de la messe aux transes amérindiennes, bien au contraire : cf. p. 16-17, JR, 60: 206-208); ensuite parce qu'il a systématiquement écarté tout ce qui pouvait contredire son hypothèse, c'est-à-dire l'essentiel des écrits missionnaires de la Nouvelle-France. Prenons l'exemple du dernier baptême consigné dans le dépouillement annexé à l'ouvrage : il s'agit de la mort d'Henri qui avait été baptisé antérieurement, comme son fils déjà décédé. Disons en passant que Gabriel Marest raconte tout de suite après (JR, 66: 248-250) le baptême d'une catéchumène de 17 ans, persécutée pour cela par sa famille, baptême qui n'est pas consigné au dépouillement (il ne peut donc pas être étudié comme l'antithèse de la jeune femme séduite au christianisme par le jésuite contre l'avis des siens). Suit l'épisode où je veux en venir. Après la mort du père Bergier, du Séminaire des missions étrangères, au village des Tamarouas, les traditionalistes du village vont tout de suite abattre la croix que les missionnaires avaient érigée et les chamans vont s'attribuer la mort de Berger à qui mieux mieux. Résultat ? Gabriel Marest frappe le village d'un interdit de commerce avec les Français. Les villageois, en venant à manquer de munitions et se trouvant à la merci de leurs ennemis seront forcés d'envoyer deux délégations au missionnaire pour faire cesser l'embargo. Ils demandent un missionnaire. Ils veulent absolument se remettre à la prière. Gabriel Marest est chargé d'aller les visiter pour remettre la mission du village sur pied (JR, 66: 256-264). On le voit à cet exemple parmi des centaines (dont aucun ne se trouve évoqué dans l'ouvrage), l'apostolat missionnaire, reposant sur la séduction des plus vulnérables et sur la coercition socio-économique, est de l'ordre de la subversion terroriste. Loin des conversions idylliques.

      D'ailleurs, le sur-titre de l'ouvrage, the Catholic Calumet, en cache un autre : « Chikagou parla le premier. Il étendit sur la salle un tapis de peau de biche, bordé de porc-épic, sur lequel il mit deux calumets [...]. "Voilà, dit-il, en montrant ces deux calumets, deux paroles que nous t'apportons : l'une de religion et l'autre de paix ou de guerre, selon que tu l'ordonneras" » (JR, 68: 202). Il suffit de lire la suite pour comprendre que les missionnaires sont tout bonnement le fer de lance de la politique française en Amérique. La conclusion est simple : si vous voulez la paix et des armes, adoptez d'abord la prière. Le sur-titre réécrit, le titre n'a plus tout à fait le même sens, qui devrait se lire French Colonial Indians'conversions in North America.

LI, Shenwen, Stratégies missionnaires des jésuites français en Nouvelle-France et en Chine au XVIIe siècle (version développée d'une thèse de doctorat en histoire, Québec, Université Laval, 1998, xiii-344 p.), Ste-Foye, Presses de l'Université Laval (coll. « Intercultures »), et Paris, L'Harmattan, 2001, xvi-380 p. [1525

      Attention : dans la bibliographie de l'ouvrage, le prénom de LI est donné sous la forme « Shengwen », avec un « g »; par ailleurs, l'ouvrage est également donné fautivement (notamment par la RHAF) comme paru à Sillery au Septentrion en 2001, et aussi en coédition des PUL et de l'IQRS en 2002.

Note critique

      Il ne fait pas de doute que cet essai était le nouvel ouvrage attendu sur la question essentielle de la conversion en terre de mission. Il ne fait pas de doute non plus que l'auteur est parfaitement bien informé des travaux sur la Nouvelle-France. La critique viendra (de moi en tout cas) du fait qu'il continue de lire au « premier degré » la pensée européenne, généralement missionnaire, sur les « religions » des Amérindiens qui, précisément, ignorent toute forme de théologie, de spiritualité et même d'animisme. Il n'y a pas de religion amérindienne en Amérique du nord-est, c'est une pure fabulation par présupposition des Européens, surtout des missionnaires. Dès lors, la « conversion religieuse » est évidemment impossible ou, si l'on préfère, sans aucune commune mesure avec les ordinaires « conversions » en la matière. Cela dit, rarement aura-t-on vu analyse plus propre à relancer radicalement la question. « Alors, la Chine ? » (Roland Barthes, le Monde ou Bourgois éditeur, Paris, 1975).

ROSTKOWSKI, Joëlle, la Conversion inachevée, Paris, Albin Michel, 1998. [1526

      Histoire et analyse critique de la « christianisation » des Amérindiens des États-Unis. Parmi les autres travaux de l'ethnohistorienne sur les Amérindiens, voir l'anthologie qu'elle a publiée en collaboration :

—— et Nelcya Delanoë, les Indiens dans l'histoire américaine, Presses universitaires de Nancy (coll. « Histoire thématique des États-Unis »), 1991. [1527.

SCHOLL, Dorothea, « le Baptême du "Bon Sauvage" », « Ils l'appelaient Nouvelle-France... » : mythes et rêves fondateurs de l'Amérique française, introduction à la Nouvelle-France, actes des journées d'étude de Paris, 21-24 mai 2008, Groupe de recherche sur les écrits canadiens anciens, édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), 2009, p. 221-244. [1528

      Réflexion sur le baptême dans tous ses sens : du « baptême des lieux » au nom qui sanctionne la conversion.

THIERRY, Éric, « le Discours démonologique dans les récits de voyages au Canada et en Acadie au début du XVIIe siècle » (corpus : Champlain, Lescarbot et Biard), Voyager avec le diable : voyages réels, voyages imaginaires et discours démonologiques (XVe-XVIIe siècles), édition de Grégoire Holtz et Thibaut Maus de Rolley, Presses de l'Université de Paris IV-Sorbonne (coll. « Imago Mundi », no 14), 2008, 321 p., p. 209-220. [1529

7   Histoire et anthropologie des religions

      Comme la chronologie des travaux sur l'analyse historique et anthropologique des religions s'en tient à l'essentiel, je ne pensais pas devoir ajouter un travail aussi important que celui de Paul Radin. Ses publications se sont développées depuis ses articles de 1884 et de 1898, pour se prolonger d'une vingtaine d'ouvrages tout au long de sa carrière, ouvrages inspirés des Amérindiens d'Amérique du Nord auprès desquels il a su s'informer avec un admirable esprit critique. Il faut donc situer entre Lévy-Bruhl et Lévi-Strauss (bg. 473 et 474) son analyse de la nature et des fonctions (économiques et psychologiques) des magies primitives ouvrant la voie aux futures religions (que les Amérindiens de Nouvelle-France ne connaissent nullement). En logique, ses travaux devraient précéder immédiatement ceux de Jean Bottéro qu'on peut représenter par la Naissance de Dieu (Paris, Gallimard, 1986). En ce qui concerne la « naissance de la religion », on représentera ces travaux par l'ouvrage suivant.

Paul Radin, Primitive Religion : its nature and origin, New York, Viking Press, 1937, rééd. Dover Publications, 1957, 322 p. [1530


Chapitre 5
Études littéraires des écrits de la Nouvelle-France

0 Méthodologie

1999, LAFLÈCHE, Guy, « l'Analyse littéraire des documents ethno-anthropologiques », Recherches amérindiennes au Québec, chronique « la Nouvelle-France des études littéraires », vol. 29, no 3, p. 109-112. [1531

2003, REICHLER, Claude, « De la représentation à l'interaction : comment aborder un corpus ethno-historique et littéraire ? », Littérature et ethnologie, édition de Joseph Jurt, Freiburg-in-Breisgau, Frankreich Zentrum der universität, 102 p., p. 29-43. [1532

      L'auteur propose une autogiographie intellectuelle qui explique son intérêt pour les récits de voyage. Il a découvert les RJNF après avoir été en contact avec l'ouvrage de Lafitau, tandis que la lecture du Middle ground de White a été pour lui une révélation. Il présente pour finir (en anglais) le projet d'étude qu'il a soumis au National Humanities Center de la Caroline du Nord (p. 33-35).

1.   Idéologies, mentalités, réception historiographique

1996, WARWICK, Jack, « la Nouvelle-France : perspectives d'aujourd'hui et d'hier », Études canadiennes / Canadian Studies, no 40, p. 29-41. [1533

      En quelques pages, présentation des formulations successives du mythe de la fondation nationale.

2002, MASSE, Vincent, Figures de l'Amérindien dans la littérature québécoise (1855-1875), mémoire de maîtrise, Université McGill. [1534

2009, DESTREMPES, Hélène, « Mise en discours et médiatisation des figures de Jacques Cartier et de Samuel de Champlain au Canada français dans la seconde moitié du XIXe siècle », Tangence, no 90, « Nouvelle-France : fictions et rêves compensateurs », édition de Marie-Christine Pioffet, 163 p., p. 89-106. [1535

2009, MASSE, Vincent, « l'Amérindien "d'un autre âge" dans la littérature québécoise au XIXe siècle », Tangence, no 90, « Nouvelle-France : fictions et rêves compensateurs », édition de Marie-Christine Pioffet, 163 p., p. 107-133. [1536

      Version remaniée du mémoire de 2002.

2010, GORDON, Alan, the Hero and the historians : historiography and the uses of Jacques Cartier, University of British Columbia, x-237 p. [1537

2.2   Dictionnaires

J.-P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey, Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, Bordas, 1984, éd. revue et augmentée, 1987 : articles Brébeuf (saint Jean de), Cartier (Jacques), Champlain (Samuel de), Léry (Jean de), Lescarbot (Marc), Thevet (André) et Villegagnon (Nicolas Durand de) par Frank Lestringant. [1538

3.   L'édition critique des écrits de la Nouvelle-France

Grégoire Holtz et Andreas Motsch, « Introduction : éditer la Nouvelle-France », Éditer la Nouvelle-France, édition de G. Holtz et A. Motsch, Québec, Presses de l'Université Laval, 2011, 258 p., p. 1-15. [1539

      Voir ci-dessous, no 1565, le sommaire du recueil.

Guy Laflèche, « l'Édition critique / les Éditions critiques : le protocole immuable de réalisations chaque fois incomparables », Port Acadie (Université Sainte-Anne, Nouvelle-Écosse), actes du colloque « l'Édition critique et le développement du patrimoine littéraire en Acadie et dans les petites littératures » (27-28 août 2010), édition de Denis Bourque, nos 20-21 (automne 2011 - printemps 2012), 250 p., p. 29-42. [1540

      L'auteur dresse le bilan de son travail d'éditeur d'oeuvres de la Nouvelle-France, dans le cadre d'une critique des « grands projets » d'édition universitaire depuis un demi-siècle au Québec, notamment la défunte BLQ et la florissante BNM, où se publient de très scolaires éditions encyclopédiques sous l'appellation « édition critique ».

Alain Beaulieu, « Réal Ouellet », dans « La carrière et l'oeuvre de Denys Delâge et de Réal Ouellet : un bref aperçu » Représentation, métissage et pouvoir : la dynamique coloniale des échanges entre Autochtones, Européens et Canadiens (XVIe-XXe siècles), édition d'Alain Beaulieu et Stéphanie Chaffray, Québec, Presses de l'Université Laval, 2012, xxii-488 p., p. 2-13, p. 8-13. [1541

Réal Ouellet, « Pratique et passion de la littérature », Représentation, métissage et pouvoir : la dynamique coloniale des échanges entre Autochtones, Européens et Canadiens (XVIe-XXe siècles), édition d'Alain Beaulieu et Stéphanie Chaffray, Québec, Presses de l'Université Laval, 2012, xxii-488 p., p. 111-123. [1542

      Le spécialiste et promoteur de l'édition et de l'étude des écrits de la Nouvelle-France situe ses travaux de recherche et de création dans l'ensemble de sa carrière de professeur.

4.   Numéros de revues et recueils

*1989, Actes du colloque Marie de l'Incarnation, cahier polycopié, Ursulines de Tours. [1543

      Communications de Bernard Chevalier, Jacques Gadille, Pierre Gervais, Robert Michel, M.-Bénédicte Rio, Jean-Claude Sagne et Robert Sauzet.

