Les interventions du redoutable polémiste (nous le sommes tous) restent généralement sans réplique, malheureusement, ses victimes n'éprouvant pas le besoin qu'on mesure davantage la justesse de la critique et c'est bien dommage, cela nous permettrait de rire encore un peu, car si le polémiste est intervenu, c'est évidemment parce que ce n'était pas drôle du tout. La formule : polémique = réplique (pamphlétaire (sans réplique)).
L'éléphant de porcelaine L'arpenteuse du racisme La brouillonnologue de la CGMM Notre critique et sa poésie
Les fulminations de Dominique Deslandres, de René Latourelle et de Robert Toupin contre le « Mythe contemporain Laflèche »

Polémiques II

Guy Laflèche,
Université de Montréal

La Liste de lectures

La parole aux opposants et Réformateurs

      Après la compilation de cent questionnaires, je pense qu'il est permis de marquer une pause. Bien entendu, tous ceux qui ont suivi le cours FRA 1004 intitulé Programme individuel de lectures (et ses variantes des Sciences de l'éducation ou du Baccalauréat en Sciences humaines) sont toujours invités à y répondre. Mais je compilerai les réponses par tranches de cinquante, voire de cent, sauf si j'avais la conviction que les résultats se trouvaient modifiés, ce qui est bien improbable.

      Par ailleurs, inutile d'éditer encore les « Bonnes questions » et les « Commentaires spontanés ». On a tous compris que ceux qui répondent à cette consultation sont très majoritairement favorables au cours, voire même à son mode d'évaluation à l'aide de fiches.

      En revanche, je pense qu'il faut laisser toute la place aux critiques. Pour moi, il n'y a pas de « critique constructive », ni de bonnes ou de mauvaises critiques. La critique est juste ou elle ne l'est pas, et plus ou moins.

      On trouvera donc ci-dessous les commentaires négatifs des nouveaux répondants, à commencer par celui qui suit, l'intervention du répondant 111, le premier du département des études françaises à répondre A à la question 5 (pas nettement, il est vrai : « Considérez-vous que ce cours a été (a) inutile, (b) important ou (c) essentiel pour vous ? — Disons un mélange de (a) et de (b)... ». Voici ce premier commentaire critique. Les autres suivront au fur et à mesure que je les recevrai.


      ... Je ne suis pas pour l'abolition tout comme vous, mais je pense qu'il y a beaucoup de changement à apporter au cours d'Étude de textes (qui suit le cours de Lectures individuelles) et à la liste de lecture, et que si ces cours comportent quelques avantages pour l'apprentissage de l'étudiant en littérature, ils démontrent plusieurs faiblesses... — Considérez-vous que ce cours a été (a) inutile, (b) important ou (c) essentiel pour vous ? — Disons un mélange de (a) et de (b)... La liste a du potentiel, mais un étudiant a besoin d'un meilleur suivi que le cours Études de textes (FRA 1012) pour son apprentissage. Il est aussi très difficile de demander à un professeur de se « spécialiser » dans toutes les époques et tous les genres, ou a un élève de s'intéresser à ce qu'il connaît déjà (en effet, il est possible pour un élève de mettre sur sa liste un livre qu'il a déjà lu, pour aléger la charge) ou à ce qu'il sait ne pas s'intéresser (car il est obligé de répartir ses lectures dans toutes les époques - même celles qu'il connaît bien et pour lesquelles il n'éprouve aucun intérêt (la Grèce antique [par exemple]) — et dans tous les genres (heureusement, il n'a qu'à lire 4 ou 5 essais, ce qui n'est rien, mais il doit lire autant de poésie que de roman et de pièces de théâtre, ce qui est mortel pour certains). La liste de lecture, un plaisir ? Non, puisque l'élève ne choisit pas la moitié des livres qu'il lit. Un défi ? Non, parce qu'il n'a pas besoin d'approfondir ses lectures par d'autres lectures complémentaires et parce qu'il n'est pas obligé de faire une lecture « attentive » (j'ai lu beaucoup de livres « en diagonale » et cela n'a pas affecté ma note) et qui lui demanderait, avec 80 titres à lire et à se souvenir à l'examen final ? — (6) À votre avis, quelles questions importantes devrais-je ajouter à cette consultation ? — Peut-être devriez-vous demander si les élèves ont des suggestions, etc. Mais pour ma part, j'aime bien critiquer sans apporter de réponse ;-) — Si on évalue la Liste de lecture, il faudrait aussi évaluer le cours Étude de textes, qui est son inséparable... — J'espère vous avoir aidé un peu. — Petit commentaire : peut-être ne devriez-vous pas vous moquer des élèves qui fuient l'UdM à cause de la fameuse liste, ou de ceux qui font un sprint en fin de session. Très rares sont ceux qui n'ont pas passé un dernier mois infernal et sans sommeil... Je n'échappe pas à la règle. Cela est causé, évidement, par le manque de discipline des étudiants, mais aussi parce que rares sont ceux qui n'ont pas un travail à temps partiel hors des études et qui peuvent se consacrer totalement à la rédaction de fiches et à la lecture. Que dix heures de lecture par semaine, dites-vous ? Pensez aussi à la rédaction des fiches (chaque fiche me prenait de 1 à 2 heures à compléter) et aux autres cours que prend l'étudiant, qui lui demandent aussi beaucoup d'heures de lecture. La semaine d'un étudiant régulier au BAC en première année étant d'environ 15 heures de cours (5 cours par 3 heures) + 24 heures de travail environ (temps partiel — et nul besoin de dire que l'aide financière n'apporte jamais l'aide nécessaire pour que l'étudiant réduise ses heures de travail) + 10 heures de lecture + 1-2 heures de rédaction de fiches + autres travaux et lectures pour les autres cours = plus de 50 heures de travail obligé au total... Ce n'est pas pour rien que plusieurs quittent, que d'autres font des dépressions, etc. — rép.111.


Retour au fichier d'accueil

TdMTGdM