bg
bibliographie littéraire de la Nouvelle-France
TdM Présentation Errata/addenda Complementum Index TGdM
 
  Histoire littéraire de la Nouvelle-France  
 
bg

Bibliographie littéraire de la

NOUVELLE-FRANCE

Guy Laflèche

Bibliographie littéraire de la Nouvelle-France, Laval, Singulier (coll. « Les cahiers universitaires du Singulier », no 2), 2000, 252 p. 30 $. — Pour rejoindre l'éditeur : Singulier.info/sng.

L'ouvrage peut-être consulté sur Google / Recherche de livres.

C'est aux 1234 entrées de cette bibliographie que renvoie l'abréviation « bg. ».

Compte rendu critique de François Melançon, Cahiers de la Société bibliographique du Canada / Papers of the Bibliographical Society of Canada, vol. 42, no 2 (2004), p. 99-102. [1235

Table

  1. Histoire littéraire de la Nouvelle-France

  2. Complementum : bibliographie rétrospective II ( -2014)
  3. Errata et addenda
  4. Index
  5. Ressources sur la toile

P r é s e n t a t i o n

      Voici une bibliographie rétrospective, analytique et critique. La Bibliographie littéraire de la Nouvelle-France est un répertoire des textes narratifs sur l'Amérique française : les écrits coloniaux, les écrits sur la Nouvelle-France et en particulier les écrits des jésuites, qui font à eux seuls près de la moitié du corpus.

      Mais c'est également un guide bibliographique des études auxquelles ces textes ont donné lieu jusqu'à maintenant : bibliographie, histoire, histoire des idées, histoire religieuse et étude des spiritualités, ethnologie historique, anthropologie et acculturation, histoire et anthropologie des religions.

      L'objectif principal de l'ouvrage, comme son titre l'indique, est de dresser la liste complète des études littéraires des écrits de la Nouvelle-France.

      Si la bibliographie ne retient pas les comptes rendus, les études littéraires répertoriées le sont avec la plus grande ouverture possible, notamment pour les travaux anciens d'histoire ou de biographie où la méthode d'analyse était proche des travaux littéraires classiques (du genre « l'homme et l'oeuvre » ou, plus rarement, des études thématiques). Pour les travaux plus récents, ce sont les études d'histoire des idées et d'anthropologie qui utilisent souvent les méthodes de l'analyse textuelle (la stylistique, la sémiotique narrative et la sémiologie). Mais depuis quarante ans, on trouve de plus en plus de travaux sur les écrits de la Nouvelle-France qui se réclament exclusivement des études littéraires (tellement qu'il a fallu réagir contre la « fiction de la fiction », c'est-à-dire la tendance à oublier que les écrits de la Nouvelle-France sont tout le contraire des oeuvres produites par l'institution littéraire). C'est qu'avec le structuralisme, ou l'étude scientifique des oeuvres littéraires, de nouveaux objets d'étude sont apparus, puisque rien n'interdit de soumettre un document historique ou un reportage ethnologique aux méthodes de l'analyse littéraire (établissement du texte, analyse de ses sources, étude de sa genèse, puis études grammaticale, stylistique, narrative, thématique, jusqu'à la sociocritique, la psychocritique et les divers décodages transtextuels). Tel est le cas de l'étude littéraire des écrits de la Nouvelle-France.

      La bibliographie de 1234 entrées comprend une chronologie des écrits de la Nouvelle-France et une chronologie des études littéraires.

      Les index des sujets et des auteurs s'intitulent respectivement index rerum et index nominum. En effet, dans les savantes bibliographies internationales comme celle-ci, on parle encore latin !

      Alors voici les rubriques qui complètent périodiquement cette bibliographie. C'est la table des matières (TdM) :

Table

  1. Histoire littéraire de la Nouvelle-France

  2. Complementum : bibliographie rétrospective II ( -2014)
  3. Errata et addenda
  4. Index
  5. Ressources sur la toile

« Errata et addenda », ce sont les corrections et les additions qui portent sur les 1234 entrées de la bibliographie. Le « complementum », c'est la mise à jour. Il s'agit de l'objet principal du présent répertoire, soit la seconde tranche de la bibliographie rétrospective qui est refondue périodiquement, généralement une fois par année, avec parfois des mises à jour sous forme de versions intermédiaires.