1992, la Scoperta dell'America e le lettere francesi e dei paesi francofoni, édition d'Enea Balmas, Università di Milano (coll. « Quaderni di acme », no 16), Cisalpino - Istituto editoriale universitario, 293 p. [1544

      Sept des seize chapitres de l'ouvrage portent sur des auteurs qui ont écrits sur la Nouvelle-France. Toutefois, J. Wells Romer [1] traite de la nouvelle de l'Heptaméron (de sorte que l'article sur la littérature française est consigné, no 2295, par convention). Dans le cas de l'article de Nerima Clerici [2], non seulement il n'implique nullement la Nouvelle-France, mais il ne concerne pas non plus à proprement parler les récits de Jean Alfonce, mais l'encadrement littéraire de ses Voyages aventureux (article très bien informé, notamment sur son éditeur, Jean de Marnef).

      [1] Jane Wells Romer, « Marguerite de Navarre's vision of the New World », p. 49-56; [2] Nerina Clerici, « le "Pièces liminaires" dei Voyages aventureux [1536] di Jean Alfonce : amicizie e corrispondenze letterarie di un navigatore francese del primo Cinquecento », p. 57-67; [3] Daniela Mauri, « il Discours de l'Histoire de la Floride di Nicolas Le Challeux, ovvero Crudeltà, paura e salvezza tra vecchio e nuovo mondo », p. 69-86; [4] Alessandra Preda, « Tra desiderio, nostalgia ed esperienza : la Terra di Florida atraverso la relazione del capitano Jean Ribault », p. 87-107; [5] Bernard Gallina, « la Reprise de la Floride par le cappitaine Gourgue : un mémorial », p. 109-119; [6] Anne de Vaucher, « Civilisation et langue de l'autre :  le Grand Voyage du pays des Hurons de Gabriel Sagard », p. 235-250; et [7] Claudio Vinti, « Tra poligenismo e monogenismo : la polemica Voltaire-Lafitau », p. 267-279.

1998, la France-Amérique (XVIe-XVIIIe siècles), édition de Frank Lestringant, actes du 35e colloque des études humanistes, Paris, Champion (coll. « Travaux du Centre des études supérieures de la Renaissance de Tours : le savoir de Mantice », no 5), 613 p. [1545

      Sommaire. [1] Frank Lestringant, « Présentation », p. 11-15; [2] Emmanuel Le Roy Ladurie, « Ouverture : la France-Amérique », p. 17-33; [3] Albert Ronsin, « l'Amérique du Gymnase vosgien de Saint-Dié-des-Vosges au début du XVIe siècle : invention et postérité », p. 37-64; [4] Danielle Lecoq, « Des Antipodes au nouveau monde ou de la difficulté de l'autre », p. 65-102; [5] Claude Gandelman, « Autour du mythe des Indiens juifs du nouveau monde », p. 103-114; [6] François Rigolot, « Doulce France et amère Amérique : Montaigne et Sébastien Münster », p. 115-128; [7] Frank Lestringant, « le Huguenot et le sauvage : nouvelles hypothèses, nouveaux documents », p. 131-142; [8] Bruna Conconi, « les Fortunes de la France Antarctique de Villegagnon au temps de la crise de la conscience européenne : les métamorphoses d'une controverse », p. 143-166; [9] Michel Bideaux, « le Discours expansioniste dans l'Histoire de la Nouvelle-France de Marc Lescarbot », p. 167-191; [10] Monique Pelletier, « la France et le golfe du Mexique, fonctions de la cartographie, de Coronelli à Guillaume Delisle », p. 193-209; [11] Laurier Turgeon, « Français et Amérindiens en Amérique du Nord au XVIe siècle : échanges d'objets et conquête de l'autre », p. 213-238; [12] Bernard Allaire, « l'Arrivée des fourrures d'origine canadienne à Paris (XVIe-XVIIe siècles) », p. 239-258; [13] Jean-Pierre Moreau, « la Course ou flibuste dans les Antilles, seconde période (1600-1630) : mythes et réalités de la flibuste », p. 259-273; [14] Ernst van den Boogaart, « Un second Brésil au territoire des Caraïbes : la formation du secteur sucrier aux Antilles anglaises et françaises, perspective comparative », titre abrégé de la table des matières : « l'Essor de l'économie sucrière aux Antilles françaises (1645-1670) », p. 275-286; [15] Andrea Daher, « les Singularités de la France équinoxiale : histoire de la mission des pères capucins au Brésil (1612-1615) », p. 289-313; [16] Alcir Pecora, « les Sauvages américain entre calvinistes et catholiques ibériques », p. 315-327; [17] Marcel Chatillon, « la Christianisation des esclaves au XVIIe siècle d'après les Lettres du R. P. Mongin », p. 329-339; [18] Pierre Berthiaume, « Babel, l'Amérique et les jésuites », p. 341-354; [19] Claire Gourdeau, « Marie de l'Incarnation et ses pensionnaires amérindiennes : stratégies d'acculturation », p. 355-367; [20] Dominique Deslandres, « Indes intérieures et Indes lointaines : le modèle français d'intégration socio-religieuse au XVIIe siècle », p. 369-377; [21] Normand Doiron, « Découvrir : la rhétorique robine de l'historia nuda et le récit de voyage », p. 381-392; [22] Paolo Carile, « Tradition classique et exotisme ethnographique dans la Défaite des sauvages armouchiquois de Marc Lescarbot : un poème entre deux mondes et deux cultures », p. 393-408; [23] Jack Warwick, « Amérindiens et sauvages : la découverte conjointe dans l'oeuvre de Gabriel Sagard (1632-1636) », p. 409-418; [24] Dominique Bertrand, « Verbal et non verbal dans les relations entre Européens et Caraïbes : échanges réels et imaginaires », p. 419-431; [25] Jean-Michel Racault, « Paroles sauvages : problèmes du dialogue et représentation de l'altérité américaine chez La Hontan », p. 433-448; [26] Gérard A. Jaeger, « Aux origines de la littérature flibustière : les héros du Mercure américains (1678) », p. 449-462; [27] Philip P. Boucher, « Why the Islands Caraibs loved the French and hate the English », p. 465-473; [28] Janet Whatley, « Sea-Changes : l'Histoire d'un voyage de Jean de Léry et la Tempête de Shakespeare », p. 475-489; [29] Claude Rawson, « Indiens et Irlandais : Montaigne, Swift et le cannibalisme », p. 491-529, version abrégée de l'article original paru en anglais dans Modern Language Quarterly, no 53 (1992), p. 299-363; [30] Wilcomb E. Washburn, « A comparative view of the noble savage in english, spanish, portuguese and french eyes », p. 531-538; [31] Jeanne Henriette Louis, « la Sainte Expérience de la Pennsylvanie (1682-1756) : gage de la royauté spirituelle et de la France-Amérique », p. 541-551; [32] Marie-Rose Maurin Abomo-Mvondo, « Toussaint Louverture et Haïti, par Victor Schoelcher et Aimé Césaire », p. 553-566; [33] Jodi Mikalachki, « What is an american ? : the european heritage of Hector St. John de Crèvecoeur », p. 567-581; [34] Frank Lestringant, « Conclusions », p. 583-591. [35] Index des noms propres, p. 593-611.

1999, Dossier sur le Brésil, « Op. cit. », no 13 (novembre), Revue de littérature française et comparée (Pau). [1546

      Sommaire du dossier sur le Brésil : [1] Michel Bideaux, « "Tous dissemblables des nostres" : la faune brésilienne entre l'étrange et l'hybride », p. 25-35; [2] Adrian Blazquez, « le Brésil portugais et sa colonisation au XVIe siècle », p. 37-41; [3] Marie-Christine Gomez-Géraud, « le Détail et le décor : description et illustration du Brésil chez Jean de Léry », p. 43-47; [4] Frank Lestringant, « la Chorégraphie des Indiens, ou le ravissement de Jean de Léry », p. 49-58.

1999, Jean de Léry, « Histoire d'un voyage fait en la terre de Brésil », actes de la journée d'étude sur Jean de Léry, 6 novembre 1999, édition de Gisèle Mathieu-Castellani, Université de Paris VII, U.F.R. Sciences des textes et documents (coll. « Cahiers textuel », no 21), 166 p. [1547

      Sommaire. [1] « Avant-propos » de Gisèle Mathieu-Castellani, p. 7-9; [2] Frank Lestringant, « l'Histoire d'un voyage faict en la terre de Bresil ou les Tristes Tropiques de Jean de Léry », p. 11-30; [3] Paolo Carile, « Jean de Léry, les protestants et l'écriture sous l'Ancien Régime », p. 31-42; [4] Géralde Nakam, « Léry, Montaigne, d'Aubigné », p. 43-53; [5] Frank Neveu, « les Ouvertures phrastiques et la construction de la référence dans Histoire d'un voyage en terre de Bresil », p. 55-64; [6] Chantal Liaroutzos, « "L'autre esseuil du ciel" : description et récit dans l'Histoire d'un voyage », p. 65-77; [7] Olivia Rosenthal, « l'Ordre des matières dans l'Histoire d'un voyage en terre de Bresil », p. 79-97; [8] Gisèle Mathieu-Castellani, « Rhétorique et poétique d'un genre didactique », p. 99-118; [9] Frédéric Tinguely, «l'Épreuve du tillac », p. 119-131; [10] Marie-Christine Gomez-Géraud, « Une bible américaine : la référence scripturaire dans l'Histoire d'un voyage », p. 133-144; [11] Marie-Madeleine Fontaine, « Genevre-Geneve : distorsions dans la relation », p. 145-166.

1999, D'encre de Brésil : Jean de Léry, écrivain, édition de Marie-Christine Gomez-Géraud et de Frank Lestringant, Orléans, Paradigme (coll. « L'atelier de la Renaissance », no 9), 256 p. [1548

      Regroupement et mise à jour d'articles sur Jean de Léry et son Histoire d'un voyage faict en la terre du Bresil (sauf le chapitre 11, no [11] ci-dessous, qui est inédit). On trouvera les références aux éditions originales de ces articles dans la liste alphabétique de leurs auteurs en 1999, sous Jean de Léry (5.2.34).

      Sommaire. Préface de M.-C. Gomez-Géraud et de F. Lestringant, p. 5-9; [1] Frank Lestringant, « l'Excursion brésilienne : note sur les trois premières éditions de l'Histoire d'un voyagede Jean de Léry (1578-1585) », p. 13-38; [2] Frank Lestringant, « le Cannibale et la marmite », p. 39-63; [3] Marie-Christine Gomez-Géraud, « Léry, des parcours aventureux des manuscrits aux destinées du livre », p. 65-78; [4] Frank Lestringant, « l'Exotisme en France de Rabelais à Jean de Léry : de l'inventaire à l'aventure », p. 81-92; [5] Frank Lestringant, « le Récit de voyage et la question des genres : l'exemple des Singularitez de la France antarctique d'André Thevet (1557) », p. 93-108; [6] Michel Jeanneret, « Léry et Thevet : comment parler d'un monde nouveau ? », p. 109-126; [7] Frédéric Tinguely, « Jean de Léry et les vestiges de la pensée analogique », p. 127-146; [8] Marie-Christine Gomez-Géraud, « Un colloque chez les Tououpinambaoults : mise en scène d'une dépossession », p. 147-162; [9] Janet Whatley, « "Sea-Changes" : l'Histoire d'un voyage de Jean de Léry et la Tempête de Shakespeare », p. 163-178. [10] Frank Lestringant, « l'Effacement du Brésil français : les Lettres jésuites portugaises en France (1570-1590) », p. 181-194; [11] Frank Lestringant, « les Représentations confessionnelles du Brésil en France : de la France Antarctique à la Révocation de l'édit de Nantes », p. 195-208; [12] Giuliano Gliozzi, « les Apôtres du nouveau monde : monothéisme et idolâtrie, entre révélation et fétichisme », p. 209-232; [13] Frank Lestringant, « l'Expérience coloniale de la France du XVIe siècle (Brésil et Floride) dans l'Histoire des deux Indes : sources, réécritures, représentations », p. 233-250.

