TdM RRR / Le Recueil des Récits de Rêve - Édition de Guy Laflèche TGdM

Texte précédent < Gérard de Nerval > texte suivant.

Introduction Auteurs OEuvres Chronologie


Aurélia, le premier rêve
Situation Localisation Notes Variantes Références Bibliographie

Gérard de Nerval, Aurélia, récit, 1855

      Un soir, vers minuit, je remontais un faubourg où se trouvait ma demeure, lorsque, levant les yeux par hasard, je remarquai le numéro d'une maison éclairé par un réverbère. Ce nombre était celui de mon âge. Aussitôt, en baissant les yeux, je vis devant moi une femme au teint blême, aux yeux caves, qui me semblait avoir les traits d'Aurélia (a). Je me dis : « C'est sa mort ou la mienne qui m'est annoncée ! ». Mais je ne sais pourquoi j'en restai à la dernière supposition, et je me frappai de cette idée, que ce devait être le lendemain à la même heure.

      Cette nuit-là, je fis un rêve qui me confirma dans ma pensée. — J'errais dans un vaste édifice composé de plusieurs salles, dont les unes étaient consacrées à l'étude, d'autres à la conversation ou aux discussions philosophiques. Je m'arrêtai avec intérêt dans une des premières, où je crus reconnaître mes anciens maîtres et mes anciens condisciples. Les leçons continuaient sur les auteurs grecs et latins, avec ce bourdonnement monotone qui semble une prière à la déesse Mnémosyne. — Je passai dans une autre salle, où avaient lieu des conférences philosophiques. J'y pris part quelque temps, puis j'en sortis pour chercher ma chambre dans une sorte d'hôtellerie aux escaliers immenses, pleine de voyageurs affairés.

      Je me perdis plusieurs fois dans les longs corridors, et, en traversant une des galeries centrales, je fus frappé d'un spectacle étrange. Un être d'une grandeur démesurée, — homme ou femme, je ne sais, — voltigeait péniblement au-dessus de l'espace et semblait se débattre parmi des nuages épais. Manquant d'haleine et de force, il tomba enfin au milieu de la cour obscure, accrochant et froissant ses ailes le long des toits et des balustres. Je pus le contempler un instant. Il était coloré de teintes vermeilles, et ses ailes brillaient de mille reflets changeants. Vêtu d'une robe longue à plis antiques, il ressemblait à l'Ange de la Mélancolie, d'Albrecht Dürer (1). — Je ne pus m'empêcher de pousser des cris d'effroi, qui me réveillèrent en sursaut.


Notes

(1) Peintre et graveur allemand (1471-1528). Melencolia I fut gravé en 1514. On l'interprète comme la synthèse entre la puissance intellectuelle et les dons techniques d'un art, malgré qu'il soit en proie à la mélancolie. Inspiré par les idées de Ficin, il serait une évocation de l'artiste, génie mélancolique, qui aspire en vain à l'absolu. Panofsky soutient la thèse qu'il serait un portrait spirituel de Dürer. Nerval reprendra ce symbole dans les Chimères.


Variantes

(a) Le prénom utilisé fut d'abord Aurélie, puis, selon Jacques Bony (Garnier Flammarion, 1990, p. 350), Nerval s'est appliqué à effacer tous détails explicitement biographiques. D'Aurélie et d'Adrienne, personnages historiques, un personnage fictif nommé Aurélia s'est ainsi imposé.


Références

Gérard de Nerval, OEuvres, texte établi, annoté et présenté par Albert Béguin et Jean Richer, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de la pléiade »), 1952, p. 361-362.

Édition originale

Gérard de Nerval, « Aurélia », Revue de Paris, (1er janvier 1855, pour la première partie, 15 février pour la seconde).

Éditions critiques

Gérard de Nerval, OEuvres, texte établi, annoté et présenté par Albert Béguin et Jean Richer, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de la pléiade »), 1952, p. 361-362, rééd. 1955, p. 365-366.

—, Sylvie, les Chimères, Aurélia, Paris, Bordas (coll. « Sélection littéraire Bordas »), 1967, p. 106-107 [édition commentée d'extraits, dont celui- ci].

—, Aurélia, éd. de Pierre-Georges Castex, Paris, SEDES, 1971, p. 26-27.

—, Aurélia [et autres oeuvres], éd. de Jacques Bony, Paris, Flammarion (coll. « GF-Flammarion »), 1990, p. 254-255.

—, Aurélia ou Le Rêve et la vie; les Nuits d'octobre; Petits Châteaux de Bohême; Promenades et souvenirs, préface et commentaire par Gabrielle Chamarat-Malandain, Paris, Pocket (coll. « Lire et voir les classiques »), 1994.


Situation matérielle

      Ce fragment se trouve au deuxième chapitre d'Aurélia (première partie).


Situation narrative

      Ce rêve suit un épisode particulièrement difficile pour le narrateur qui se voit déchiré entre deux amours, l'un profane, l'autre sacré. Cette séquence est considérée par plusieurs spécialistes comme la transposition fictive de la crise qui causa le premier internement de Nerval. Il est à noter que cette crise eut lieu en 1841 et que la majorité d'Aurélia fut composé entre 1853 et 1854 à la clinique du docteur Blanche.


Bibliographie

Canovas : 7, 24, 25, 31, 43, 45, 49, 86, 87, 90, 97.

Nicole Cabassu, « "En marge du rêve" : récits de rêves et récits de visions dans Aurélia », le Récit de rêve dans la littérature française moderne (XIXe et XXe siècles) : étude thématique et stlystique, thèse de doctorat inédite, Paris, Université de Paris IV/ Sorbonne, 1991, 2 vol., 366 p., p. 225-244.

Michel Crouzet, « La rhétorique du rêve dans Aurélia » dans Jacques Huré, Joseph Jurt et Robert Kopp (dir.), Nerval : une poétique du rêve, actes du colloque de Bâle, Mulhouse et Fribourg, 10-12 novembre 1986, Paris et Genève, Champion et Slatkine, 1989, p. 183-207.



Situation Localisation Notes Variantes Références Bibliographie
Table du présent fichier