      Le complementum est aujourd'hui plus volumineux que la bibliographie qu'il complète. Je ne le présente toutefois pas comme le tome 2 de la bibliographie parue en 2000, tout simplement parce que ce second volume n'a aucun sens sans le premier. C'est vraiment un « complément ». Ce deuxième volume de la Bibliographie littéraire de la Nouvelle-France en est maintenant à sa dixième et dernière édition (  - 2014). Il sera certes corrigé (c'est l'avantage de l'édition html sur l'internet), mais ne sera plus complété. On trouvera dorénavant, probablement dans un an, en 2015 ou 2016, un second supplément, qui sera ensuite mis à jour au fil des ans.

      Dans ce premier complément de la « bibliographie rétrospective, analytique et critique », la dernière caractéristique s'est beaucoup développée au cours des dix dernières années. L'espace n'étant pas compté ici, la bibliographie comprend maintenant non seulement d'assez longues notes critiques, mais également quelques comptes rendus critiques, qui sont désignés comme tels.

Première édition, 7 mars 2000.
Dixième édition, 20 août 2014,
10.1 version corrigée le 10 octobre 2014.

Guy Laflèche,
Professeur retraité,
Littératures de langue française,
Université de Montréal.

Ressources sur la toile

Informations et documents scientifiques

Documentation

(1) ICMH — Canadiana anciens, collection d'ouvrages publiés avant 1900 — Notre mémoire en ligne. [1236

      Les écrits de la Nouvelle-France ne sont pas facilement accessibles, plusieurs d'entre eux n'ayant jamais été réédités. Heureusement, on peut facilement en trouver l'édition contemporaine dans la précieuse collection de l'Institut canadien de microreproductions historiques (ICMH), dont le seul index cumulatif est à lui seul un trésor. Cf. bg. 224-225.

(2) The Champlain Society. [1237

      Publications > Digital collection. Cent un (101) volumes de la Champlain Society se trouvent sous forme électronique sur les serveurs de l'Université de Toronto. L'ensemble constitue une petite bibliothèque électronique d'une remarquable efficacité.

(3) Gallica — Bibliothèque virtuelle de la BNF. [1238

      Généralement en format « image », mais quelquefois aussi en format « texte », on trouve plusieurs des oeuvres de la Nouvelle-France à la bibliothèque virtuelle de la Bibliothèque Nationale de France, notamment aux noms suivants : Cartier, Léry, Thevet, Claude d'Abbeville, Yves d'Évreux, Lescarbot (ses Muses et Nouvelle-France et sa Défaite des Armouchiquois), Champlain, Hennepin, Lahontan (rechercher à La Hontan), Pehr Kalm et De Pauw. Quelques RJNF également, les Relations de 1636, 1637, 1638; 1653, 1654; 1660; et 1667, 1668, 1669 et 1670 — à rechercher aux noms de Brébeuf, Lejeune, Le Mercier et au mot Relation (sur les RJNF, voir plus bas).

      Enfin, on apprendra à utiliser la bibliothèque électronique de Google, où les textes peuvent être interrogés sous forme de recherche de chaîne de caractères (on y cherche des vocables, par exemple) :

(4) Google — Recherche de livres, recherche avancée. [1239

Documents

(5) Hans Staden. [1240

      La Véritable Histoire et description d'un pays habité par des hommes sauvages, nus, féroces et anthropophages situé dans le nouveau monde nommé Amérique, 1557.

      Le livre de Hans Staden, la grande relation inaugurale sur le Brésil, paraît au moment même où naît la première Nouvelle-France américaine. On le verra situé aux nos 1298-1302. On en trouve le texte allemand original et son iconographie à la Bibliothèque universitaire de Göttingen : gdz.sub.uni-goettingen.de/en/gdz.

— On en trouvera une autre édition à la Biblioteca nacional in Rio de Janeiro, accessible directement à travers < http://www.bn.br >.

— À cela s'ajoute à la Library of Congress l'édition complète de Théodore de Bry, dont le troisième tome comprend le Staden : 
< http://memory.loc.gov/intldl/drakehtml/rbdkhome.html  >.

Édition critique en portugais, à la Bibliothèque Nationale du Porgugal (soit < http://purl.pt/151 >).

(6) The Jesuit Relations and Allied Documents. [1241

      L'édition par Reuben Gold Thwaites des RJNF (bg. 185), l'essentielle collection des Jesuit Relations and allied documents, se double on le sait d'une traduction anglaise. Il s'agit de soixante-dix volumes de documents, sans compter les deux volumes du précieux index. Cette traduction anglaise à été publiée sur la toile au collège Le Moyne (New York) et les fichiers se trouvent maintenant à l'Université Creighton (Nebraska). Même si les recherches d'occurrences doivent être faites en traduction anglaise, même si les textes scannés n'ont pas été soumis à la correction d'épreuves, cette publication est extrêmement utile. Cf. bg. 185.