2000, Paolo Carile, le Regard entravé : littérature et anthropologie dans les premiers textes sur la Nouvelle-France, Sillery, Septentrion (coll. « Les nouveaux cahiers du CELAT », no 24), et Rome, Aracne editrice, 223 p. [1549

      Traduction abrégée des six premiers articles de l'ouvrage de 1987, lo Sguardo impedito (bg. 507), auxquels s'ajoute (au chapitre 6, p. 151-162) l'article de 1996 (bg. 1118).

2000, Marie Guyard de l'Incarnation : un destin transocéanique (Tours, 1599 - Québec, 1672), actes du colloque du GUIART à Tours, le Groupe universitaire interdisciplinaire d'action et de recherche à Tours sur Marie Guyart, 14-15 mai 1999, édition de Françoise Deroy-Pineau, Paris, L'Harmattan, 416 p. [1550

      Le titre porte bien Marie Guyard, avec un « d », comme on le trouve souvent dans les articles du recueil. La cause en est, selon la présidente du Centre généalogique de Touraine (p. 91, n. 2), que Marie Martin signait ainsi. Comme on adopte généralement par convention l'usage du DBC et que Guy-Marie Oury a toujours écrit Guyart, on aurait aimé savoir comment la famille Guyard/Guyart orthographiait généralement son nom, s'agissant d'une question généalogique.

      Sommaire (les 35 chapitres de l'ouvrage correspondent aux numéros 4 à 38 dans la liste qui suit). Présentation par le comité scientifique, p. 19-20; [1] Marcel Masse, « Allocution du co-président de la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs », p. 21-23; [2] Michel Lucier, Délégué général du Québec à Paris, « Une femme moderne : Marie Guyart », p. 25-28; [3] Gaston Pineau, « Construire des solidarités à amplitude transocéanique » (sur la collaboration des Centres de recherches sur Marie Guyart Martin à Québec et à Tours), p. 29-34; [4] Guy-Marie Oury, « Sources et réédition des oeuvres de Marie de l'Incarnation », p. 37-46; [5] Françoise Deroy-Pineau, « Survol des oeuvres contemporaines sur Marie Guyart », p. 47-53; [6] Brigitte Maillard, « Tours au temps de Marie Guyard », p. 54-68; [7] François Lebrun, « la Femme dans la société française du XVIIe siècle », p. 72-88; [8] Idelette Ardouin-Weiss, « le Milieu familial de Marie Guyard », p. 90-96; [9] Laurence Augereau, « la Situation religieuse à Tours à la naissance de Marie Guyart (1599) », p. 97-109; [10] Marie Seynaeve, « Mystique et broderie dans la vie de Marie de l'Incarnation », p. 111-119; [11] Pierre-Armand d'Argenson, « Marie de l'Incarnation : héritière spirituelle de saint Martin ? », p. 121-129; [12] Pierre Lecompte, « Notes sur la chapelle Saint-Michel, le couvent des ursulines de Tours et l'ermitage Saint-Joseph », p. 130-132; [13] Pierre Leveel, « Saint-Pierre-des-corps », un quartier de Tours du temps de Marie Guyart, p. 133-134; [14] Guy-Marie Oury, « Un ami inconnu de Marie de l'Incarnation : Dominique Sain », p. 135-144; [15] Philippe Annaert, « Entre tradition et innovation : l'éducation des ursulines en France au temps de Marie de l'Incarnation », p. 147-156; [16] Francine Mimant-Rippe, « Marie Guyart, Marie de l'Incarnation, éducatrice chrétienne et pédagogue », p. 157-164; [17] Christine Turgeon, « De Tours à Québec : Marie de l'Incarnatin et l'art de l'aiguille », p. 164-176; [18] Marie-Dominique Fouqueray, « Un nouveau regard sur la relation mère-fils chez Marie Guyart », p. 179-193; [19] Jacques Maître, « Marie Guyart, essai de psychanalyse socio-historique », p. 195-208; [20] Joseph Beaude, « Parole de mère, discours du fils », p. 211-216; [21] Pierre Gervais, « Marie de l'Incarnation et l'école française de la spiritualité », p. 217-223; [22] Marie-Élisabeth Henneau, « Expériences spirituelles d'une bernardine contemporaine de Marie Guyart [Louise de Ballon, 1591-1668] : se trouver simplement en la présence de Dieu », p. 225-234; [23] Guy-Marie Oury, « la Mystique nuptiale chez Marie de l'Incarnation », p. 235-247; [24] Jean Comby, « Marie de l'Incarnation, ursuline (1599-1672) et Jeanne Chézard de Matel (1596-1670) : esquisse de comparaison », p. 249-261; [25] Guy Le Bouedec, « Dom Raymond, directeur spirituel de Marie de l'Incarnation : entre rigueur extrême et intelligence spirituelle rare », p. 263-276; [26] Marie-Louise Gestin, « le Style de Marie de l'Incarnation dans la Relation de 1654 », p. 279-294; [27] Jérôme Hennebert, « le Sublime dans le discours autobiographique de Marie de l'Incarnation », p. 295-304; [28] Monique Dumais, « Forces relationnelles chez Marie Guyart de l'Incarnation », p. 305-312; [29] Jean-Yves Robin, « les Biographies de Marie de l'Incarnation et leurs différents visages », p. 313-320; [30] Bruno Pinchard, « Traversées océanographiques : océan physique et océan intérieur chez Marie de l'Incarnation », p. 323-338; [31] Robert Rouleau, « Traverser l'Atlantique au XVIIe siècle », p. 339-347; [32] Jean-Jacques Montigaud, « la "Stratégie" du régiment de Carignan-Salières contre les Iroquois d'après la correspondance de soeur Marie de l'Incarnation », p. 349-361; [33] Achiel Peelman, « Marie Guyart de l'Incarnation et la spiritualité amérindienne : un dialogue impossible ? », p. 365-374; [34] Pascal Galvani, « Apprendre enfin des Indiens : une ouverture sur l'expérience transculturelle », p. 375-386; [35] Élisabeth Gallat-Morin, « la Musique dans les églises de la Nouvelle-France », p. 389-395; [36] Louise Courville, « les Chants sacrés des ursulines de Québec à l'époque de Marie Guyart », p. 397-400; [37] Jean-Yves Hameline, « le Chant et la musique dans les maisons religieuses de femmes à l'époque de Marie Guyart », p. 401; [38] Raymond Brodeur, « Au terme d'un colloque », p. 405-412.

2000, Marie de l'Incarnation : entre mère et fils, dialogue des vocations, édition de Raymond Brodeur, Québec, Presses de l'Université Laval (coll. « Religions, cultures et sociétés »), 159 p. [1551

      Premier séminaire de lecture du Centre d'études Marie-de-l'Incarnation de l'Université Laval et des Ursulines de Québec. Les collaborateurs de ce séminaire, majoritairement des professeurs de la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Université Laval, proposent une série de lectures méthodologiques de la lettre de Marie Guyart à son fils Claude Martin, du 1er septembre 1643 (c'est la lettre 68 de l'édition critique de Guy-Marie Oury, bg. 77, p. 183-190).

      Sommaire. Introduction et conclusion de Raymond Brodeur, p. 9-12 et 153-159, celle-ci sous la forme d'une lettre d'éloge adressée à l'ursuline : « la Délicatesse d'un accompagnement spirituel », p. 153-159; texte de la lettre de Marie Guyart, mais sans l'apparat critique d'Oury, p. 13-22. [1] Guy-Marie Oury, « le Contexte de la lettre LXVIII », p. 25-27; [2] Dominique Deslandres, « Augustinisme, jansénisme, quiétisme ou air du temps ? éléments d'une méthode historique pour aborder un texte religieux », p. 29-41; [3] Guy-Marie Oury, « Quelques sources scripturaires de la lettre LXVIII », p. 45-51; [4] Marcel Viau, « Reconstruction rhétorique d'une lettre de Marie de l'Incarnation », p. 53-70; [5] Anne Fortin, « les Conditions de la rencontre entre herméneutique et sémiotique : à propos des structures de l'énonciation dans une lettre de Marie de l'Incarnation », p. 71-92; [6] Paul-Eugène Couture, « l'Oxymore dans la lettre LXVIII de Marie de l'Incarnation à son fils Claude Martin », p. 93-97; [7] Raymond Lemieux, « Dire l'indicible : les stratégies de langage chez Marie de l'Incarnation », p. 99-107; [8] Hermann Giguère, « les Facettes du désir dans la lettre LXVIII », p. 111-122; [9] Monique Dumais, « À partir d'une éthique de relation », p. 123-128; [10] Marc Pelchat, « le Secret de la vocation : une lecture de la lettre LXVIII de Marie de l'Incarnation à son fils », p. 129-142; [11] Yvette Côté, « l'Accompagnement d'une mère », p. 143-152.

2001, Femme, mystique et missionnaire : Marie Guyart de l'Incarnation (Tours, 1599 — Québec, 1672), édition de Raymond Brodeur, Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval (coll. « Religions, cultures et société »), 387 p. [1552

      Sommaire. Introduction par Raymond Brodeur. [1] Vincent Grégoire, « le Passage de l'Atlantique : une traversée pleine de "traverses" », p. 7-24; [2] Robert Sauzet, « Mission et croisade : la rencontre des Iroquois », p. 25-35; [3] Marie-Élizabeth Henneau, « Missionnaires aux frontières du protestantisme », p. 37-53. [4] Dominique Deslandres, « Altérité, identité et rédemption », p. 55-68; [5] Isabelle Landy-Houillon, « Marie de l'Incarnation et les jésuites : une exception culturelle ? », p. 69-97; [6] Françoise Deroy-Pineau, « Réseaux sociaux et évolution de la vie de Marie Guyart », p. 101-114; [7] Gabrielle Noël, « Vivre dans la maison de Marie de l'Incarnation », p. 115-118; [8] Ghislaine Boucher, « À la rencontre d'une théologienne d'"expériences" », p. 119-125; [9] Christine Turgeon, « Une artiste de la Nouvelle-France », p. 127-144; [10] Claire Gourdeau, « le Rôle social du pensionnat des ursulines de Québec au temps de Marie de l'Incarnation », p. 145-154; [11] Guy-Marie Oury, « Mystique de l'immanence et mystique nuptiale », p. 157-167; [12] Karen Scott, « le Langage mystique de Marie de l'Incarnation », p. 169-177; [13] Geneviève James, « Sur la voie de la mystique : Marie de l'Incarnation (1599-1672) et Alexandra David-Néel (1868-1969) », p. 179-188; [14] Hélène Trépanier, « Être rien », p. 189-198; [15] Mercedes Allende Salazar, « Passivité et activité de l'âme dans le récit autobiographique de 1654 », p. 199-210; [16] Anya Mali, « l'État de victime et le « petit » discours mystique », p. 211-220; [17] Bernadette Colombel, « l'Écriture mystique : enjeu de la subjectivité », p. 223-235; [18] Henk Hillenaard, « la Relation de 1654 : anthropologie mystique et anthropologique freudienne », p. 237-251; [19] Chantal Théry, « l'Écho est le fils de la voix : les rapports mère-fils », p. 253-263; [20] Jacques Maître, « Essai de psychanalyse sociohistorique », p. 265-275; [21] Lucie Jeffrey, « Être soi », p. 277-283; [22] Raymond Lemieux, « la Fable du corps dans l'Entretien spirituel sur l'Épouse des Cantiques », p. 285-299; [23] Monique Dumais, « Relation au corps », p. 301-306; [24] René Champagne, « Une accompagnatrice des voies spirituelles », 309-318; [25] Danielle Thibault, « Une incursion sémiotique dans l'intimité du mariage mystique », 319-330; [26] Anne Fortin, « l'Expérience croyante de Marie de l'Incarnation : structuration spatiale », p. 331-341; [27] Thérèse Nadeau-Lacour, « l'Expérience croyante de Marie de l'Incarnation : structuration temporelle », p. 343-352; [28] Raymond Brodeur, « le Catéchisme de Marie de l'Incarnation : la parole qui fait écho », p. 353-366; [29] Bruno Pinchard, « Marie ou l'impossible terre », p. 369-380; [30] Brigitte Caulier, « Entrer dans la modernité et en sortir : dialogue de femmes », p. 381-387.

