TdM

Anthologie / corpus du récit de rêve

TGdM

Texte précédent < Julien Green > texte suivant.

Introduction Auteurs OEuvres Chronologie


Le premier rêve d'Hedwige
et sa suite
Situation Localisation Notes Variantes Références Bibliographie

Julien Green, le Malfaiteur, roman, 1955

      Se retournant sur le dos, elle (1) murmura : « huit heures de voyage ». Et ces mots prononcés d'une voix hésitante et altérée la surprirent comme si un inconnu lui eût parlé tout à coup à l'oreille. Elle porta la main à son épaule pour défaire sa robe et n'acheva pas plus tôt ce geste qu'elle tomba dans le sommeil.

      Elle rêva que des gens se bousculaient autour d'elle dans une vaste pièce obscure et sonore. Des paroles confuses, des injures lui étaient jetées au visage et elle se frayait à grand-peine un chemin à travers une foule hostile quand subitement elle se retrouva dans sa chambre et couchée sur son lit : « J'ai rêvé », pensa-t-elle en allumant la petite lampe de chevet. [...]

Droits d'auteur / Copyrights

Cette oeuvre n'est pas du domaine public et ce récit de rêve est trop long pour être reproduit comme une citation partielle de l'oeuvre dans le cadre d'une utilisation équitable pour fin d'analyse, de critique ou de recherche. Les premières et les dernières lignes du texte vous serviront à le localiser dans l'ouvrage : voyez les rubriques Références et Situation matérielle.

[...] Là s'arrêtaient ses souvenirs; quelque chose dans sa mémoire butait contre une sorte de mur; c'était comme si toute une partie de son être lui demeurait inaccessible et elle en éprouva un trouble secret. Elle ôta ses souliers et mit ses pantoufles avec le sentiment bizarre d'avoir rompu un charme, d'aller à droite alors qu'il aurait fallu se diriger à gauche, car à présent qu'elle était debout, tout s'effaçait du mystère entrevu et elle redevenait une jeune fille ignorante et étonnée qui désirait simplement le bonheur de ce monde.


      [...]

      Elle se laissa retomber sur son lit mais n'éteignit pas la lampe et se rendormit aussitôt. Dans son sommeil, elle vit un homme pauvrement vêtu qui lui souriait sans rien dire (4). Des heures passèrent, semblait-il, puis l'inconnu s'approcha du lit et se penchant sur Hedwige posa tendrement une main sur sa tête. Elle pleurait et se réveilla en larmes.


Notes

(1) Hedwige est l'héroïne de l'histoire. Elle vient d'apprendre (ce qui est faux) que le jeune homme dont elle est amoureuse s'établit à La Rochelle, soit à huit heures de train de la petite ville de province qu'elle habite, comme elle le murmure en s'endormant.

(2) Ulrique est la cousine d'Hedwige, réputée aussi bien pour ses belles manières mondaines que pour ses toilettes, et qui ne cesse d'humilier Hedwige à ce propos.

(3) Gaston Dolange est le jeune homme dont Hedwige est follement amoureuse.

(4) Vers la fin du roman, le lecteur doit comprendre que ces visions poursuivent et même expliquent le premier rêve d'Hedwige. Il ne s'agit pas d'un récit, comme on le voit, mais de deux visions, dont la seconde comprend quelques faits n'organisant pas d'autre séquence narrative que la « situation finale » (implicite) ou plutôt une nouvelle situation finale du récit de rêve initial.


Références

Julien Green, le Malfaiteur, Paris, Plon, 1955, p. 72-77 et 217.

Édition originale

Julien Green, OEuvres complètes, romans : le Malfaiteur, Paris, Plon, 1955, vol. 4.

Édition critique

Julien Green, OEuvres complètes : le Malfaiteur, éd. Jacques Petit, Paris, Gallimard (coll. « Bibliothèque de la pléiade »), 1972, vol. 3, p. 238-242 et 383.


Situation matérielle

      Le récit du rêve se trouve dans la première partie, fin du chapitre 4, dans les deux éditions. En revanche, la vision complémentaire, à la fin du roman, se situe aux environs des deux tiers du chapitre 6 de la deuxième et dernière partie de la première édition, ce qui correspond au chapitre 3 de la troisième et dernière partie de l'édition définitive.


Situation narrative

      L'histoire se déroule dans la maison des Vasseur, une riche famille de province. Ils sont hautains, prétentieux et ne pensent qu'à leur réputation. Ils hébergent un cousin âgé, Jean, un homosexuel amoureux d'un jeune homme qui le rejette et une autre cousine, la jeune Hedwige, chez eux depuis l'âge de dix ans. Orpheline, la jeune fille demeure chez les Vasseur et vit enjouée et insouciante jusqu'au jour où elle rencontre Gaston Dolange dont elle tombe follement amoureuse. Malheureusement, il s'avère que le jeune homme ne s'intéresse nullement à elle car il est également homosexuel; il s'agit en effet de l'homme que Jean aime. S'enfuyant à Naples car il est poursuivi par la police, Jean se suicide. Hedwige fera de même mais en ne sachant toujours pas clairement pourquoi Gaston Dolange lui est interdit, alors que tous autour d'elle connaissent son homosexualité.

      L'« Histoire d'Hedwige » vient à peine de commencer : sa cousine Ulrique lui a présenté le « petit » Gaston Dolange au cours d'une réception. Elle le trouve fort laid mais Ulrique n'a qu'un mot à dire pour qu'elle en tombe immédiatement amoureuse. Quelques temps après, pour tenter de réparer son erreur, sa cousine lui fait croire qu'il vient de quitter la ville pour s'établir à La Rochelle. Hedwige en est tellement bouleversée qu'elle s'endort ce soir-là avant même de se dévêtir, ayant encore ses chaussures aux pieds.


Bibliographie

Canovas : 23, 47.

FIELD, Trevor, « The litterary significance of dreams in the novels of Julien Green », Modern Language Review, Cambridge, 1980, no 75, p. 291-300 (curieusement, Field ne dit pas un mot des rêves de ce roman).



Situation Localisation Notes Variantes Références Bibliographie
Table du présent fichier