      Pour une édition complète et fiable des textes originaux et de leur traduction, édités en version adobe, cf. no 1289.

(7) Claude Chauchetière, Narration annuelle de la mission du Sault depuis sa fondation jusques à l'an 1686, édition par Hélène Avisseau. [1242

      Voir le no 1378.

Ressources bibliographiques

(8) Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages (CRLV). [1243

      Le CRLV, de l'Université Paris IV / Sorbonne, fondé par François Moureau, est dirigé par Philippe Antoine. Il rassemble de nombreux chercheurs spécialisés sur la littérature de voyage, dont plusieurs spécialistes de la littérature de la Nouvelle-France. Le Centre publie régulièrement d'importantes notices bibliographiques, les auteurs étant invités à y inscrire leurs publications et leurs projets. Son bulletin « Lettres du voyageur », bi-annuel, suit l'actualité des réalisations (éditions, études, thèses, expositions) sur la littérature de voyage.

(9) Revue d'histoire de l'Amérique française. [1244

      La précieuse RHAF était publiée en version html depuis 1998 (vol. 51, no 3) — et on peut consulter les numéros suivants, jusqu'en 2000 (vol. 53, no 3). La publication fait maintenant partie d'un consortium de revues scientifiques. On y consultera avec profit la bibliographie courante, à la fin de chacun de ses numéros.

(10) Centre d'Études Marie-de-l'Incarnation. [1245

      Le centre de l'Université Laval, dirigé par Raymond Brodeur, comprend une importante section bibliographique, de même qu'un agenda de ses activités où se trouvent annoncés ses séminaires et ses colloques.

Resources bibliographiques sur l'internet

(11) La Nouvelle-France électronique, à l'adresse < novafrancia.org >. [1246

      C'est le site dynamique de Joseph Gagné, étudiant au doctorat en histoire à l'Université Laval au moment du lancement de ces fichiers internets, avec la collaboration de David St-Martin, informaticien. Il s'agit d'un site de niveau universitaire accessible au grand public. Voyez en particulier la section « Archives », propre à guider la mise en place de la bibliographie de recherche des travaux scientifiques, que les ressources touchent de près, de loin et même de très loin la Nouvelle-France. Mais, en fait, tout le site intéresse la recherche et les informations encyclopédiques sur la Nouvelle-France dans l'internet.

Ouvrages de références

Dictionnaire de biographies

(12) Dictionnaire biographique du Canada (DBC). Cf. bg. 273. [1247

Démographie, généalogie

(13) Programme de recherche en démographie historique (PRDH). [1248

      Le programme a été créé par Hubert Charbonneau et Jacques Légaré. Le « Site exhaustif de la généalogie canadienne-française du Québec des XVIIe et XVIIIe siècles », qui en découle, est géré par Bertrand Desjardins.

Autres ressources

Contextes

      Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de renvoyer à l'article « Nouvelle-France » de Wikipédia, tant l'encyclopédie populaire est connue. On y trouvera, dans ses « liens externes » quelques renvois à des sites de vulgarisation bien informés du point de vue encyclopédique, comme « la Nouvelle-France, 1524 à 1763 », sympathique site internet créé en 1997 par Patrick Couture.

(14) Encyclopédie du patrimoine culturel de l'Amérique française :
< ameriquefrancaise.org/fr/ >. [1249

      Le site de vulgarisation du Gouvernement du Canada (c'est la « stratégie de Culture canadienne en ligne » du ministère du Patrimoine canadien) à Université Laval (Québec), avec l'appui d'une bonne vingtaine de partenaires, publie une centaine d'articles, dont deux bien informés sur des auteurs de la Nouvelle-France : « Jacques Cartier » (par Jacques Portes) et « Baron de Lahontan » (par Réal Ouellet), de même qu'un article amusant sur la recherche obstinée du tombeau de Champlain (par Sylvie Sagnes).

(15) Musée canadien des civilisations. [1250

(16) La Nouvelle-France, ressources françaises à l'adresse
< culture.gouv.fr/culture/nllefce/fr/ >. [1251

Canadiana

(17) Canadiana. [1252

      Liste des ouvrages qu'on peut se procurer auprès de la librairie Le Tournefeuille (Québec), via eBay.

TdM Présentation Errata/addenda Complementum Index TGdM