2002, Des identités en mutation : de l'ancien au nouveau monde, édition de Danielle Forget et France Martineau, Ottawa, David (coll. « Voix savantes »), 191 p. [1553

      Sommaire. [1] Introduction de Danielle Forget et France Martineau, p. 7-17; [2] Carmen Mata Barreiro, « Parole et silences, lumière et ombres dans le récit de voyage et dans la littérature migrante », p. 19-36; [3] Danielle Forget et France Martineau, « la Parole identitaire dans la correspondance de voyage de Marie-Madelaine Hachard (1627-1728) », p. 37-64; [4] Andréanne Vallée, « les Récits de voyage de François Gendron : un regard laïc sur la mission jésuite en Huronie », p. 65-108; [5] Rachel Jobin, « la correspondance familiale féminine et son rôle identitaire », p. 109-140; [6] Rachel Ferland, « Du nouveau monde à l'ancien : l'inscription d'un choc identitaire dans les Lettres au cher fils d'Élisabeth Bégon », p. 141-169; [7] Ariane Bruneton-Governatori et Bernard Moreux, « Émigration aux Amériques et identité, d'après des correspondances d'émigrés béarnais du XIXe siècle », p. 171-189.

      Addition : j'ai rédigé l'introduction de ce recueil en août-septembre 2002, à la demande de D. Forget et de F. Martineau, qui auraient voulu me voir signer quelque chose dans le genre du texte qu'elles ont rédigé pour en tenir lieu. Le moins que l'on puisse dire est que c'était bien mal me connaître, d'autant que les deux enseignantes n'avaient évidemment besoin de personne pour écrire ce qu'elles pensent et qu'elles ont donc fort bien rédigé ! On trouvera mon étude inédite en tête de mon recueil en cours de publication sur la toile :

Guy Laflèche, « Ces lettres de Nouvelle-France, absentes de toute correspondance », Polémiques II, 10 septembre 2002. [1554

      Il s'agit, pour l'essentiel, d'une analyse critique du prétendu « genre » épistolaire. L'étude devrait introduire au corpus considérable des écrits de la Nouvelle-France (dont la majeure partie des lettres est toujours inédite) à partir des quelques lettres présentées dans ce recueil de D. Forget et de F. Martineau. Par ailleurs, l'analyse propose pragmatiquement de revoir la somme magistrale de Pierre Berthiaume (cf. bg. 571) à la lumière d'une étude systématique des correspondances de Nouvelle-France.

2005, De la Seine au Saint-Laurent avec Champlain, actes d'un colloque du Laboratoire du Groupe de recherche identités et cultures, sous l'égide de l'Ambassade du Canada et de l'Université du Havre, en avril 2004, édition d'Annie Blondel-Loisel et de Raymonde Litalien, Paris, L'Harmattan, 238 p. [1555

    Quatre articles du recueil intéressent les études littéraires : [1] Eric Thierry, « l'Établissement de l'île de Sainte-Croix », p. 119-135; [2] Sandrine Boucher, « le Port-Royal de l'Acadie dans la carte et le récit de voyage : de Lescarbot et Champlain à Diéreville », p. 137-157; [3] Caroline Galland, « l'Administration du spirituel par l'établissement des missions : Champlain, les récollets et la Nouvelle-France (1613-1615) », p. 159-180; et [4] Jack Warwick, « Champlain à travers ses écrits », p. 207-219.

2006, Chantal Théry, De plume et d'audace : femmes de la Nouvelle-France, Montréal et Paris, Triptyque et le Cerf, 264 p. [1556

      Si l'ouvrage de Chantal Théry se présente comme un essai, il s'agit d'un regroupement d'articles déjà parus sur un sujet qui n'est pas traité ici systématiquement, l'évaluation de la part des femmes dans les écrits de la Nouvelle-France. Cette entrée parmi les recueils sera donc la bienvenue dans un dépouillement bibliographique, d'autant que Chantal Théry n'aura pas facilité la tâche des bibliographes, et donc des chercheurs, en reportant en appendice la liste des « articles publiés » sans les identifier aux chapitres de l'ouvrage. Voir le no 1580.

      Sommaire. [1] « Amazones du grand Dieu en Nouvelle-France : dans la balançoire de la rhétorique jésuite », p. 19-34; [2] « Un jésuite et un récollet parmi les femmes : Paul Le Jeune et Gabriel Sagard chez les Sauvages du Canada », p. 35-52; [3] « Entre le mal du pays et prendre pays », p. 53-80; [4] « Humbles et héroïques », p. 81-94; [5] « la "Vie de rêve" de Marie de l'Incarnation, pleine d'audace », p. 95-108; [6] « Femme, pouvoir et imaginaire », p. 109-120; [7] « Des femmes de plume et de tête », p. 121-134; [8] « Marie Morin : vivante mémoire de Ville-Marie », p. 135-152; [9] « Marie de l'Incarnation, intime et intimée », p. 153-168; [10] « l'Amazone céleste », p. 169-178; [11] « Des vocations d'enseignantes et d'exégètes », p. 179-196; [12] « les Rapports mère-fils : Marie Guyart de l'Incarnation et dom Claude Martin », p. 197-212; [13] « De Rouen à la Nouvelle-Orléans : la relation de Marie-Madeleine Hachard », p. 213-232; [14] « Marie Tranchepain de Saint-Augustin, ou l'art de la réplique », p. 233-237, et annexes : correspondance de Marie Tranchepain avec l'abbé Raguet, p. 239-244.

2007, Regards croisés sur le Canada et la France : voyages et relations du XVIe au XXe siècle, actes des congrès de La Rochelle du 18 au 23 avril 2005, édition de Pierre Guillaume et Laurier Turgeon, Québec et Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques et Presses de l'Université Laval, 400 p. [1557

      Les douze premiers articles du recueils portent sur la Nouvelle-France. Mais quelques-uns d'entre eux ne sont pas des études littéraires et/ou ne portent pas sur des textes narratifs.

      Sommaire. [1] Marie-Christine Pioffet, « Gaulois et Souriquois à travers les mailles de la généalogie lescarbotienne », p. 23-42; [2] Marie Devaux-Renier, « le Missionnaire ensauvagé et le chamane sont-ils faits pour se comprendre ? » [sur Gabriel Sagard], p. 43-62; [3] Réal Ouellet, « les Antilles et le Canada dans la perspective des missionnaires du XVIIe siècle », p. 63-90; [4] Laurier Turgeon, « les Relations des jésuites entre hagiographie et ethnographie : traduire les récits de captivité du père Isaac Jogues », p. 91-105; [5] Franco Pierno, « Autour des remarques linguistiques exposées dans la Breve Relatione nella Nuova Francia (1653) de Francesco Giuseppe Bressani, s.j. », p. 107-116; [6] Céline Melisson, « les Officiers de Marine en Nouvelle-France : exemple des commissaires et contrôleurs de la Marine (1663-1763) », p. 117-137; [7] Catherine Broué, « Seine, Saint-Laurent, Mississippi : Hennepin, Bernou, La Salle, ou les alluvions de l'écriture » [sur Louis Hennepin], p. 139-171; [8] Sandrine Boucher, « le Voyage de l'intendant Jacques de Meules en Acadie (1685-1686) dans la cartographie de J. B. L. Franquelin, maître d'hydrographie pour le roi à Québec », p. 173-190; [9] Pierre Berthiaume, « Utopie et schizophrénie en Amérique du Nord » [sur les Dernières Découvertes de La Salle par le chevalier de Tonti, 1697, attribution désavouée par ce dernier], p. 191-211; [10] Stéphanie Chaffray, « l'Ironie macabre : les scènes de torture dans les récits de voyage en Nouvelle-France (1701-1763) », p. 213-237; [11] Catherine Briand, « Scènes de rencontre dans les récits de voyage en Nouvelle-France : l'exemple de la relation de Pénicault » [il s'agit du charpentier naval André Pénicaut (1680-1736) dont l'auteure ne présente pas la relation de 1699-1721 (dictée alors qu'il a perdu la vue), éditée au vol. 5 de la collection de Pierre Margry, bg. 140], p. 239-259; [12] Raymonde Litalien, « Voyager au Canada par terre et par eau au XVIIIe siècle : la logistique de l'exploration des La Vérendrye à la recherche de la mer de l'ouest », p. 261-276.

2007, Sur les écrits de la Nouvelle-France, actes des journées d'étude de Paris, 29 mai - 2 juin 2006, Groupe de recherche sur les écrits canadiens anciens, édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), 199 p. [1558

      Sommaire. [1] Introduction de Bernard Émont, p. 7-14; [2] Maurice Lemire, « les Écrits de la Nouvelle-France : catégories et évolution », p. 17-25; [3] Éric Thierry, « Témoignages spontanés ou instruments promotionnels ? les récits des pionniers Champlain et Lescarbot », p. 27-41; [4] Marina Zito, « À propos de la correspondance de Marie de l'Incarnation », p. 43-49; [5] Kathrin Aschbacher, « le Grand Voyage du récollet Gabriel Sagard et les Relations de 1632-1634 de Paul Lejeune », p. 51-72; [6] Damien Rouet, « Correspondance des Acadiens du Grand Dérangement : source d'histoire et d'inspiration littéraire », p. 75-88; [7] Gilbert Pilleul, « la Correspondance de Gaspard Chaussegros de Léry, ingénieur du roi : regard sur la Nouvelle-France », p. 89-93; [8] Note sur les travaux de Jean Mesnard sur Robert Challes intitulée « Autobiographie : Robert Challes entre fiction et autobiographie », p. 95-96; [9] Bernard Émont, « la Fiction en Nouvelle-France : du récit dramatisé à la fiction romanesque » (sur la relation d'Emmanuel Crespel et les romans de Claude Lebeau et d'Alain-René Lesage (les Aventures de Beauchêne), p. 97-112; [10] Dorothea Scholl, « D'une topologie des rêves à une typologie des écrits de la Nouvelle-France », p. 115-134; [11] Christian Desplat, « Lahontan, philosophe utopiste, précurseur des « Lumières » ou colonisateur éclairé ? », extraits de son article de 2006, par B. Baritaud, p. 135-151; [12] Gilbert Pilleul, « les Écrits de Pierre Boucher en Nouvelle-France : imaginaire et utopie », p. 153-160; [13] Alain Dubos, « De la source au verre, ou comment utiliser un faux pour romancer la vérité : réflexions sur l'utilisation par un romancier du (faux) journal d'un corsaire (Jean Laffite) », p. 161-164; [14] Aurélien Boivin, « la Présence de la Nouvelle-France dans le roman québécois contemporain », p. 165-185; [15] Alain Ripaux, « Du service postal à la philatélie de la Nouvelle-France », p. 179-185.

      Comme il s'agit d'une publication qui dépend des organismes gouvernementaux, soit en particulier la Délégation du Québec à Paris, il est peut-être attendu que le cahier n'ait pas pu avoir droit à une correction d'épreuves adéquate.

2009, « Ils l'appelaient Nouvelle-France... » : mythes et rêves fondateurs de l'Amérique française, introduction à la Nouvelle-France, actes des journées d'étude de Paris, 21-24 mai 2008, Groupe de recherche sur les écrits canadiens anciens, édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), 304 p. [1559

      Sommaire des études littéraires sur la Nouvelle-France. [1] Bernard Émont, « Pour une typologie des mythes fondateurs » et « "Fonder des républiques chrétiennes et françaises en un monde nouveau" : quelques utopies fondatrices d'après Marc Lescarbot », p. 59-70 et 71-100; [2] Bernard Émont, « Une citée idéale pour la Nouvelle-France : la Ludovica de Champlain », p. 101-112; [3] Kathrin Ashbacher, «  Mythologie et pragmatisme dans les écrits de Gabriel Sagard et de Paul Lejeune », p. 113-129; [4] Marina Zito, « Songes et ravissements de Marie de l'Incarnation », p. 131-140; [5] Catherine Broué, « l'Appropriation rhétorique de la figure de l'Amérindien dans la correspondance de Cavelier de La Salle », p. 207-219; [6] Dorothea Scholl, « le Baptême du "Bon Sauvage" », p. 221-244.

2009, Lecture inédite de la modernité aux origines de la Nouvelle-France : Marie Guyart de l'Incarnation et les autres fondateurs religieux, actes du colloque du Centre d'études Marie-de-l'Incarnation (CEMI), 29 septembre - 3 octobre 2008, édition de Raymond Brodeur, Dominique Deslandres et Thérèse Nadeau-Lacour, Québec, Presses de l'Université Laval, 478 p. [1560

      Sommaire. [1] Jean-Robert Armogathe, « la "Subjectivité" dans les contextes spirituels et philosophiques du XVIIe siècle », p. 11-24; [2] Thérèse Nadeau-Lacour, « Marie Guyart, une femme dans tous ses états », p. 25-60; [3] Isabelle Landy-Houillon, « l'Émergence du "je" dans les écritures croisées de Marie de l'Incarnation et de Claude Martin, son fils », p. 61-73; [4] Pamela Park, « Marie de l'Incarnation, porteuse de la culture de son temps », p. 75-83; [5] Monique Dumais, « Émergence d'affirmation identitaire chez des femmes mystiques », p. 85-93; [6] Chantal Théry, « les Audaces "laïque" et "féminine", "moderne" et "postmoderne" », p. 95-109; [7] Dominique Deslandres, « l'Utopie mystique et les tracas de la fondation de la Nouvelle-France », p. 113-130; [8] Françoise Deroy-Pineau, « Réseaux sociaux et construction de ponts transocéaniques par Marie Guyard de l'Incarnation », p. 131-142; [9] Adina Ruiu, « Aller vers un monde inconnu : les jésuites français et les missions en Nouvelle-France et dans l'Empire ottoman au XVIIe siècle », p. 143-155; [10] Gilles Routhier, « les Parallèles entre "l'esprit post-tridentin" et "l'esprit post-Vatican II" », p. 157-166; [11] Jean-Pierre Gutton, « Soigner et éduquer : transferts, hésitations et intuitions chez Marie de l'Incarnation », p. 169-180; [12] Lorraine Caza, « Marie de l'Incarnation à Québec, Marguerite Bourgeoys à Montréal, une même passion pour Dieu et pour l'éducation, dans des cadres différents », p. 181-213; [13] Catherine Fino, « D'hier à aujourd'hui : le souffle inspirant des politiques de santé et d'éducation », p. 215-228; [14] Carmelle Bisson, « Soigner dans les débuts du XVIIe siècle en Nouvelle-France », p. 229-239; [15] Raymond Brodeur, « Enseigner en Nouvelle-France au début du XVIIe siècle », p. 241-250; [16] Cécile Dionne, « l'Action éducative de Marie Guyart : une pédagogie de l'Être et du Coeur », p. 251-258; [17] Thomas De Koninck, « le Désir de reconnaissance et l'amitié », p. 261-272; [18] Jacques Audinet, « Faire société avec les autres », p. 273-295; [19] Jacques Racine, « Comment concilier la reconnaissance de l'autre et l'appel à la conversion ? », p. 297-307; [20] Gilles Drolet, « le Projet des jésuites en Nouvelle-France », p. 309-331; [21] Frédéric Laugrand, « De la rencontre au dialogue entre sujets : conversion, inculturation et indigénisation du christianisme chez les peuples du Grand Nord », p. 333-348; [22] Louis-Jacques Dorais, « Du salut des âmes au sauvetage identitaire : Jean de Brébeuf et ses émules au service de la spiritualité huronne préchrétienne », p. 349-354; [23] Alexandra Pleshoyano, « Léonard Cohen et Catherine Tekakwitha : les Perdants magnifiques et les Exercices spirituels d'Ignace de Loyola », p. 355-376; [24] Bernard Peyrous, « Vocation et mission chez Marie de l'Incarnation », p. 379-401; [25] Vincent Siret, « l'Expansion missionnaire au siècle des âmes », p. 403-413; [26] Pierre-René Côté, « Quatre déplacements provoqués par l'étranger », p. 415-422; [27] Thierry Barbeau, « l'Expérience mystique, sommet de l'émergence du sujet chez Marie de l'Incarnation, ou la dynamique du mariage spirituel », p. 423-446; [28] Rita Gagné, « la "Pente" vers la charité chez Marie Guyart de l'Incarnation », p. 447-455; [29] Yvette Côté, « Mystique nuptiale et mystique apostolique d'hier à aujourd'hui », p. 457-466. Suivent les résumés des articles, p. 467-477.

2009, « Nouvelle-France : fictions et rêves compensateurs », édition de Marie-Christine Pioffet, Tangence, no 90, 163 p. [1561

      Sommaire. [1] Marie-Christine Pioffet, « Liminaire : regards obliques sur la Nouvelle-France », p. 5-23; [2] Isabelle Lachance, « la Coppie d'une lettre envoyée de la Nouvelle France, ou Canada (1609) : la fiction épistolaire au service de la politique missionnaire jésuite ? », p. 25-35; [3] Marie-Christine Pioffet, « Nouvelle-France ou France nouvelle : les anamorphoses du désir », p. 37-55; [4] Catherine Broué et Mylène Tremblay, « Du fleuve Saint-Laurent vers la Chine au XVIIe siècle : quand l'imaginaire se fraye un passage », p. 57-69); [5] Rémi Ferland, « Rêver la Nouvelle-France au XIXe siècle » (Pierre et Amélie d'Édouard Duquet, Une horrible aventure de Vinceslas-Eugène Dick et Nicolas Perrot ou les Coureurs des bois sous la domination française de Georges Boucher de Boucherville), p. 71-87; [6] Hélène Destrempes, « Mise en discours et médiatisation des figures de Jacques Cartier et de Samuel de Champlain au Canada français dans la seconde moitié du XIXe siècle », p. 89-106; [7] Vincent Masse, « l'Amérindien "d'un autre âge" dans la littérature québécoise au XIXe siècle », p. 107-133; [8] Guy Poirier, « la Nouvelle-France, le temps d'un premier jardin » (sur Premier Jardin d'Anne Hébert, 1988), p. 135-146; [9] Annexe : M. Descombes ou sieur de Combes, Coppie d'une lettre envoyée de la Nouvelle France, Lyon, Léon Savine, 1609, ii-16 p., édition d'Isabelle Lachance, p. 147-156.

[2010], Lettres d'outre-océan ou le Canada ancien au miroir de sa correspondance, actes de la quatrième journée d'étude du GRECA, Paris, maison de la Sorbonne, 3 octobre 2009, « Art et pratique de la correspondance en Nouvelle-France », édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), s.d., 199 p. [1562

      Sommaire. [1] Geneviève Haroche-Bouzinac, « Avant-propos : le Lien épistolaire », p. 3-8; [2] Bernard Émont, « Liminaire : Lettres d'outre océan ou le genre épistolaire en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles », p. 9-22; [3] Alain Ripaux, « les Postes en Nouvelle-France et au Canada », p. 19-22; [4] Éric Thierry, « les lettres acadiennes de Marc Lescarbot », p. 23-32; [5] Marina Zito, « Pour une histoire des premières nations : les Iroquois dans la correspondance de Marie de l'Incarnation », p. 33-40; [6] Nicolas Prévost, « Louis de Buade, comte de Frontenac, et sa correspondance en Nouvelle-France », p. 41-52; [7] Cyrille François, « les Nouveaux Voyages du baron de Lahontan, ou les Lettres d'un gentilhomme aventurier », p. 53-68; [8] Catherine Broué, « Secrets et rumeurs : quelques lettres de Cavelier de La Salle à ses associés », p. 69-88, [9] Anne-Sophie Troit, « le Récit par lettres, ou l'art de raconter un drame dans l'oeuvre du père Crespel », p. 89-102; [10] Bernard Baritaud, « Journal d'un voyage fait par ordre du roi, de François-Xavier Charlevoix : description par lettres de la Louisiane », p. 103-109; [11] Bernard Émont, « Entre lettres d'amour, journal et lettres-gazette : la correspondance d'Élisabeth Bégon (1748-1753) », p. 111-136; [12] Dorothea Scholl, « l'Épistolier comme moraliste : Jacob-Nicolas Moreau et les Lettres d'un François à un Hollandais au sujet des différends survenus entre la France et la Grande Bretagne, touchant leurs possessions respectives dans l'Amérique septentrionale », p. 137-146; [13] Paul Fraysse, « Louis Antoine de Bougainville (1729-1811) : lettres d'un Iroquois à sa chère mère », p. 147-158; [14] Odile Bordaz, « François-Charles de Bourlamaque (1722-1764), témoin et acteur de l'histoire de la Nouvelle-France », p. 159-180.

      Avec les années, la publication annuelle des actes du GRECA est toujours aussi défectueuse du point de vue de la correction d'épreuves. Les fautes et coquilles fourmillent. Mais chaque numéro, comme c'est le cas de celui-ci, est l'objet d'une « nouvelle découverte » au fil des lectures par les organisateurs et par les participants : les communications, parfois sans prétention, se présentent souvent comme des lectures préliminaires d'exposés d'histoire (littéraire). Et c'est tout à l'honneur du GRECA : il n'y a pas de raison que la littérature de Nouvelle-France soit réservée aux seuls travaux scientifiques de longue haleine.

2011, « À la recherche d'un signe oublié : le patrimoine latin du Québec et sa culture classique », édition de Jean-François Cottier, Tangence, no 92, 117 p. [1563

      L'essentiel du numéro est consacré à la Nouvelle-France et à ses oeuvres latines, soit quatre articles sur six. [1] Jean-François Cottier, « Écrits latins en Nouvelle-France (1608-1763) : premier état de la question », p. 9-26; [2] Haijo Westra, « Références classiques implicites et explicites dans les écrits des jésuites sur la Nouvelle-France », p. 27-37; [3] John E. Bishop, « Qu'y a-t-il de si drôle dans la chasse au canard ? Ce que les ouvrages linguistiques nous disent de la rencontre entre les jésuites et les Nehiraw-Iriniw », p. 39-66; [4] Amélie Hamel, « les Historiae Canadensis (1664) du père François Du Creux: enjeux et problèmes littéraires », p. 67-82.

2011, De l'Orient à la Huronie : du récit de pèlerinage au texte missionnaire, édition de Guy Poirier, Marie-Christine Gomez-Géraud et François Paré, Québec, Presses de l'Université Laval, xii-308 p. [1564

      Sommaire des articles consacrés en tout ou en partie à la Nouvelle-France. [1] Claude La Charité, « Rabelais en Huronie : les paroles gelées, dégelées, regelées », p. 19-29; [2] Frank Lestringant, « le Tropisme du martyre dans les relations jésuites en Nouvelle-France », p. 77-88; [3] Isabelle Lachance, « les "Morts précieuses" dans les écrits des jésuites de la Nouvelle-France : usages, valeurs et temporalité », p. 89-102; [4] Timothy G. Pearson, « "Nous avons esté fait un spectacle aux yeux du monde" : performance, texte et création des martyrs au Canada (1642-1652) », p. 103-122; [5] Adrien Paschoud, « Réécritures hagiographiques : Jean-Joseph Surin et Mathias Tanner, lecteurs des Relations jésuites de la Nouvelle-France », p. 123-135; [6] Yvon Le Bras, « les Relations du père Jean de Brébeuf en Huronie : écriture missionnaire et ethnographie », p. 139-148; [7] Marie-Christine Pioffet, « le Discours missionnaire comme scénographie d'un échange imaginaire entre serviteurs du Christ et Indiens d'Amérique », p. 149-164; [8] Johanne Biron, « les Livres que les missionnaires de la Compagnie de Jésus ont apportés avec eux en Nouvelle-France : écrire l'histoire d'une bibliothèque jésuite », p. 165-184; [9] Nathalie Freidel, « Écriture de mission, mission de l'écriture : la correspondance de Marie de l'Incarnation », p. 185-198; [10] Pierre Berthiaume, « Enquête au Labrador » [mémoires d'Antoine-Denis Raudot], p. 199-211; [11] Andreas Motsch, « la Chine et la Nouvelle-France comme laboratoire du savoir : l'impasse du figurisme et la stratégie missionnaire jésuite », p. 215-227.

2011, Éditer la Nouvelle-France, édition de Grégoire Holtz et Andreas Motsch, Québec, Presses de l'Université Laval, 258 p. [1565

      « L'idée de ce livre a pris naissance lors du "44th conference on editorial problems / 44e atelier sur les problèmes de l'édition" que nous avons organisé les 7 et 8 novembre 2008 à l'Université de Toronto sous le même titre [...]. Ainsi, ce livre est composé pour moitié d'articles retravaillés après l'atelier et pour moitié de propositions indépendantes » (p. 10).

      Sauf son introduction et l'article d'Andréanne Vallée, le recueil ne traite pas des questions relatives à l'édition des textes de la Nouvelle-France (en dépit de son titre et du sous-titre de la seconde partie). Et l'étude de Marie-Christine Gomez-Géraud est la seule à porter sur les réalisations éditoriales d'un texte ou d'un auteur (en l'occurrence les relations des voyages de Cartier). Il s'agit plutôt d'une série d'articles par des auteurs qui ont déjà réalisé des éditions dans le domaine ou qui en préparent (certains depuis quarante ans).

      Sommaire. [1] G. Holtz et A. Motsch, « Introduction : éditer la Nouvelle-France », p. 1-15. Partie I, « Comment lire les écrits de la Nouvelle-France ? - Discours, savoirs et transferts culturels » : [2] Normand Doiron, « le Cabinet de M. Bégon : l'édition critique et les limites de l'interprétation », p. 19-31; [3] Robert Melançon, « la Nouvelle-France et la littérature », p. 33-46; [4] Georges Tissot, « Une histoire théologique des religions : Jean-François Lafitau », p. 47-63; [5] Jean-Claude Laborie, « Du Tupi au Huron : quelques éléments pour une circulation des modèles missiologiques jésuites au nouveau monde », p. 65-82; [6] Vincent Masse, « les "Sept hommes sauvages" de 1509 : fortune éditoriale de la première séquelle imprimée des contacts franco-amérindiens », p. 83-106. Partie II, « Comment rééditer un texte de la Nouvelle-France ? - Choix éditoriaux et méthodologiques » : [7] François-Marc Gagnon, « Éditer la Nouvelle-France en images : le cas de l'ornithologie du Codex canadensis », p. 109-130; [8] Marie-Christine Gomez-Géraud, « Annoter les Relations de Jacques Cartier : voyage au pays des marges », p. 131-149; [9] Germaine Warkentin, « Radisson édité par l'abbé Bernou : les prétendues "Pétitions" de 1677 et 1681 », p. 151-175; [10] Pierre Berthiaume, « Relation par Lettres de l'Amérique septentrionale : chronique d'un échec annoncé », p. 177-197; [11] Andréanne Vallée, « Éditer les Avantures de Claude Lebeau en Nouvelle-France », p. 199-215. Bibliographie. Index.

2012, « la Littérature de voyage », édition de Grégoire Holtz et Vincent Masse, Arborescences (revue d'études françaises), Toronto, vol. 1, no 2. [1566

      La moitié des articles de ce numéro sur la littérature de voyage porte sur la Nouvelle-France. En voici la table des matières. S'agissant d'une publication électronique (sur Érudit : < erudit.org >), l'ouvrage n'est pas paginé, chaque article ayant sa pagination propre en format pdf. « Introduction » : [1] Grégoire Holtz et Vincent Masse, « Étudier les récits de voyages : nouveaux questionnements, nouveaux enjeux », 30 p. - I. — « Transfert culturels » : [2] Robin Beuchat, « Échange interculturel et transfert de représentations : sur les portraits turcs de Paolo Giovio », 16 p.; [3] Pierre Berthiaume, « l'Impossible Altérité », 18 p.; [4] Oumelbanine Zhiri, « Voyages d'Orient et d'Occident : Jean Léon l'Africain et Ahmad al-Hajarî dans la littérature de voyage », 15 p. - II — « Écritures du voyage » : [5] Camelia Sararu, « l'Écriture du voyage par procuration dans la Relation nouvelle et singuliere du royaume de Tunquin de Jean-Baptiste Tavernier : enjeux d'une sublimation », 15 p.; [6] Philip John Usher, « Du viatique à l'épique : l'épyllion américain de Marc Lescarbot », 13 p. - III — « Mémoires du voyages » : [7] Adrien Paschoud, « Aborder les relations jésuites de la Nouvelle-France (1632-1672) : enjeux et perspectives », 11 p.; [8] Sébastien Côté, « Leiris, Léry et Sagard : la mémoire coloniale survit-elle au voyage ? », 21 p.

*2015, « Scénographies du voyage en Nouvelle-France et en Europe (XVIe-XVIIIe siècles) », actes du colloque Scénographies du voyage en Nouvelle-France et en Europe, Cercle interuniversitaire d'étude sur la république des lettres, édition de Thierry Belleguic et Isabelle Bour, Québec, Université Laval, 20-21 septembre 2012, à paraître : Paris, Herman (coll. « La république des lettres »). [1567

      Six des dix-huit communications portaient sur la Nouvelle-France : [1] Andreas Motsch, « l'Encyclopédisme ou la Fin du voyage »; [2] Nicolas Hebbinckuys, « Raconter le voyage dans la Nouvelle-France des vaines tentatives : perceptions, impressions, anticipations et descriptions »; [3] Myriam Marrache-Gouraux, « Poétiques de la trace chez Champlain »; [4] Isabelle Lachance, « Poutrincourt sur le théâtre de la Nouvelle-France »; [5] Amandine Bonesso, « Du fond de l'âme au bout du monde : les expériences extrêmes du voyage chez Marie de l'Incarnation »; [6] Marc-André Marchand, « la Figure du voyageur dans le Nouveau Voyage (1698) de Louis Hennepin et le Journal historique (1713) de Henri Joutel : l'exemple équivoque de Cavelier de La Salle ».

5.   Ouvrages et articles

5.1   Thèmes généraux

5.1.0   Langue, grammaire et stylistique

2000, Marthe Faribault, « l'Emprunt amérindien en français de Nouvelle-France : solutions de quelques problèmes d'étymologie », Français du Canada -Français de France, actes du 5e colloque international de Bellême, 5-7 juin 1997, édition de Marie-Rose Simoni-Aurembou, Tübigten, Max Niemeyer (coll. « Canadiana romanica », no 13), p. 137-152. [1568

2003, Bernard Combettes, éditeur, Évolution et variation en français préclassique, études de syntaxe, Paris, Champion, 325 p. [1569

      Sommaire. [1] Gilles Siouffi, « le Regard des grammairiens », p. 19-67; [2] Jean-Pierre Seguin, « Enchaînement et usage du point », p. 69-137; [3] J. Baudry, « les Syntagmes nominaux coordonnés par et », p. 139-169; [4] Bernard Combettes, « Variation dans la structure du syntagme verbal », p. 171-210; [5] Michel Glatigny, « les Relatifs », p. 211-270; et [6] Isabelle Landy-Houillon, « les Constructions détachées », p. 271-313.

      Cet ouvrage n'aurait évidemment aucun rapport avec la Nouvelle-France littéraire si le corpus retenu à titre privilégié pour évaluer la syntaxe du français préclassique n'était constitué des Singularitez de Thevet (1558), de l'Histoire d'un voyage de Léry (1580), de Des sauvages de Champlain (1603), de la Relation de 1616 de Biard — avec aussi le Voyage de Hierusalem de Nicolas Benard (1621) —, de la Relation de 1626 de Charles Lalemant, de la Relation de 1632 de Lejeune, ainsi que de la Relation de 1635 de Brébeuf. Évidemment, nous savions tous que de Léry à Brébeuf, et même au-delà, nous n'étions pas encore tout à fait en français classique, tandis que nous n'étions évidemment plus en moyen français, celui de Rabelais (quoique, avec Pierre Biard, nous en sommes encore assez proche). Les travaux publiés par Bernard Combettes nous permettront maintenant de situer correctement la langue de ces ouvrages populaires à l'aube du Grand Siècle.

2007, Amélie Hamel, Analyse lexicale de l'HNF de Marc Lescarbot. Voir plus bas au no 2274. [1570

5.1.1   Panoramas, exposés bibliographiques

1957, Victor Barbeau, « Des sentiments de l'élite intellectuelle à l'endroit de la Nouvelle-France », Cahiers de l'Académie canadienne-française, vol. 2, p. 135-165. [1571

    L'image de la Nouvelle-France dans la littérature française ou plutôt chez les grands auteurs français (Montaigne, Rabelais, Marguerite de Navarre, Saint-Simon, Rousseau, Diderot, Montesquieu et Voltaire). On peut convenir que la colonie française occupe bien peu de place dans leurs oeuvres et qu'elle est présentée plutôt défavorablement. Il faut savoir que l'article se trouve dans un numéro des Cahiers sur la Conquête présenté par Lionel Groulx sous le titre de sa contribution, « La France a-t-elle perdu ou abandonné le Canada ? » (articles de Lionel Groulx, Marcel Trudel, Guy Frégault, Michel Brunet, Claude Galarneau, Victor Barbeau et Jean Bruchésie).

2005, Gilbert Pilleul, « le Discours sur la Nouvelle-France et son évolution », Mémoires de Nouvelle-France : de France en Nouvelle-France, actes des premières rencontres de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs, Poitiers et La Rochelle, 2001, édition de Philippe Joutard et Thomas Wien, Presses de l'Université de Rennes, 392 p., p. 133-143. [1572

      À partir d'une évaluation globale du corpus des écrits de la Nouvelle-France, l'auteur tente de dégager l'image que la France pouvait se faire de sa colonie au cours de trois grandes étapes de son développement. Il poursuit la réflexion de Victor Barbeau répertoriée ci-dessus.

2010, COTTIER, Jean-François, « Écrits latins en Nouvelle-France (1608-1763) : premier état de la question », Tangence, no 92, « À la recherche d'un signe oublié : le patrimoine latin du Québec et sa culture classique », édition de J.-F. Cottier, 117 p., p. 9-26. [1573

5.1.3   Description

1997, BROUÉ, Catherine, et Gaston Desjardins, « À contre-courant : le Saint-Laurent des récits de voyage, entre Cartier et Charlevoix », Folklore canadien, vol. 19, no 2, p. 63-75. [1574

2005, CHAFFRAY, Stéphanie, « Corps, territoire et paysage à travers les images et les textes viatiques en Nouvelle-France », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 59, nos 1-2 (été-automne), p. 7-52. [1575

5.1.6   Écrits des femmes, écriture féminine

1994, THÉRY, Chantal, « Nouvelle-France (Canada français) : femmes de lettres », article du Dictionnaire universel des littératures, édition de Béatrice Didier, Paris, Presses universitaires de France, vol. 2, p. 2602. [1576

2001, ROY, Julie, « les Aventures de l'utopie féministe au Québec : des Amazones à l'ange du foyer (1639-1839) », Utopies en Canada (1545-1845), édition de Bernard Andrès et Nancy Desjardins, Université du Québec à Montréal (coll. « Figura »), 2001, 193 p., p. 35-69. [1577

2003, DESLANDRES, Dominique, « In the shadow of the cloister : representations of female holiness in New France », Colonial Saints : discovering the holy in the Americas (1500-1800), édition d'Allan Greer et de Jodi Bilinkoff, New York et Londres, Routledge, 317 p., p. 129-152. [1578

      L'historienne (mais il s'agit, il faut en convenir, d'histoire événementielle et factuelle) réussit encore le tour de force de présenter côte à côte des vocations et des vies de religieuses sans jamais prendre en compte les diverses spiritualités en cause, ce qui était ici d'autant plus difficile qu'il s'agissait de sainteté.

2003, ROY, Julie, Stratégies épistolaires et écritures féminines : les canadiennes à la conquête des lettres (1639-1839), doctorat en études littéraires, Université du Québec à Montréal, 868 p. [1579

2006, THÉRY, Chantal, De plume et d'audace : femmes de la Nouvelle-France, Montréal et Paris, Triptyque et le Cerf, 264 p. [1580

      De cet essai, les chapitres suivants pourraient être inédits : [5] « la "Vie de rêve" de Marie de l'Incarnation, pleine d'audace », p. 95-108; [7] « Des femmes de plume et de tête », p. 121-134; [11] « Des vocations d'enseignantes et d'exégètes », p. 179-196; et [14] « Marie Tranchepain de Saint-Augustin, ou l'art de la réplique », p. 233-237, et annexes : correspondance de Marie Tranchepain avec l'abbé Raguet, p. 239-244.

      Le sommaire complet se trouve au no 1556.

      Le chapitre 7 s'ouvre par une réaction d'humeur à un article journalistique de 1990 (ce que ne méritait évidemment pas le pauvre Jean-Éthier-Blais, ayant le simple malheur de citer Madame). Cela devrait le dater (je parle de l'article, et non de son féminisme). Je n'ai pas trouvé d'antécédents aux chapitres 5 et 14.

2006, THÉRY, Chantal, « Entre le mal du pays et prendre pays », De plume et d'audace : femmes de la Nouvelle-France, Montréal et Paris, Triptyque et le Cerf, 264 p., p. 53-80. — Rééd. sous un nouveau titre de l'article de 1991, rééd. 1992, bg. 549. [1581

2006, THÉRY, Chantal, « Femme, pouvoir et imaginaire », De plume et d'audace : femmes de la Nouvelle-France, Montréal et Paris, Triptyque et le Cerf, 264 p., p. 109-120. — Il s'agit d'une rééd. sous un nouveau titre de l'article de 1990, bg. 548. [1582

2006, THÉRY, Chantal, « Humbles et héroïques », De plume et d'audace : femmes de la Nouvelle-France, Montréal et Paris, Triptyque et le Cerf, 264 p., p. 81-94. — Rééd. sous un nouveau titre de l'article de 1992, bg. 550. [1583

5.1.6 bis   La figure de l'Habitant

2002, DÉPATIE, Sylvie, « ¿ el Ser más independiente del mundo ? la construcción del arquetipo del habitant canadiense », el Discorso colonial : construcción de una diferencia americana, édition de Catherine Poupeney Hart et Albino Chacón Gutiérrez, Heredia (Costa Rica), Editorial Universidad Nacional, 358 p., p. 189-221. [1584

5.1.6 tertio   La figure du Coureur des bois

2005, WIEN, Thomas, « Vie et transformation du coureur de bois », Mémoires de Nouvelle-France : de France en Nouvelle-France, actes des premières rencontres de la Commission franco-québécoise des lieux de mémoire communs, Poitiers et La Rochelle, 2001, édition de Philippe Joutard et Thomas Wien, Presses de l'Université de Rennes, 2005, 392 p., p. 179-186. [1585

2008, HAVARD, Gilles, « Virilité et "ensauvagement" : le corps du coureur de bois (XVIIe et XVIIIe siècles) », Clio : histoire, femmes et sociétés (Toulouse, Presses universitaires du Mirail), no 27, p. 57-74. [1586

5.1.7   Indiens, Amérindiens

Voir la section consacrée à l'histoire des idées (chap. 4, section 3).

2002, LAFLÈCHE, Guy, « le Festin des esclavagistes », chronique «la Nouvelle-France des études littéraires », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 32 (2002), no 1 (avril), p. 102-107, et 2 (septembre), p. 125-131. [1587

      C'est l'analyse lexicale et l'explication de texte qui servent à prouver que les Amérindiens de Nouvelle-France n'ont jamais eu d'esclaves et que leurs captifs de guerre n'ont jamais été soumis à l'esclavage, contrairement à la thèse esclavagiste qui commence à se répandre en anthropologie (Starna et Watkins, Viau, Testart).

2003, PIOFFET, Marie-Christine, « le Scythe et l'Amérindien : esquisse d'une ethnologie comparée dans les textes de la Nouvelle-France », Études canadiennes, no 56, p. 207-221. [1588

      En réalité, l'analyse montre qu'on ne trouve que six comparaisons (dont quatre dans des énumérations) entre les Scythes d'Hérodote et les « Iroquois » dans tous les écrits de la Nouvelle-France. Et comparaison n'est d'ailleurs pas le mot, la désignation étant plutôt un très vague attribut. Mais le plus extraordinaire est que les deux premières occurrences sont négatives, Lescarbot disant que les Micmacs ne sont pas anthropophages comme les Scythes, d'où un long exposé du cannibalisme des Iroquois selon les jésuites, comme si les missionnaires avaient jamais fait cette comparaison. — C'est l'invention du thème des Scythes en Nouvelle-France.

2004, PAIVA DE ABREU, Cristina, « le Corps de l'Indienne dans les récits des XVIe et XVIIe siècles : pour une approche sémiotique du corps dans les premiers textes écrits sur le Brésil », Des femmes : images et écritures, édition d'Andrée Mansau, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (coll. « Interlangues, littératures »), 260 p., p. 203-209. [1589

2006, CHAFFRAY, Stéphanie, le Corps amérindien dans les relations de voyage en Nouvelle-France au XVIIIe siècle, thèse de doctorat, Québec et Paris, Université Laval et Sorbonne (Université de Paris IV), xvii-392 p. [1590

      Le titre de la thèse est métonymique, voire métaphorique : le « corps » amérindien désigne ici la corporalité. La thèse étudie successivement la mise en situation du corps dans le paysage américain (chap. 3) avec sa représentation (4) dans l'iconographie, le vêtement (5), la nourriture (6), le scalp (7) et, son chapitre certainement le plus percutant, le supplice archaïque (8). Sur cette dernière question, l'auteure aurait eu avantage à réserver le mot supplice aux traitement des captifs amérindiens et le mot torture à la justice européenne : les deux opérations sont certainement aussi terribles, mais elles ont des finalités incomparables, notamment sur le sens de l'exécution qui peut s'ensuivre dans les deux cas (Jogues et Coutures, par exemple, ont été adoptés après avoir été suppliciés). Il est difficile d'expliquer pourquoi cette thèse remarquable est toujours inédite. Elle se consulte sur l'internet dans les fichiers de l'Université Laval.

2007, BRIAND, Catherine, « Scènes de rencontre dans les récits de voyage en Nouvelle-France : l'exemple de la relation de Pénicault » [il s'agit du charpentier naval André Pénicaut (1680-1736) dont l'auteure ne présente pas la relation de 1699-1721 (dictée alors qu'il a perdu la vue), éditée au vol. 5 de la collection de Pierre Margry, bg. 140], Regards croisés sur le Canada et la France : voyages et relations du XVIe au XXe siècle, actes des congrès de La Rochelle du 18 au 23 avril 2005, édition de Pierre Guillaume et Laurier Turgeon, Québec et Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques et Presses de l'Université Laval, 400 p., p. 239-259. [1591

2007, CHAFFRAY, Stéphanie, « l'Ironie macabre : les scènes de torture dans les récits de voyage en Nouvelle-France (1701-1763) », Regards croisés sur le Canada et la France : voyages et relations du XVIe au XXe siècle, actes des congrès de La Rochelle du 18 au 23 avril 2005, édition de Pierre Guillaume et Laurier Turgeon, Québec et Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques et Presses de l'Université Laval, 400 p., p. 213-237. [1592

2011, MASSE, Vincent, « les "Sept hommes sauvages" de 1509 : fortune éditoriale de la première séquelle imprimée des contacts franco-amérindiens », Éditer la Nouvelle-France, édition de G. Holtz et A. Motsch, Québec, Presses de l'Université Laval, 258 p., p. 83-106 [1593

      La toute première description de captifs amérindiens de Nouvelle-France conduits en Europe, en 1501, et ses avatars (1509, 1512, 1514, 1550, etc.).

5.1.8   Parole amérindienne

1998, BERTHIAUME, Pierre, « Babel, l'Amérique et les jésuites », la France-Amérique (XVIe-XVIIIe siècles), édition de Frank Lestringant, actes du 35e colloque des études humanistes, Paris, Champion (coll. « Travaux du Centre des études supérieures de la Renaissance de Tours : le savoir de Mantice », no 5), 613 p., p. 341-354. [1594

2003, VALERO PEÑA, Ana Isabel, Remarques sur la conscience linguistique dans les récits de voyages d'auteurs français en Nouvelle-France aux XVIe et XVIIe siècles, thèse de doctorat, Université de Barcelone. [1595

      Sommaire dans le Français dans le monde, no 337, janvier-février 2005, p. 70. Étudie la problématique de la conscience linguistique sous ses divers aspects. La thèse d'Ana Isabel Valero Peña devrait être bientôt publiée, mais on peut déjà en connaître l'orientation originale et les principaux acquis dans les articles qu'elle a fait paraître depuis 1999 déjà, d'autres étant sous presse :

——, « Voyages en Nouvelle-France : la langue de l'autre dans les textes francais », Anuari de filologia, filologia romanica (Universitat de Barcelona), vol. 21 (1998-1999), section G, no 9, 1999, p. 111-120. [1596

——, « les Langues amérindiennes dans l'évangélisation : apprentissage et résultats », actes du 68e congrès de l'ACFAS, colloque des jeunes chercheurs européens en littérature québécoise (AJCELQ), « le Québec et l'écrit », Montréal, 2000, à paraître. [1597

——, « l'Apparition de la langue de l'autre dans les récits de voyages : l'exemple de la Nouvelle-France », Regards sur la littérature québécoise, « Hommage à Gaston Miron », actes du troisième colloque des jeunes chercheurs europens en littérature quebecoise, édition de Hélène Amrit, Anna Giaufret-Harvey et Sergio Zoppi, Bulzoni Editore, Rome, 2001, p. 199-218. [1598

——, « le Pouvoir de la parole dans les relations franco-amérindiennes en Nouvelle-France au XVIIe siècle », Globe, revue internationale d'études québécoises, vol. 6, no 1, 2003, p. 151-169. [1599

——, « l'Empreinte occidentale en Nouvelle-France : l'exemple de la toponymie », le Québec au miroir de l'Europe, actes du Congrès Européen d'Études Québécoises, Paris, FIAP, à paraître. [1600

——, « Glosario de nuevas denominaciones incluidas en los relatos de viajes franceses en Nueva Francia (ss. XVI-XVII) », la Conciencia lingüística en Europa : testimonios de situaciones de convivencia lingüística (ss. XII-XVIII), vol. 2, à paraître. [1601

2004, BÉDARD, Nadyne, la Langue et la parole amérindienne dans les relations missionnaires de Paul Lejeune (1632-1636), mémoire de maîtrise, Université de Montréal. [1602

2011, PIOFFET, Marie-Christine, « le Discours missionnaire comme scénographie d'un échange imaginaire entre serviteurs du Christ et Indiens d'Amérique », De l'Orient à la Huronie : du récit de pèlerinage au texte missionnaire, édition de Guy Poirier, Marie-Christine Gomez-Géraud et François Paré, Québec, Presses de l'Université Laval, xii-308 p., p. 149-164. [1603

      Présentant les « dialogues » mis en scène par les jésuites dans leurs relations missionnaires, M.-C. Pioffet s'en tient aux évidences de lecture, très justement observées, mais elle n'entend jamais les Amérindiens qui s'y expriment pourtant clairement.

5.1.9   Récit de voyage en Nouvelle-France

1999, OUELLET, Réal, « Une littérature qui se donne pour réalité : la relation de voyage », la Relation de voyage, actes du séminaire de Bruxelles, édition de Madeleine Frédéric et de Serge Jaumain, Université libre de Bruxelles (Centre d'études canadiennes), p. 9-35. [1604

2001, LACHANCE, Isabelle, « le Statut de la fiction dans l'interprétation des voyages de la Renaissance : la fabula comme dispositif de l'historia », Frontières de la fiction, édition d'Alexandre Fefen et de René Audet, Québec, Nota Bene, et Presses universitaires de Bordeaux (coll. « Modernité », no 19), xv-435 p., p. 195-223. [1605

      S'opposant à Frank Lestringuant qui qualifie de « fiction » quelques fabulations de Thevet, l'historienne du genre littéraire tente de montrer à partir des relations de Thevet et de Lescarbot que la narration historique tient forcément de la fabulation, ce qui n'en fait pas nécessairement une fable.

2001, PIOFFET, Marie-Christine, « l'Épreuve de la traversée dans les relations de voyage en Nouvelle-France : entre réalité et fiction », Essays in french literature (Grawley, University of Western Australia), no 38, p. 129-157. [1606

2007, RENIER, Marie, « le Récit au service du vécu ou de l'imaginaire ? - Premiers Voyageurs en Nouvelle-France », Ethnologies, vol. 29, nos 1-2, p. 239-266. [1607

      Propose un bref parcours des récits des « voyageurs nomades » (les navigateurs), puis des explorateurs, jusqu'aux missionnaires « sédentaires », mettant en perspective la lointaine genèse de l'anthropologie. Son corpus rassemble principalement cinq auteurs : Cartier, Champlain, Sagard, Brébeuf et Lejeune.

2008, OUELLET, Réal, « Pour une poétique de la relation de voyage », Écrire des récits de voyage (XVe-XVIIIe siècles) : esquisse d'une poétique en gestation, actes du colloque de York University (Toronto) organisé par M.-C. Pioffet et Catherine Broué, édition de Marie-Christine Pioffet, avec la collaboration d'Andreas Motsch, Québec, Presses de l'Université Laval, 638 p., p. 17-40. [1608

      « Que conclure de cette incursion trop rapide dans la poétique de la relation de voyage ? » (p. 38). Il faut dire que le corpus concerne essentiellement et globalement toute la littérature narrative de Nouvelle-France et que « relation de voyage » désigne très approximativement des textes de ce corpus (où le mot « relation » se trouve généralement dans le titre !), de genres fort différents qui ne sont jamais définis.

2008, OUELLET, Réal, « Pour une poétique de la relation de voyage : l'encyclopédie du monde découvert », Aux confins de l'ailleurs : voyage, altérité, utopie, hommages offerts à Jean-Michel Racault, édition de Marie-Françoise Bosquet, Serge Meitinger et Bernard Terramorsi, Paris, Klincksieck, 396 p., p. 35-47. [1609

      En dépit de leurs titres, cet article est très différent du précédent, de la même année. Réal Ouellet étudie ici la représentation du nouveau monde, le monde découvert, confrontée à la description de la nouveauté. Il se confirme que l'auteur assimile la « relation de voyage » avec n'importe quel texte comprenant le mot « relation » dans son titre, voire n'importe quel texte narratif de/sur la Nouvelle-France. Cela dit, on tirera profit de l'article qui présente les diverses structures des « écrits de Nouvelle-France » proches des relations de voyages et, surtout, leurs sources livresques.

2009, WARWICK, Jack, « Imperial Design and travel writing : New France (1603-1636) », Travel Writing, form, and empire : the poetics and politics of mobility, édition P. Smethurst, New York, Routledge, vi-255 p., p. 53-64. [1610

      Le genre est présenté à partir de trois exemples significatifs par leur diversité : Lescarbot, Champlain et Sagard.

2010, ÉMONT, Bermard, « Liminaire : Lettres d'outre océan ou le genre épistolaire en Nouvelle-France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Lettres d'outre-océan ou le Canada ancien au miroir de sa correspondance, actes de la quatrième journée d'étude du GRECA, Paris, maison de la Sorbonne, 3 octobre 2009, « Art et pratique de la correspondance en Nouvelle-France », édition de Bernard Émont, Paris, Le Bretteur (coll. « Passage Nord-Ouest »), s.d., 199 p., p. 9-22. [1611

2010, OUELLET, Réal, la Relation de voyage en Amérique (XVIIe-XVIIIe siècles) : au carrefour des genres, Québec, Presses de l'Université Laval (coll. « Collections de la république des lettres », série « Études »), x-165 p. [1612

Note critique

      « La plus grande partie de ce livre reprend et réorganise plusieurs articles s'échelonnant sur une vingtaine d'années et consignés en bibliographie » (p. 7). Mais il ne faut pas s'y tromper : il ne s'agit nullement d'un recueil d'articles. En réalité, les articles correspondant aux sept chapitres, à l'introduction et à la conclusion sont donnés globalement dans leur bibliographies respectives, sans qu'il soit indiqué s'il s'agit de sources ou de références. Du point de vue bibliographique, il aurait été si simple d'indiquer clairement l'ordre des textes originaux en tête des notes de chacun des chapitres et d'en marquer les limites au fil du texte des chapitres qui en utilisent plusieurs. En confrontant quelques-uns de ces articles aux chapitres correspondant, je n'ai pas trouvé de textes simplement reproduits. Ils sont au contraire réécrits, généralement condensés (ce qui est heureux, car les articles étaient souvent des chapelets de citations commentées venant manifestement de l'enseignement oral), mais également précisés et développés, à la lumières des lectures ultérieures, notamment des oeuvres sur les Antilles ou l'Amérique méridionale.

      Dans cette somme fort bien organisée, et rédigés comme toujours avec Réal Ouellet dans un style clair et vivant, on trouve l'articulation des concepts aujourd'hui partout repris par les étudiants et nombreux disciples du professeur de l'Université Laval, notamment le fameux « pacte viatique » (avec ses variantes), l'amalgame toujours en équilibre de l'aventure et de l'écriture et surtout le problématique et emblématique concept d'« héroïsation », que Réal Ouellet est le premier à avoir utilisé pour désigner le fait d'être, à l'occasion, le personnage principal (le « héros ») du discours autobiographique. On trouve aujourd'hui partout cet amalgame dans les études littéraires sur la Nouvelle-France où les écrits sont très majoritairement homodiégétiques, voire autodiégétiques — il suffit d'être l'acteur, le « héros » de l'action pour en devenir ipso facto « héroïque » : Paul Lejeune raconte son épouvante au moment d'une tempête lors de sa traversée en 1632 (JR, 5: 12). Le professeur, qui ne doit pas avoir souvent traversé un simple lac en chaloupe lors de l'arrivée impromptue d'un orage, croit que Lejeune « fait d'une simple tempête en mer (sic) un micro-roman », et voit là, de sa part, un procédé rhétorique pour « s'héroïser à bon compte » (p. 46). Mais peu importe, même inadéquats, ces concepts pédagogiques scolaires étaient propres à susciter des vocations de nombreux chercheurs.

      On peut regretter que le sous-titre de l'ouvrage n'implique pas la définition préalable du genre de la « relation de voyage ». Paul Lejeune, par exemple, n'a écrit qu'une seule et unique relation de voyage, sa Relation de 1632. Aucune autre de ses lettres ou relations missionnaires, comme la plupart des RJNF, n'a rien d'un récit de voyage, le missionnaire n'étant pas en voyage en Nouvelle-France ! — Il est à l'étranger, ce qui n'est pas la même chose.

      En fait, il faut oublier le titre de l'ouvrage, qui lui vaut d'être classé anachroniquement ici, pour le rapprocher des grandes oeuvres de critique littéraire des textes narratifs de/sur la Nouvelle-France (Séraphin Marion et Gilbert Chinard), avec les célèbres travaux d'histoire littéraire (Auguste Viatte et Léopold LeBlanc), et de l'oeuvre critique de ses contemporains, Frank Lestringant et Michel Bideaux. À quoi il faut ajouter une très importante caractéristique : cet ouvrage est le produit (achevé) d'un enseignement essentiellement oral, celui du professeur et du conférencier.

5.1.10  Récit de voyage, étude du genre

1981, VIALA, Alan, « la Genèse des formes épistolaires en français et leurs sources latines et européennes : essai de chronologie distinctive (XVIe-XVIIe siècles) », Revue de littérature comparée, no 55, p. 168-183. [1613

2000, GOMEZ-GÉRAUD, Marie-Christine, Écrire le voyage au XVIe siècle en France, Paris, Presses universitaires de France (coll. « Études littéraires : recto-verso »), 128 p. [1614

      Introduction au genre du récit de voyage et à ses oeuvres les plus représentatives du XVIe siècle, où la Nouvelle-France occupe la place qui lui revient, avec les récits de Thevet, Léry, Cartier, Champlain, Lescarbot et Laudonnière. Le petit ouvrage se présente en deux volets, comme le veut la collection « Recto-verso », genèse et typologie du genre d'abord, approches linguistiques ensuite, ce qui est l'occasion d'une évaluation des dictionnaires, des lexiques et des vocabulaires exotiques dans l'univers littéraire du récit de voyage.

2004, LABOULAIS-LESAGE, Isabelle, « l'Usage des récits de voyage dans les dictionnaires de géographie du XVIIIe siècle : le cas des notices américaines », la Culture du voyage : pratiques et discours de la Renaissance à l'aube du XXe siècle, édition de Gilles Bertrand, Paris, L'Harmattan (coll. « Logiques historiques »), 296 p., p. 147-179. [1615

2005, MICHOU, Vassiliki, « le Récit de voyage : récit "à la première personne" », Essays in french literature (Grawley, University of Western Australia), no 42, p. 119-149. [1616

2006, HOLTZ, Grégoire, « le Stile nu des relations de voyages », le Lexique métalittéraire français (XVI-XVIIe siècles), édition de Michel Jourde et Jean-Charles Monterran, Genève, Droz, p. 165-185. [1617

2006, MELZER, Sara E., « the Relation de voyage : a forgetten genre of 17th-Century France », Relations and relationships in seventeenth-century french literature, actes du 36e congrès annuel de la North American Society for seventeenth-century french literature, Portland State University, 6-8 mai 2004, édition de Jennifer R. Perlmutter, Tübingen, Gunter Narr Verlag (coll. « Biblio 17 », no 166), 456 p., p. 33-52. [1618

2012, HOLTZ, Grégoire, et Vincent Masse, « Étudier les récits de voyages : nouveaux questionnements, nouveaux enjeux », Arborescences (Toronto), vol. 1, no 2, « la Littérature de voyage », édition de G. Holtz et V. Masse, publication électronique sur Érudit < erudit.org >, 30 p. [1619

      Le genre et les questions qu'il soulève pour les chercheurs actuels.

5.1.12  Littérature de la France atlantique, littérature coloniale de Nouvelle-France

2007, CHABOT, Victorin, « les Documents épistolaires en Nouvelle-France à l'époque de la guerre de Sept Ans », Archive épistolaire et histoire, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, édition de Lucia Bergamasco et Mireille Bossis, Paris, Connaissances et savoirs, 369 p., p. 93-98. [1620

2007, LITALIEN, Raymonde, « l'Outre-mer canadien : espace privilégié de l'archive épistolaire », Archive épistolaire et histoire, actes du colloque de Cerisy-la-Salle, édition de Lucia Bergamasco et Mireille Bossis, Paris, Connaissances et savoirs, 369 p., p. 79-92. [1621

2007, MELISSON, Céline, « les Officiers de Marine en Nouvelle-France : exemple des commissaires et contrôleurs de la Marine (1663-1763) », Regards croisés sur le Canada et la France : voyages et relations du XVIe au XXe siècle, actes des congrès de La Rochelle du 18 au 23 avril 2005, édition de Pierre Guillaume et Laurier Turgeon, Québec et Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques et Presses de l'Université Laval, 400 p., p. 117-137. [1622

5.2   Auteurs

TdM Présentation Errata/addenda Complementum Index TGdM